Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Grandmont

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 231-232

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’étude précise des documents écrits les plus anciens (xiie s.) fournit le peu d’informations directes qui peuvent en être extraites. Il convient donc d’être extrêmement prudent sur la chronologie habituellement retenue, qui se fonde essentiellement sur les chroniques et les histoires rédigées à l’époque moderne. L’archéologie semble donc une méthode privilégiée pour obtenir de nouvelles données qui permettront de relire les textes, tant médiévaux que modernes (plan).

2La fouille complète des sols de la nef de l’église médiévale a mis au jour le rocher granitique en place. Ce dernier, très irrégulier en surface et même dégradé par endroits, descend rapidement vers l’est bien avant la terrasse actuelle et même le mur de chevet, qui a dû tenir compte de cette particularité topographique. Le rocher granitique est recoupé par une fosse anthropique (présence d’entailles), déjà comblée lors de la construction du mur gouttereau nord puisque les constructeurs ont recoupé ce comblement pour asseoir leur fondation sur le rocher.

3L’étude archéologique du bâti, a commencé par le relevé pierre à pierre du pignon ouest de l’église médiévale, seul élément en élévation de cette dernière, qui dispose de deux contreforts latéraux mais d’aucun portail, l’entrée se faisant sur le côté nord.

4La découverte de vestiges des deux murs gouttereaux a donné l’emprise exacte de la nef dans sa largeur (8,30 m). Son sol est structuré en trois bandes inégales : le long des deux murs gouttereaux, un pavement de terre cuite à l’emplacement probable des stalles ; au milieu, un dallage de pavés hexagonaux de granite. On note peu de traces de sols antérieurs. En fait, dans la mesure où le rocher naturel est irrégulier et très proche par endroits, il fallait décaper l’intégralité du sol existant pour en installer un nouveau, afin d’éviter une surélévation de la nef par rapport au chœur. Les sépultures sont localisées au centre, à la fois pour des raisons symboliques (les ancêtres sont placés entre les rangées de frères installés sur les stalles, de chaque côté de la nef) et pratiques (éviter de démonter les stalles pour procéder à une inhumation). Les trois sépultures médiévales sont des tombes construites.

5La découverte du mur-bahut de la galerie nord du cloître a permis de déterminer la grande largeur de cette dernière : 3,80 m. Un vestige de sol bétonné donne le niveau de ce cloître, très proche de celui de la nef. Le mur-bahut est placé dans une tranchée de fondation alors que le mur gouttereau sud est directement installé sur le rocher granitique retaillé, sauf quand il y a des fosses. Ce mur-bahut recoupe une sépulture, ce qui sous-entend au moins une reconstruction. Par ailleurs, à l’est, un mur de direction N-S semble passer sous le mur-bahut et vient s’accrocher au mur gouttereau sud. Deux sépultures ont tenu compte de ce mur N-S, dont la fonction reste, pour l’instant, indéterminée. Dans cette galerie nord du cloître, les nombreuses sépultures (une dizaine sur la surface dégagée) sont plutôt concentrées le long des murs : on note des tombes construites et de simples fosses, notamment une qui contenait un individu atteint de rachitisme. Il y a aussi des réutilisations.

6Le mur de chevet, large de 2,75 m et parfaitement semi-circulaire, comporte peut-être deux états. Il contient des pierres sculptées en réemploi dans l’œuvre de sa maçonnerie. Les pierres en boutisse, qu’on retrouve à l’intérieur et à l’extérieur du chevet, sont des corbeaux réemployés et placés volontairement puisqu’on a comblé, avec des pierres de calage, le vide créé par la différence de hauteur entre ces corbeaux et les moellons taillés. Ces pierres devaient servir à stabiliser les terres comblant l’intérieur et l’extérieur du chevet, avant la mise en place d’un puissant massif de maçonnerie du côté interne, qui tient compte des saillies créées par les pierres en boutisse.

7L’étude précise des réemplois retrouvés dans les murs de l’église médiévale a montré que ces derniers étaient bien pris dans l’œuvre de la maçonnerie, certaines pierres ayant même été retaillées pour être bien placées. Nous en retrouverons dans les murs gouttereaux de la nef et dans le mur du chevet. Les avis convergent vers une datation autour de 1200-1220 pour la plupart de ces réemplois. Cette église, qui n’a rien d’un édifice homogène, connaîtrait au moins trois phases de reconstruction, sans compter la première installation, vers 1125 (?), qui pourrait se trouver au nord : vers 1160-1170 à cause des textes (à revoir) ; vers 1200-1220 à cause des réemplois ; vers la fin du Moyen Âge en raison de la structure même de cette église comportant lesdits réemplois.

8À l’est du chevet, les relations stratigraphiques impliquent d’une manière quasiment irréfutable un comblement très important avec création d’une terrasse après 1733, c’est-à-dire au moment de la construction de la nouvelle abbaye. Le chevet médiéval était donc construit sur un rebord de pente. À environ 6 m au NE du chevet, on trouve la base d’un arc-boutant, construite avec de grandes pierres en réemploi. La présence d’autres pierres de ce type sous le remblai comblant cette base confirme un grand terrassement de cette zone après la destruction de l’église médiévale. Il convient de souligner l’ampleur des travaux liés à la reconstruction du xviiie s., tout comme le grand désintérêt des moines de cette époque pour leur ancien patrimoine, architectural et funéraire.

9L’approche géographique a pu fournir une première synthèse sur les occupations de la « Franchise de Grandmont ». Les frères ont procédé à des travaux très importants pour tirer du territoire qui leur revenait leurs moyens de subsistance et bien plus encore. Grâce à un modèle standardisé d’aménagements hydrauliques, le territoire, apparemment peu favorable à l’homme au départ, est devenu pourvoyeur de ressources les plus diverses. L’impact fort de ces « frères bâtisseurs » sur le paysage des 854 hectares de leur « Franchise » a pris la forme de nombreux chemins reliant l’abbaye à ses manses et au réseau routier régional, de vingt et une manses dont une villeneuve de 12000 m², de cinq faubourgs, d’une grange dîmière de 1200 m² au sol, de treize chaussées-digues totalisant plus de 1200 m linéaires et 100 hectares d’étangs, de dix-sept canaux d’irrigation totalisant 1500 m linéaires, d’au moins dix moulins à eau, d’une adduction d’eau souterraine de 800 m de long, d’une grande muraille dotée de quatre édicules et d’une « barre » chemisée de 48 m de long, de remparts-barris autour des faubourgs et d’au moins cent hectares d’essarts au xvie s. Une chronologie commence à se dessiner, notamment en ce qui concerne la déprise de la fin du Moyen Âge et la reprise en main du xviie s. (défrichements, réaffectation des terres récupérées à la suite de la disparition de certains étangs, reconstruction de la villeneuve et de plusieurs granges et métairies).

10L’archéologie extensive a été recentrée sur les abords du monastère, notamment sur le bourg (au nord) avec repérage des éléments anciens en place dans les maisons pour une datation relative de ces dernières. L’objectif est de comprendre l’organisation spatiale de ce bourg : relation avec le monastère, évolution, traces de fortification… Au sud du monastère, l’étude des vestiges de l’habitat étagé, le long et au-dessus du ruisseau qui relie l’étang des Moines à l’étang de Malessart, a permis de retrouver les espaces de vie et de travail, tels qu’ils étaient encore visibles il y a un demi-siècle. Le tout fait référence à une occupation dense et probablement ancienne de ce secteur, avec des installations hydrauliques.

11L’impact de l’action des religieux sur leur environnement immédiat se révèle extrêmement important et leurs aménagements, hydrauliques et architectoniques, ont probablement été l’une des clés du développement du bourg. En édifiant un système de terrasses complexes, ils ont constitué une véritable réserve foncière, en plus d’espaces agricoles fertiles. Loin de l’image d’une occupation qui se serait générée de manière spontanée aux abords de l’abbaye, les sources écrites et l’archéologie renvoient l’image d’un espace urbain ou semi-urbain organisé selon un schéma extrêmement structuré et géré minutieusement.

Saint-Sylvestre, plan de masse des fouilles de l’église de Grandmont.

Saint-Sylvestre, plan de masse des fouilles de l’église de Grandmont.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Sylvestre, plan de masse des fouilles de l’église de Grandmont.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Grandmont », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 231-232.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Grandmont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7342

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals