Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 2. – ProspectionsBrandivy (Morbihan). Abbaye de La...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Brandivy (Morbihan). Abbaye de Lanvaux

Responsable d’opération : Merlin Muzellec
Notice rédigée avec Jean-Baptiste Vincent
p. 238

Texte intégral

1Les vestiges de l’ancienne abbaye cistercienne Notre-Dame de Lanvaux se situent dans la vallée du Loc'h, dans l’actuelle commune de Brandivy, à une vingtaine de kilomètres au NO de Vannes. Fille de Notre-Dame de Bégard (Côtes-d’Armor), l’abbaye aurait été fondée en 1138 à la demande du seigneur Alain de Lanvaux. Cependant, l’absence d’acte de fondation et de textes primitifs laisse un hiatus important dans notre connaissance du processus fondateur et de l’organisation spatiale ancienne de l’abbaye.

2Les rares études historiques disponibles, qui remontent au début du xxe s., sont le fait de membres de la Société polymathique du Morbihan et, si les éléments qu’elles apportent sont précieux, le travail aujourd’hui consiste en une relecture des sources disponibles et une investigation topographique et archéologique sur le milieu et le bâti des rares vestiges encore en place. Cette recherche, inscrite dans le cadre d’un Master d’archéologie médiévale, dirigé à l’université Rennes 2 par Pierre-Yves Laffont, se veut être globale, dans le but d’identifier le processus d’implantation et l’organisation spatiale d’une abbaye dont nous ne connaissons rien.

3Le complexe monastique, édifié sur le versant nord de la vallée du Loc'h à la rupture avec la plaine alluviale, a connu des contraintes particulières lors de sa construction, notamment en lien avec le réseau hydrographique local. En effet, si le Loc'h est aujourd’hui distant d’environ 100 m au sud des vestiges, le réseau hydrographique ancien, mis en évidence par la confrontation d’un plan de 1831 et du cadastre de 1850 avec le plan issu du relevé topographique, était beaucoup plus proche des bâtiments. Ainsi, des aménagements ont été réalisés pour permettre l’implantation des bâtiments, notamment deux niveaux de terrasses maçonnées, conservés sur 1220 m² et 2250 m², sur lesquels est installée l’abbaye ainsi élevée de quelques mètres au-dessus des zones humides.

4À la suite de la saisie des biens du clergé, l’abbaye a connu d’importantes destructions et il ne reste aujourd’hui que quelques lambeaux d’élévations en place, scindés d’est en ouest par un canal du xixe s. aujourd’hui à sec. Des hypothèses de restitution fonctionnelle des différentes ailes peuvent être proposées par la confrontation d’un texte de visite de l’abbaye daté de 1648, au plan des vestiges, obtenu grâce aux relevés. Les maçonneries les plus au nord, situés sur le niveau haut de terrasse, correspondraient à une église abbatiale de petites dimensions (une quarantaine de mètres dans sa longueur). L’aile est, à la jonction avec l’église, est décrite comme l’aile des moines, où l’on trouvait le dortoir et la salle capitulaire, et faisait probablement le lien entre les deux niveaux de terrasses. L’aspect incomplet de l’édifice est accentué par le canal du xixe  s., qui la traverse dans sa largeur, révélant des maçonneries en coupe. Au sud, des vestiges, perpendiculaires à l’aile des moines, peuvent être identifiés comme ceux du réfectoire ; ils sont au niveau le plus bas des terrassements. L’aile occidentale, désignée comme logis de l’abbé dans les textes, avant la construction d’une demeure séparée, n’a pu être située avec certitude en l’absence d’indices de surface.

5Outre la mise en évidence d’un réseau hydrographique ancien et de son impact sur l’implantation de l’abbaye, cette prospection, au cours de laquelle a été effectué le relevé topographique, permet également de proposer une organisation inédite des bâtiments conventuels appuyée sur des données archéologiques. L’absence de textes anciens ne permet pas de supposer des états antérieurs. Des sondages sont prévus pour le début de l’année 2016, en mettant à profit la présence de la tranchée creusée au xixe s., afin d’étudier la stratigraphie dans les limites du carré claustral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Merlin Muzellec et Jean-Baptiste Vincent, « Brandivy (Morbihan). Abbaye de Lanvaux »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 238.

Référence électronique

Merlin Muzellec, Jean-Baptiste Vincent, « Brandivy (Morbihan). Abbaye de Lanvaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7360

Haut de page

Auteurs

Merlin Muzellec

université Rennes 2

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Merlin Muzellec

université Rennes 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search