Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Vielmur-sur-Agoût (Tarn). Tour des Lautrec

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 236-237

Texte intégral

1La « tour des Lautrec » est un bâtiment enserré dans les reconstructions modernes de l’abbaye bénédictine de Notre-Dame de la Sagne. Ce monastère serait une fondation du xie s. des vicomtes de Lautrec, qui auraient placé à sa tête des abbesses issues de leur clan. De plan rectangulaire, situé à l’ouest de l’église reconstruite après les guerres de Religion, ce module médiéval n’a été reconnu qu’en 1992 lors de travaux. Une frise peinte aux armes des vicomtes et de leurs alliés est alors découverte dans un comble perdu et des enfeus rebouchés sont identifiés au rez-de-chaussée, évoquant la nécropole familiale des seigneurs fondateurs. Le caractère exceptionnel de cet édifice accélère son classement au titre des Monuments historiques (en 1996).

2Étudiée en 2013 dans le cadre d’une opération archéologique commandée par la Drac de Midi-Pyrénées et la mairie de Vielmur, la chronologie de la plupart des élévations est désormais connue. Entre le milieu du xiiie et le tout début du xive s., quatre phases se distinguent, indiquant un programme architectural peut-être modifié en cours de chantier. La présence d’au moins six enfeus dès le projet initial, associée à la suspicion de sépultures maçonnées, confirme la fonction funéraire de l’espace. Cet édifice primitif, bâti en calcaire gréseux au rez-de-chaussée et en briques au sud et aux étages, est réparti sur deux niveaux vraisemblablement séparés par un plancher. La pièce inférieure – qui communiquait peut-être avec l’église – est surmontée d’une salle à caractère aulique, équipée d’une cheminée monumentale, ornée de peintures et couverte d’une charpente apparente. Avant la Révolution, l’étage est ouvert sur l’église ; il sert de tribune aux religieuses et vraisemblablement aussi de parloir. Vendu comme bien national en 1793, l’édifice subit plusieurs modifications et destructions.

3Au terme de l’étude de 2013, plusieurs incertitudes demeurent, en particulier quant à l’interprétation de cette « tour » qui n’en est pas une : avant-nef, chapelle funéraire ou édifice indépendant de l’église médiévale ? En effet, la pièce « seigneuriale » de l’étage est plutôt inhabituelle. Ces interrogations motivent l’organisation d’une fouille programmée triennale accueillant six étudiants bénévoles encadrés par une archéologue et un anthropologue. En parallèle, un diagnostic architectural destiné à alimenter un projet de mise en valeur complète l’analyse du bâti.

4Cette première campagne, localisée dans le quart NE de l’édifice, révèle la présence d’un possible ossuaire dans l’enfeu NE et la construction concertée de cinq caveaux maçonnés en briques (fig.). Bien qu’en partie détruits ou arasés, au moins deux d’entre eux contiennent encore des individus en position primaire ; les trois autres n’ont pas encore été fouillés. L’analyse archéologique montre qu’ils sont postérieurs à la première phase de construction de la « tour », mais le moment de leur mise en place au regard de l’achèvement de l’édifice reste à déterminer. Deux types se distinguent entre les trois caveaux nord – rectangulaires – et les deux caveaux sud qui leur succèdent – trapézoïdaux. Ces derniers se poursuivent sous l’emplacement du mur mitoyen avec l’église moderne (reconstruit au xie s.), renouvelant la question de la communication entre les deux édifices.

5La datation au radiocarbone des ossements des deux individus en position primaire atteste une occupation de la fin du Moyen Âge mais, à ce stade de la fouille, il est impossible d’affirmer que les inhumations prennent fin à la suite des saccages perpétrés lors des guerres de Religion. De même, l’étude anthropologique des restes humains trouvés en positions primaire et secondaire n’en est qu’à ses débuts et l’établissement d’une esquisse de la population inhumée serait prématuré. En revanche, des protocoles d’observations pour identifier des caractères communs entre les défunts – et éventuellement déterminer des relations de parenté – ont été mis en place pour les campagnes à venir.

Vielmur-sur-Agoût, sondage effectué dans la « tour des Lautrec » avec deux inhumations en cours de fouille (au centre et à droite).

Vielmur-sur-Agoût, sondage effectué dans la « tour des Lautrec » avec deux inhumations en cours de fouille (au centre et à droite).

Cl. M. Chaillou, 2015

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vielmur-sur-Agoût, sondage effectué dans la « tour des Lautrec » avec deux inhumations en cours de fouille (au centre et à droite).
Crédits Cl. M. Chaillou, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Vielmur-sur-Agoût (Tarn). Tour des Lautrec », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 236-237.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Vielmur-sur-Agoût (Tarn). Tour des Lautrec » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7354

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals