Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). La chapelle Saint-Libert

Responsable d’opération : Samuel Riou
p. 234-235

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1La chapelle Saint-Libert a fait l’objet d’une fouille préventive en 2012 dans le cadre de sa restauration ; les résultats ont été finalisés en 2015. Elle est située à l’est de Tours, sur la rive sud de la Loire, plus précisément dans l’angle NE de l’ancien castrum du Bas-Empire, contre son mur nord.

2L’édifice actuel date de la fin du xiie s. ou du début du xiiie s. Il est composé d’une simple nef (17 m de long sur 7 m de large) non voûtée et dont l’abside a été définitivement démolie au xixe s. lors d’un réalignement de la rue.

3Désaffectée en 1705, la chapelle devient alors un bâtiment artisanal servant d’abord de carrière pour des salpêtriers, puis de remise et finalement de conserverie.

4Les fouilles, adaptées aux limites du projet de restauration, visaient à retrouver le niveau de circulation de la chapelle de l’époque romane. Quelques sondages profonds ont cependant permis de mieux dater le castrum et de connaître les origines de l’édifice.

5La découverte d’une monnaie de 315 ap. J.C. dans la tranchée de fondation de l’enceinte donne en effet pour la première fois un terminus post quem à la construction du castrum du Bas-Empire ; la fin des travaux était estimée entre 350 et 375 ap. J.C.

6En ce qui concerne les origines de la chapelle, la présence d’une église n’est réellement attestée qu’à partir des restes d’un autel des années 970. Mais, en se basant sur l’ancienneté probable de la dédicace (saint Libert est un confesseur reclus et thaumaturge, ami de Grégoire de Tours et mort en 593 à Marmoutier), on suppose que les vestiges les plus anciens formaient déjà un lieu de culte. Ainsi, la mise au jour de trois murs en moellons assisés, a permis de restituer le porche d’entrée d’une première église mise en place à la fin du viie s. ou au début du viiie s. Elle aurait été édifiée par les moines de Saint-Martin, alors propriétaires du terrain. À partir de 869, la réorganisation de cette partie de la ville, afin de se défendre contre les raids normands, a fait basculer l’église dans le giron des comtes de Touraine, qui ont dû s’en servir comme chapelle privée. Ils pourraient être à l’origine de la reconstruction du porche après un important incendie du milieu du ixe s. et du financement des deux restaurations successives du chœur (autel, barrière de chancel, podium) de la fin du xe s.

7Une nouvelle église, bien conservée au niveau des fondations de l’actuel édifice, est ensuite rebâtie entre le xie s. et le début du xiie s. Elle est sans doute l’œuvre d’un vassal des comtes d’Anjou qui, après 1044, reçût le terrain en fief. C’est en tout cas sous le titre de fondator que le présente un de ses descendants, en 1192, lorsqu’il se sépare de l’édifice, au profit des moines de l’abbaye tourangelle de Preuilly. Ces derniers l’ont fait rebâtir : c’est cet état qui est conservé en élévation. Une campagne de restauration, bien datée des années 1480, leur permet de refaire la charpente, le sol, l’enduit des murs ainsi que le décor sculpté dont une des statues, enterrée au xviie s. a été retrouvée en fouille.

8Entre le milieu du xvie s. et le milieu du xviie s., on estime qu’une centaine de tombes a été installée dans la chapelle (49 en position primaire, 23 en position secondaire, le reste correspondant à une estimation des tombes détruites par les salpêtriers). Les modes d’inhumation (les corps ont été simplement embaumés dans un linceul et déposés en pleine terre) et la forte proportion de tombes s’écartant de la position topographique édictée par les canons, en font un corpus inédit qui ne s’accorde pas avec les populations étudiées dans les cimetières paroissiaux, d’hôpitaux ou de catastrophes. Il pourrait ainsi s’agir, vu l’humilité affichée des tombes, d’un cimetière de Protestants organisé de manière semi-clandestine, en marge du système paroissial. À cette période précise, on constate en effet que la chapelle et le fief de Saint-Libert ont été récupérés, lors d’une aliénation, sur le temporel ecclésiastique, par deux familles de nobles locaux ayant de forts liens (autant politiques que marchands et familiaux) avec la noblesse protestante tourangelle et la cour de Navarre.

9Enfin, à partir de 1617, la chapelle redevient catholique et appartient jusqu’en 1705 aux prêtres de l’Oratoire. Ils reconstruisent le chevet et l’autel avant la vente aux salpêtriers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Riou, « Tours (Indre-et-Loire). La chapelle Saint-Libert », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 234-235.

Référence électronique

Samuel Riou, « Tours (Indre-et-Loire). La chapelle Saint-Libert » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7349

Haut de page

Auteur

Samuel Riou

conseil départemental d’Indre-et-Loire

Haut de page

Responsable d’opération

Samuel Riou

conseil départemental d’Indre-et-Loire

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals