Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Boves (Somme). Quartier Notre-Dame

Responsable d’opération : Philippe Racinet
Notice rédigée avec Richard Jonvel
p. 248-249

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’installation d’une première résidence à la suite de la construction de la grande motte de Boves a été éphémère, à cause de problèmes structuraux provoquant un affaissement général du terrain vers le centre. Si la couche organique marquant cette occupation contient des ossements animaux en assez grande quantité, il n’en est pas de même pour la céramique, qui reste très rare. En revanche, l’extension de la fouille a permis de déceler une structuration de l’espace sous la forme d’un bâtiment rectangulaire sur poteaux de bois, disposant d’au moins trois foyers, dont une cheminée construite en pierre. Ce bâtiment mesure au moins 14 m dans son axe E-O et 7 m dans son axe N-S, soit une emprise minimale de 100 m2. Ce type d’édifice, généralement en pans de bois, est assez classique pour la fin du ixe ou le début du xe s. La découverte d’une vasque en alliage cuivreux témoigne du caractère résidentiel de ce bâtiment et de l’aspect privilégié de son occupation. Il pourrait se situer à l’intérieur d’un « ring » établi sur la plateforme de la motte et le protégeant avec une levée de terre, surmontée éventuellement d’une palissade.

2Provoqué par un tassement du centre de la plateforme, voire par l’effondrement soudain d’un fontis, l’abandon de ce bâtiment a été rapide, comme l’indiquent l’unique couche d’occupation avec ses fragments de céramique posés à plat et le très bon état de la cheminée construite. Ledit bâtiment a dû être démonté lors de la phase de restructuration de la plateforme qui a permis l’implantation définitive de la résidence castrale sur de nouveaux remblais de nivellement.

3La plateforme a subi un second effondrement dans la même zone, daté par radiocarbone entre 863 et 995. Ce nouvel élément conduit à une révision partielle de notre phasage. La tour en pierre effondrée à cette occasion serait donc à placer en phase 2B (seconde moitié du xe s.) et non en phase 3 (xie s.). À la suite de cet effondrement, une seconde tour aurait été construite à l’ouest de la précédente, en phase 3. Dans ces conditions, la grosse tour romane (phase 4, seconde moitié du xiie s.) serait construite sur l’arasement volontaire de cette dernière.

4La basse cour de Boves comporte une très forte densité de structures en creux avec des recoupements liés à la longue durée d’occupation de cet espace. Les périodes anciennes (xe-xie s.) sont caractérisées par un étagement de l’occupation, avec deux terrasses où plusieurs espaces différenciés semblent coexister (bâtiment résidentiel, zones de stockage, ateliers). Le creusement du fossé de la grande motte, en phase 2B, marque une rupture dans cette occupation, sans qu’on sache encore ce qu’il oblitère définitivement. Pour le grand bâtiment résidentiel (plus de 460 m2) de la terrasse inférieure, on note au moins trois séquences de fonctionnement. Orienté N-S, il dispose de deux silos en son sein. Autour, on trouve des fonds de cabane recoupés par des silos de fort gabarit. On constate une faible ampleur des couches organiques présentes dans ces silos et le mobilier archéologique paraît peu abondant dans les comblements, eu égard à la fonction secondaire de dépotoir que peut avoir ce type de structure. Leur abandon semble donc brutal, en liaison avec un changement fonctionnel radical et rapide de cette partie du site. Vers le nord, pour rendre aménageable le versant crayeux, l’homme a créé une terrasse dont le glacis est empierré. Naissant à la base de l’empierrement et s’étendant vers le nord, une couche de graines brûlées est recoupée par plusieurs fosses, dont un puisard. La présence d’un poteau porteur et de quelques trous de piquet permet d’associer cette couche à un vaste lieu couvert dont nous ne connaissons pas encore l’extension totale. Il est probablement lié, au nord, à un bâtiment sur sablières.

5Pour le xiie-xiiie s., le vide archéologique est indéniable puisqu’à l’exception des recharges d’un chemin pérenne, on ne dispose actuellement d’aucune structure organisée pour cette période. Deux hypothèses, qui ne sont pas obligatoirement incompatibles, peuvent être formulées. D’une part, il est possible que les travaux de restructuration de la basse cour, en liaison avec la reconstruction du château à la fin du xive s., aient détruit les occupations de la période immédiatement précédente : arasement de tout un secteur pour l’établissement d’une place d’armes devant et au bas du châtelet d’entrée, aménagement d’un espace de jardins autour du fossé circulaire qui est largement réaménagé à cette occasion… D’autre part, il est aussi possible que la basse cour ait connu une période d’abandon, en liaison avec ce que les historiens nomment le « redéploiement des mesnies » : les milites attachés au château quittent les lieux pour occuper leur fief. La basse cour devient alors une friche entourant un château-fort qui se suffit à lui-même.

6À la fin du xive s., la politique édilitaire de la famille de Lorraine a englobé un large secteur de la basse cour médiévale, avec une entrée monumentale du château (châtelet) et une cour castrale au devant, elle-même défendue par une construction imposante et bien appareillée, dont le fonctionnement reste, pour l’instant, difficile à reconstituer. Deux chemins partent depuis le châtelet d’entrée. L’un descend vers l’actuel bourg en bas de falaise et l’autre traverse la basse cour. Dans l’aire de fouille, un chemin avec ornières a été dégagé (fig.). Déjà présent dans la période précédente, il est longé, au sud, par un grand édifice sur solins bâti en silex et moellons de craie, qui dispose d’un caniveau au nord. Vers l’ouest, le chemin longe, du côté oriental, un grand massif de maçonnerie établi le long et à travers la contrescarpe du fossé circulaire entourant la grande motte. Le massif de maçonnerie comporte trois séquences de construction. Dans un premier temps, le massif de maçonnerie mesure une vingtaine de mètres. Pour une raison inconnue à ce jour, il est arasé sur un même niveau très en profondeur, ce qui sous-entend que le fossé est dégagé à ce moment. Deux nouvelles constructions viennent s’appuyer sur ces fondations. L’ensemble finit par former une « agrafe » s’agrippant au rebord de la contrescarpe primitive du fossé.

Boves, basse cour, zone d’occupation de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne.

Boves, basse cour, zone d’occupation de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne.

Cl. S. Charrier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Boves, basse cour, zone d’occupation de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne.
Crédits Cl. S. Charrier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Boves (Somme). Quartier Notre-Dame »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 248-249.

Référence électronique

Philippe Racinet, Richard Jonvel, « Boves (Somme). Quartier Notre-Dame » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7383

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals