Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Thyez (Haute-Savoie). Route des Lanches

Responsable d’opération : Christophe Landry
p. 233-234

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0143244

Texte intégral

1Le diagnostic mené à Thyez, route des Lanches, a mis au jour, dans trois sondages, les vestiges de bâtiments antiques que le mobilier permet de dater du IVe s. de notre ère. Les vestiges se concentrent dans la moitié sud de l’emprise, tandis que la moitié nord est occupée par un épais remblai contenant un abondant mobilier gallo-romain, qui couvre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive. La frange la plus septentrionale est occupée par un ancien marais, ayant conservé du mobilier, et des bois.

2Le premier ensemble construit a été mis au jour sur une surface de 60 m² (fig.). La présence d’un bassin, de décors peints, de mortiers de tuileau, de fragments de tubuli et de carreaux de pilettes ou de suspensura, permet d’évoquer un espace chauffé potentiellement à fonction thermale, au sein d’une domus, ou d’un édifice public. La vocation cultuelle du lieu ne peut être exclue, et elle est même suggérée par le contexte, une dédicace à Mars ayant été mise au jour anciennement à moins de 50 m. Si la datation du ive s. se confirme, on peut envisager aussi bien un espace thermal en lien avec un sanctuaire païen, qu’un lieu de culte paléochrétien abritant une cuve baptismale.

3Un autre ensemble construit obéit à deux autres orientations, suggérant deux états d’aménagement. Le mur le plus oriental n’est pas rectiligne, et esquisse une forme cintrée. Les constructions des trois sondages ne s’intègrent pas dans les trames mises en évidence plus au sud lors de la fouille des îlots d’habitat et artisanaux de l’agglomération. Le mobilier retrouvé dans les fondations date là encore du ive s.

4Un état postérieur au premier bâtiment du ive s. démontre que l’édifice a été réutilisé au haut Moyen Âge : des sépultures y ont été aménagées, soit dans des loges délimitées par des petits murets en pierres sèches, soit dans des coffres formés de dalles de lauze. Toutes les tombes sont orientées tête à l’ouest, regardant vers le levant. Un minimum de 15 tombes ont été repérées. Quelques ossements prélevés en surface après avoir été bougés par la pelle mécanique, démontrent que les coffres abritent parfois plusieurs défunts. Une datation au radiocarbone sur un os d’enfant situe l’une des tombes entre 680 et 880, avec une très forte probabilité au viiie s. Ces tombes sont installées dans un bâtiment reprenant certains murs antiques, et auxquels sont ajoutées d’autres maçonneries moins soignées. Ce bâtiment, à l’évidence une église ou une basilique, n’est que très partiellement appréhendé sur la surface concernée par le projet. Il se situe à 50 m de l’église actuelle de Thyez, datée du Moyen Âge central. La forte concentration de défunts plaide pour un lieu de culte important, ayant été utilisé sur une longue durée.

5Ce site revêt donc deux intérêts majeurs. Premièrement il documente une phase de l’Antiquité, le ive s., qui n’était encore que peu représentée dans les secteurs déjà fouillés de l’agglomération romaine. Le mobilier présent dans les remblais au nord complète notre connaissance de la culture matérielle des habitants de la vallée, tandis que l’observation des niveaux profonds du marais permet de mieux comprendre les divagations de l’Arve. La nature du bâtiment, thermes (privés ou publics) ou lieu de culte, donne également un attrait particulier au site, car ce type d’occupation n’est pas encore documenté dans la vallée de l’Arve. Par la suite, l’église du haut Moyen Âge pourrait avoir succédé à un lieu de culte paléochrétien, fait également non documenté dans la vallée, et même rare dans la région. En soi, ce lieu de culte primitif constitue une source d’information précieuse pour la connaissance des populations sous domination burgonde puis franque dans cette vallée qui constituait à l’époque romaine un axe de communication privilégié avec le Valais suisse.

Thiez.

Thiez.

Cl. C. Landry

Haut de page

Table des illustrations

Titre Thiez.
Crédits Cl. C. Landry
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Landry, « Thyez (Haute-Savoie). Route des Lanches »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 233-234.

Référence électronique

Christophe Landry, « Thyez (Haute-Savoie). Route des Lanches » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7348

Haut de page

Auteur

Christophe Landry

Inrap, UMR 5138 « Arar »

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Landry

Inrap, UMR 5138 « Arar »

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals