Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Lama (Haute-Corse). San Lurenzu

Responsable d’opération : Patrick Ferreira
p. 219

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0141679

Texte intégral

1Un arrêté de prescription a été pris par le Service régional de l’archéologie, concernant l’église dédiée à San Lorenzu et la parcelle attenante. Le site de San Lorenzo est dominé par le mont d’Astu qui culmine à 1535 m, situé dans le massif du Tenda et la nappe de Balagne, délimité par l’Ostriconi à l’ouest. Les parcelles 217 et 218 (église) de la section OA, qui ont fait l’objet de l’intervention, occupent un replat dans la plaine et en contrebas du village de Lama. L’église avait été initialement construite, peut-être dès les très hautes époques, dans la zone alluviale cultivable, assez proche de la rivière Ostriconi. Elle est située dans le diocèse de Mariana, et le village de Lama faisait partie de la pieve d’Ostriconi ; San Lurenzu était donc l’église paroissiale de la communauté de Lama.

2Plusieurs sondages ont été réalisés à la fois à l’intérieur, à l’extérieur et sur les murs de l’église. L’ensemble des investigations a permis de documenter un site jusque-là peu étudié et surtout connu pour les fresques du chœur.

3L’édifice présente des caractéristiques pré-romanes et du premier âge roman, mais avec des particularités locales. Une nef aveugle, à l’exception de la troisième travée pourvue au sud et au nord d’une baie, offre une pénombre qui contraste avec le chœur éclairé d’une baie axiale.

4L’étude du bâti laisse à penser que nous avons un édifice homogène dans sa construction, dès l’origine pourvu d’un chevet plat, que l’on attribue en Corse et ailleurs à des édifices anciens (très haut Moyen Âge).

5Les différents sondages en sous-sol ont mis en évidence les fondations du bâtiment mais également un ensemble de sépultures qui nous renseignent sur la chronologie de l’édifice. Pour autant, elle ne permet pas d’argumenter de manière formelle en faveur d’une église datant du haut Moyen Âge.

6Une tombe, installée dans la tranchée de fondation et contre le chevet de l’église, est datée par radiocarbone entre 1415 et 1450. Les nombreuses sépultures retrouvées autour de l’église confirment donc archéologiquement la présence du cimetière jusqu’alors attesté seulement au début du xviie s.

7Quelques questions restent posées concernant notamment l’organisation interne des espaces liturgiques. L’exiguïté du chœur, qui n’a pu être sondé, est accentuée par sa surélévation récente par rapport à la nef. Une fouille des espaces funéraires et du chœur permettrait de répondre à nos interrogations et d’affiner l’histoire du site.

Lama, San Larenzu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Ferreira, « Lama (Haute-Corse). San Lurenzu », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 219.

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Lama (Haute-Corse). San Lurenzu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7309

Haut de page

Auteur

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Ferreira

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals