Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Enceinte urbaine du Bourg-le-Roi

Responsable d’opération : Jean-Baptiste Vincent
p. 249

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1En 2015, le service départemental d’archéologie du Calvados a conduit un diagnostic d’archéologie préventive motivé par des travaux de restauration sur les vestiges de l’enceinte urbaine du Bourg-le-Roi, situés dans le collège Pasteur. Au milieu du xie s., quand Guillaume le Conquérant établit son pouvoir à Caen, la ville connaît un essor important qui se répartit dans un premier temps entre le château et les abbayes de Saint-Étienne et de la Sainte-Trinité. Plusieurs enceintes sont édifiées, dont celle du Bourg-le-Duc (qui deviendra Bourg-le-Roi), dont l’origine est attribuée à Guillaume (créée entre 1057 et 1066). En 1353, après les dégâts causés par les Anglais, les Français reconstruisent l’enceinte sur un tracé différent, plus large, dont certains tronçons sont toujours inscrits dans le paysage urbain de Caen. Parmi eux, à l’intérieur du collège Pasteur, un important dispositif architectural associé aux fossés Saint-Julien (aujourd’hui comblés) est encore préservé. Il est constitué d’une tour (7,1 m de large sur 13,1 m de haut) – appelée « Ès filles » – et d’une courtine (33,4 m de long sur 11,5 m de haut) ; cette infrastructure protégeait le flanc NO du Bourg-le-Roi, depuis la partie SO du château jusqu’à la porte de Bayeux. Profitant d’une campagne de restauration de l’enceinte, une étude archéologique du bâti s’appuyant sur des relevés photogrammétriques, complétés notamment par une lecture fine des parements (stéréotomie, nature lithique, signe lapidaire, etc.), des mortiers et une analyse du mode de construction a pu être réalisée. Les données issues de la fouille de la terrasse de la tour ont permis la restitution des différentes phases de fonctionnement de l’enceinte, après l’établissement de la chronologie relative des constructions et de la chronologie absolue des mortiers grâce à des datations 14C.

2Cette partie d’enceinte, qui présente les vestiges de plusieurs campagnes de construction depuis la seconde moitié du xive s. jusqu’au xviiie s., est primordiale pour comprendre l’histoire militaire de Caen. Ainsi, le quart inférieur sud de la courtine est une construction dont le mode opératoire – emploi de gros moellons calcaire grossièrement équarris, assises régulières mais oscillant sur la longueur, mortier de chaux avec inclusion de chaux mal réduite et de charbons – montre qu’elle a été réalisée dans l’urgence, très probablement à l’occasion de l’édification de la nouvelle enceinte du Bourg-le-Roi commandée par le roi de France après le siège d’Édouard III en 1346. Cette chronologie est confirmée par la datation 14C de charbons de bois, dont la valeur la plus haute est comprise entre 1345 et 1395. Les vestiges de la courtine, postérieurs à 1346, sont ensuite englobés dans une grande opération de reconstruction qui s’appuie sur les tronçons primitifs et conserve le tracé initial. Les caractéristiques architecturales sont très différentes de la phase primitive, avec un parement de moyen appareil calcaire dont les assises rectilignes varient entre 20 et 30 cm, un mortier de chaux blanc de faible granulométrie et des joints minces ; cette morphologie couvre les trois quarts de la courtine et de nombreuses coutures témoignent d’arrêts de chantier. Cette reconstruction est harpée à la tour, de manière à ce que les assises entre les deux structures correspondent, marquant de cette manière leur contemporanéité. La tour à base en glacis serait pleine sur un peu plus de 8 m de hauteur, avant d’abriter une salle voûtée (éclairée par trois fenêtres rectangulaires) surmontée d’un couronnement enserrant une terrasse. La pièce sommitale s’insère pour moitié dans l’épaisseur de la courtine où s’inscrivent de larges ouvertures en vis-à-vis permettant l’accès de part et d’autre d’un chemin de ronde. Ce dernier semble matérialisé dans le mur d’enceinte par un alignement horizontal de petites tablettes calcaires. Cette seconde phase de construction correspondrait aux campagnes de réédification anglaises, après la prise de la ville en 1417. Enfin, de rares dispositifs d’artillerie sont conservés, parmi lesquels une canonnière circulaire (1420-1460/1470) réinsérée dans le rempart primitif (post 1346) et une canonnière à la française (1490-1530/1540) insérée tardivement à la base de la tour. Cette analyse du bâti permet d’établir une nouvelle chronologie de l’enceinte urbaine qui jusqu’alors, était considérée comme homogène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Vincent, « Caen (Calvados). Enceinte urbaine du Bourg-le-Roi », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 249.

Référence électronique

Jean-Baptiste Vincent, « Caen (Calvados). Enceinte urbaine du Bourg-le-Roi » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7384

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Vincent

service départemental d’archéologie du Calvados

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Baptiste Vincent

service départemental d’archéologie du Calvados

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals