Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Limoges (Haute-Vienne). Abbaye Saint-Martial, abbatiale du Sauveur

Responsable d’opération : Xavier Lhermite
p. 220-221

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, un programme de recherche a été lancé sur les vestiges conservés au sein de la crypte archéologique Saint-Martial. En parallèle, une réflexion fut menée sur le potentiel archéologique des abords correspondant à l’emprise de l’abbaye. Des suivis de travaux (en 2010 puis en 2012) ont ainsi révélé des maçonneries devant appartenir à différents états de l’abbatiale du Sauveur. Afin de mieux appréhender ces vestiges, des sondages furent réalisés en 2014. Les résultats, particulièrement intéressants, motivèrent la réalisation de la fouille programmée commencée en 2015.

2La première campagne a permis la découverte de plusieurs structures funéraires de l’Antiquité tardive apportant de nouveaux éléments sur la nécropole tardo-antique.

3Le mur sud de l’église funéraire d’origine mérovingienne Saint-Pierre-du-Sépulcre – édifice aujourd’hui en grande partie conservé au sein de la crypte archéologique – fut mis au jour. Perpendiculairement à ce mur, deux maçonneries se développaient vers le sud. Elles délimitaient des annexes funéraires de l’église occupées par de très nombreuses sépultures en sarcophage et en coffrage.

4Au SE du chantier de fouille, deux murs chaînés à un troisième délimitaient plusieurs espaces. Ces murs, installés sur des sarcophages en calcaire (ve-viie s) et n’appartenant pas à l’abbatiale romane, doivent être rattachés à la fin de l’époque mérovingienne ou à l’époque carolingienne. À l’est de cet ensemble fut implantée une salle semi-enterrée identifiable par une abside à pans occidentée. Son développement vers l’est est mal perçu. Une niche, présentant un plan en forme de croix, s’ouvre dans chaque pan coupé de l’abside. De telles dispositions apparaissent singulières. Ce goût pour un plan complexe, hautement symbolique, orienterait la datation vers l’époque carolingienne et pourrait être en lien avec le soutien impérial, peut-être l’action de Charles le Chauve lors de la création de l’abbaye en 848.

5Une grande partie du chevet de l’abbatiale romane fut également découverte. La fouille a permis de comprendre la mise en œuvre de cet édifice. En effet, l’ensemble du sol fut décaissé et aplani dans le but de construire le nouveau chevet. Sur l’espace ainsi dégagé les tranchées de fondation furent creusées et les fondations posées directement sur le substrat. Puis les murs furent montés sur une grande hauteur (plus de quatre mètres) jusqu’au sol de l’édifice aujourd’hui non conservé. L’ensemble de ces maçonneries correspond incontestablement à des fondations car aucun niveau de sol, aucune porte et aucune baie n’a été mise au jour. Cependant la mise en œuvre de ces substructions, excessivement soignées jusqu’au substrat, étonne. Les angles des chapelles et du déambulatoire sont réalisés en pierre de taille et les parements de ces fondations présentent un petit appareil aux joints beurrés. Par ailleurs, des trous de boulin sont visibles au sein des murs indiquant que des échafaudages furent utilisés pour la mise en place de ces maçonneries. La qualité de ces fondations est cependant en cohérence avec le soin apporté au dessin du plan du chevet. En effet, il témoigne d’un tracé d’une grande régularité, réalisé au compas. Le nombre des chapelles et leur faible développement, alliés aux données techniques, permettent de rapprocher cet édifice de certains chantiers du premier quart du XIe s. (Saint-Aignan d’Orléans ou Saint-Martin de Tours) et autorise ainsi à associer les vestiges du chevet du Sauveur avec l’édifice dédicacé en 1028. Les parties orientales du Sauveur doivent ainsi être considérées comme un des premiers exemples aboutis de chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes de l’art roman.

6Enfin, les maçonneries retrouvées à l’emplacement du transept de l’abbatiale romane sont plus complexes. Elles témoignent, en effet, de plusieurs états suggérant que les bâtisseurs durent s’adapter à des contraintes liées aux édifices préexistants et à différents changements de parti en cours de construction.

Limoges, vue du site d’après le relevé 3D réalisé en photogrammétrie.

Limoges, vue du site d’après le relevé 3D réalisé en photogrammétrie.

Nicolas Saulière © Éveha 2016

Haut de page

Table des illustrations

Titre Limoges, vue du site d’après le relevé 3D réalisé en photogrammétrie.
Crédits Nicolas Saulière © Éveha 2016
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Abbaye Saint-Martial, abbatiale du Sauveur », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 220-221.

Référence électronique

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Abbaye Saint-Martial, abbatiale du Sauveur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7311

Haut de page

Auteur

Xavier Lhermite

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Lhermite

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals