Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Angers (Maine-et-Loire). Le château

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 242

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Le lancement d’un grand programme de restauration sur le front sud du château d’Angers a offert la possibilité d’engager l’étude archéologique d’un ensemble architectural exceptionnel par son ampleur.

2Lorsque Blanche de Castille et son fils le futur saint Louis reprennent le contrôle d’Angers en 1230, la ville reste sous la double menace du duc de Bretagne, Pierre Mauclerc, et du roi d’Angleterre, Henri III, encore solidement implanté en Poitou. La couronne capétienne décide de mettre immédiatement en chantier une imposante forteresse sur le promontoire dominant la Maine, ainsi qu’une enceinte urbaine longue de 3,8 km.

3Le suivi archéologique de travaux de restauration a porté sur un ensemble particulièrement important : un ouvrage d’entrée monumental – la porte des Champs –, 7 tours et 7 pans de courtine. L’accès aux quelque 8 000 m² de parement a nécessité la pose de 4 km de plateaux d’échafaudage répartis sur 12 à 15 niveaux. Un protocole d’analyse spécifique a dû être défini pour permettre de concilier tout à la fois l’échantillonnage des grands ensembles architecturaux, l’analyse fine des secteurs présentant une évolution plus complexe et l’étude aussi exhaustive que possible des traces liées à la marche du chantier.

4L’opération archéologique a confirmé la grande homogénéité, du moins sur le plan conceptuel, du front sud, ainsi que le caractère localisé et relativement répétitif des reprises, à la base des tours, au droit des ouvertures de tir et dans les parties sommitales. L’essentiel des tours et des courtines peuvent être rattachées au grand dessein du roi de France, ainsi qu’en témoignent le caractère très normé et répétitif du programme architectural des tours ou la relative standardisation dans les processus techniques de mise en œuvre des matériaux.

5Les fortifications présentent des caractéristiques inhabituelles pour l’époque avec, pour le front sud, des tours dont le diamètre moyen – 12,5 m –, n’est pas très éloigné de leur écartement moyen, de 15,4 m. Les tours superposaient 3 niveaux et comportaient un minimum de 11 archères. Les traces conservées sur deux pans de courtine permettent de restituer des bretèches en bois établies en avant des créneaux à proximité de la Maine et une galerie continue de hourds contre la porte des Champs. L’analyse de cette dernière a notamment mis en lumière l’imbrication des aménagements défensifs qui permettaient de contrôler les accès au corps de place par l’entrée principale ou par un passage dérobé ouvrant sur l’escarpe.

6Pour homogène qu’il soit, ce chantier d’exception, l’un des plus ambitieux dans le royaume capétien, n’en a pas moins dû être réalisé en tranches successives en fonction des contingences techniques telles que l’approvisionnement en matériaux de construction ou le délai de séchage du mortier. Une attention particulière a été portée à l’économie de ce grand chantier. Le croisement des différentes approches – étude pétrographique, analyses de mortier, mesures d’appareil, examen critique des rares sources écrites – a offert la possibilité de suivre la progression du chantier à une échelle rarement atteinte sur des ouvrages défensifs médiévaux.

7La construction de ce programme ambitieux a sans doute débuté par le front sud, tourné vers la campagne et donc prioritaire sur le plan défensif. Le chantier, financé sur le budget de la Couronne, a bénéficié de moyens permettant un approvisionnement en matériaux de qualité et une progression probablement très rapide. Plusieurs centaines d’ouvriers devaient se trouver à pied d’œuvre ; des rampes en bois hélicoïdales s’enroulant sur les tours permettaient aux manœuvres d’apporter les moellons et le mortier aux maçons. Les pierres les plus lourdes, notamment celles employées pour monter le parement extérieur des tours, étaient nécessairement hissées à l’aide de grues. Pour l’achèvement du chantier, et notamment la construction du front nord, il semble que les ambitions aient été légèrement revues à la baisse, signe peut-être que la place d’Angers avait déjà commencé à perdre de son importance stratégique.

8La mise en œuvre des tours, montées en alternant des assises de calcaire ou de grès, avec les bandeaux de schiste, ne présente pas de réel intérêt sur le plan constructif, mais semble essentiellement répondre à des considérations esthétiques et ostentatoires. De même, l’édification de la porte des Champs en pierres de taille de calcaire conférait à l’ouvrage d’entrée une forte charge symbolique.

9Derrière cette construction monumentale se devinent la maîtrise d’ouvrage royale et des moyens financiers exceptionnels. Cet énorme chantier, et l’effort financier qu’il imposa, témoignent clairement de la volonté de disposer rapidement à Angers d’une place-forte ancrant définitivement l’Anjou dans le domaine capétien.

10Le château d’Angers conserva bien après le xiiie s. un rôle défensif de premier plan, moyennant différentes campagnes d’adaptation aux progrès de l’artillerie à poudre, notamment dans le dernier tiers du xve s. et au xvie s. Au début des années 1590, les tours perdirent leur couronnement charpenté et furent écrêtées de façon à établir un chemin de ronde continu sur l’ensemble du front sud. Des masses de terre furent dans le même temps rapportées au revers des courtines pour renforcer leur résistance mécanique. Une vaste terrasse d’artillerie contenant deux casemates voûtées superposées fut établie au revers de la courtine, sur le front de la Maine. L’étude de cet ouvrage, croisée avec l’analyse des sources textuelles des xvie, xviiie et xixe s., a permis d’éclairer d’un jour nouveau les vestiges médiévaux conservés à l’intérieur de la terrasse, notamment un logis du xiie s. faisant face à la chapelle Saint-Laud et une tour d’escalier en vis, éclairée par de grandes baies à meneaux sur allèges ajourées, probablement édifiée à la fin du xive s. dans le cadre d’aménagements mal identifiés mais nécessairement liés au palais ducal.

11Les modifications plus tardives, assez limitées, sont liées à la mise en sécurité de l’ancienne place-forte déclassée en dépôt militaire et en maison de détention. De nombreuses traces témoignent d’aménagements réalisés au xviiie et au début du xixe s. pour faciliter la surveillance du monument, sécuriser les circulations et adapter certains espaces, notamment à l’intérieur des tours, pour recevoir, suivant les secteurs, des prisonniers ou des réserves de poudre.

Angers, le château, coupe longitudinale vers l’ouest de la porte des Champs, dans l’axe du passage d’entrée et proposition de restitution de l’ouvrage défensif dans son état du milieu du xiiie s.

Angers, le château, coupe longitudinale vers l’ouest de la porte des Champs, dans l’axe du passage d’entrée et proposition de restitution de l’ouvrage défensif dans son état du milieu du xiiie s.

© Yann Bernard, Jean-Baptiste Barreau – Centre des Monuments Nationaux – Département de Maine-et-Loire

Haut de page

Table des illustrations

Titre Angers, le château, coupe longitudinale vers l’ouest de la porte des Champs, dans l’axe du passage d’entrée et proposition de restitution de l’ouvrage défensif dans son état du milieu du xiiie s.
Crédits © Yann Bernard, Jean-Baptiste Barreau – Centre des Monuments Nationaux – Département de Maine-et-Loire
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Le château »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 242.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Le château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7372

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

conseil départemental du Maine-et-Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

conseil départemental du Maine-et-Loire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals