Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Longpont (Aisne). Étang Luchet

Responsable d’opération : Clark Maines, Sheila Bonde et Thierry Galmiche
p. 221

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye cistercienne de Longpont a été fondée au xiie s. sur des terres cédées par l’abbaye Saint-Médard de Soissons. En novembre 2013, un effondrement a été constaté par une équipe du Département de l’Aisne sur la chaussée de l’étang Luchet, à sec depuis le milieu du xixe s. Cet étang se situe 1 km en amont de l’abbaye de Longpont sur un affluent de l’Ourcq, la Savière. Une voûte d’environ 3,25 m de diamètre a été reconnue entre deux contreforts. Deux passages voûtés situés au nord et au sud de cette arche permettent l’écoulement du ru. Si leur facture est attribuable à l’époque contemporaine, leur aménagement pourrait être plus ancien. Ainsi nous sommes-nous interrogés sur l’appartenance de ces arches à un ancien pont sur la Savière qui aurait été transformé en digue.

2Afin de répondre à cette question, une prospection géophysique recourant à la méthode de sondage par radar GPR (Ground penetrating radar) a été réalisée tout le long de la digue sous la responsabilité administrative de Thierry Galmiche (conseil départemental de l’Aisne). Hormis les trois arches déjà citées, une anomalie géophysique notable a été mise en évidence directement au sud de l’arche centrale. Ces résultats permettent ainsi de rejeter l’hypothèse d’un pont. La présence d’un niveau vraisemblablement pavé sur cette digue a aussi été proposée.

3À la suite de cette campagne, des sondages archéologiques ont été conduits par l’équipe MonArch de Sheila Bonde (Brown University) et Clark Maines (Wesleyan University). Ces investigations ont permis de préciser la datation de l’arche centrale aux xiiexiiie s. et d’indiquer que ce passage d’eau est resté en fonction jusqu’au début de l’époque contemporaine. Les sondages archéologiques ont également permis de rejeter l’hypothèse d’une quatrième arche au niveau de l’anomalie géophysique détectée. La découverte d’engins explosifs n’a malheureusement pas permis de documenter la surface supérieure de l’arche. Un dispositif destiné à renforcer la digue contre la pression des eaux de l’étang a aussi été mis en évidence. Les observations complémentaires effectuées sur le réseau hydraulique nous donnent une très bonne indication du potentiel scientifique d’une telle étude à Longpont pour le Moyen Âge et les périodes moderne et contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clark Maines, Sheila Bonde et Thierry Galmiche, « Longpont (Aisne). Étang Luchet », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 221.

Référence électronique

Clark Maines, Sheila Bonde, Thierry Galmiche, « Longpont (Aisne). Étang Luchet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7312

Haut de page

Auteurs

Clark Maines

Wesleyan University

Articles du même auteur

Sheila Bonde

Brown University

Articles du même auteur

Thierry Galmiche

conseil départemental de l’Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Clark Maines

Wesleyan University

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sheila Bonde

Brown University

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Thierry Galmiche

conseil départemental de l’Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals