Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie

Archaeological project director: Patrick Bouvart
p. 225-226

Index terms

Year of Investigation:

2015
Top of page

Full text

1Les fouilles de 2015 ont principalement porté sur la nef de l’église abbatiale. Outre des découvertes spectaculaires, cette campagne est marquée par un changement de méthodologie. Les investissements scientifiques ont évolué vers une numérisation 3D de l’ensemble des vestiges et l’élaboration d’un SIG.

2Dans l’église abbatiale, l’emprise des terrassements est une aire de 16 m de long sur 8 m de large, soit 128 m² (fig.). Les espaces dégagés correspondent à la moitié du vaisseau central de la nef et deux travées d’un collatéral.

3Un sondage profond a permis d’identifier clairement le terrain naturel. Finalement, la séquence stratigraphique débute avec les mêmes phases que celles définies en 2014. Les plus anciens indices d’occupation reconnus sont des chapes en mortier de chaux (phase I). Le cumul des aires observées dépasse 100 m². Aucun vestige d’élévation ne peut y être associé. Les dispositions ne suffisent pas pour caractériser une forme d’habitat collectif, ni même un édifice de culte. Toutefois, l’ensemble architectural pourrait bien correspondre à la cella quæ dicitur Nantogilus mentionnée en 858. Celle-ci est alors donnée par Charles le Chauve à l’église cathédrale Saint-André de Bordeaux. L’abandon de ces constructions pourrait être déclenché par un mouvement de terrain à l’origine de ruptures de certains sols (phase II). Une reconstruction débute par les fondations de cinq murs (phase IIIa). Quatre sont orientés NE-SO, le cinquième leur est perpendiculaire. Toutes ces structures sont montées au mortier de chaux. Des variations d’épaisseur incitent à en considérer deux comme des refends. Cette phase est accompagnée d’un exhaussement des niveaux de circulation de 0,40 m et d’un rétablissement de chapes en mortier de chaux (phase IIIb). L’occupation des lieux suscite d’abord quelques restaurations de sols, puis une succession de réorganisations d’espaces (phases IV et V). Certaines chapes disparaissent alors sous des accumulations de terre. De ce point de vue, la phase V suggérerait une forme de récession dans la qualité de vie de la population. Quelques tessons situent ces changements entre les xe et xie s. Une ignorance quant à la chronologie relative de trois sépultures conduit à dissocier ces faits en deux phases (phases VI et VII). Deux inhumations respectent l’orientation des défunts commune aux pratiques funéraires déjà observées sur le site. La troisième se démarque par une disposition perpendiculaire et un isolement dans un espace particulier. L’évolution se traduit ensuite par une succession de contextes sédimentaires caractéristiques d’un environnement en chantier (phases VIII et IX). Bien qu’elle intègre quelques constructions de maçonneries, elle se termine par une destruction de l’ensemble des structures établies en phase III (phase X). L’espace dégagé est alors investi par une construction appréhendée à travers une unique maçonnerie et l’indice d’une association avec des matériaux organiques (phase XI). Un incendie dévaste le bâtiment précédemment aménagé (phase XII). Plusieurs tessons retrouvés orientent la datation de cet événement entre les xe et xie s. De nouvelles maçonneries sont ensuite fondées avec soin (phase XIII). L’interprétation de l’une d’elles comme pilier accroît l’importance monumentale des élévations. En revanche, l’absence de sol bâti et les évolutions ultérieures donnent l’impression d’un changement de projet en cours de réalisation. La phase XIV reprend la séquence chronologique correspondant au chantier de l’église abbatiale romane. Les travaux se concluraient par la façade de la nef, laissant peut-être les piliers de la phase XIII comme supports des trois dernières travées. L’investissement des lieux par les religieux se traduirait par la construction d’un autel sur podium éventuellement associé à un ciborium (phase XV). Les sources écrites invitent à interpréter la structure comme étant l’autel Saint-Étienne. Depuis le xiiie s., les paroissiens doivent s’y rendre processionnellement le jour de la Saint-Étienne proto-martyr. Les premières sépultures installées dans cette partie de la nef seraient attribuables au xiiie s. (phase XVI). Le statut des défunts demeure alors ignoré. La construction des supports de la nef est finalement entreprise (phase XVII). L’occupation se manifeste ensuite par une série d’inhumations attribuables aux xive et xve s. (phase XVIII). Deux crosses associées à deux individus distincts révéleraient leur statut d’abbé. Les séquelles de l’incendie historiquement imputé aux Anglais se perçoivent sur l’ensemble des élévations (phase XIX). Aucun indice n’améliore la datation de ce ravage. Les restaurations suscitent l’arasement définitif de l’autel (phase XX). Celui-ci est probablement déplacé contre le jubé soit retro chorum, en référence à une source écrite de la fin du xve s. Le remplacement de l’ensemble du dallage offre un repère pour les transformations ultérieures. L’aménagement d’un drain dans l’axe longitudinal de la nef serait l’une des dernières modifications (phase XXI). En l’état des connaissances, ce dispositif apparaît plus comme une mesure d’urgence à l’issue d’une inondation que comme un aménagement destiné à avoir un fonctionnement régulier. Avant les démolitions du xviiie s., quelques nouvelles sépultures pourraient prendre place dans des architectures funéraires antérieures (phase XXII).

4En 2016, la numérisation 3D sera poursuivie. L’emprise des investigations archéologiques sera reportée dans la continuité de l’axe longitudinal de la nef, sur les trois travées du vaisseau central et du collatéral.

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie.

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie.

Hadès, Archemetros

Top of page

List of illustrations

Title Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie.
Credits Hadès, Archemetros
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7329/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Top of page

References

Bibliographical reference

Patrick Bouvart, « Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 225-226.

Electronic reference

Patrick Bouvart, « Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye Saint-Benoît et Sainte-Marie » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 46 | 2016, Online since 15 February 2018, connection on 31 March 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/7329

Top of page

About the author

Patrick Bouvart

Hadès

By this author

Top of page

Archaeological project director

Patrick Bouvart

Hadès

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals