Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Rue Daniel-Huet ; « Fort des Jacobins ou de la Cercle », « Bains et lavoirs publics »

Responsable d’opération : Hélène Dupont
p. 249-250

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136747

Texte intégral

1Une fouille préventive a été effectuée par l’Inrap à Caen au 21 rue Daniel-Huet. Elle s’est déroulée en septembre-octobre 2015 sur une emprise de 2 000 m². L’opération a été prescrite préalablement au projet de construction d’un immeuble. Elle fait suite à un diagnostic (février 2015) qui avait mis en évidence la présence du fort des Jacobins (ou de la Cercle), construit à la fin du xvie s., et celle de l’établissement des bains-lavoirs municipaux édifié au xixe s. L’opération se situe au cœur de la ville actuelle, non loin de l’Orne. Tandis que le substrat calcaire affleure sur les hauteurs, l’emprise du fort et des bains-lavoirs se situe sur des alluvions du fleuve, sur la rive orientale du canal Robert créé au début du xiie s. par Robert Courteheuse.

2Sur le plan de Caen daté de 1575 (plan de Belleforest), le terrain est situé hors de l’enceinte urbaine édifiée au xive s., destinée à protéger l’ouest de l’îlot Saint-Jean et le couvent des Jacobins installé depuis le xiiie s. La parcelle, nommée sur le plan Pré de la Cercle, est une prairie bordée d’arbres, située le long du canal Robert qui lui sert de limite occidentale, elle est délimitée au nord par une muraille de terre entourant les grands prés et à l’est par la clôture du couvent des Jacobins. Selon l’acte de vente du terrain, daté du 16 septembre 1595, les moines en sont propriétaires. L’aspect et la fonction de la Cercle changent à partir de la fin du xvie s., quand le corps de ville entreprend de renforcer la défense des confins ouest de la ville, situés entre le Bourg-l’Abbé (île Régnault) et l’île Saint-Jean, point trop facilement accessible en cas d’attaque. Les « nouvelles fortifications » sont constituées du fort des Jésuites (ou fort Saint-Étienne) et du fort des Jacobins (ou fort de la Cercle) reliés par une courtine. L’ensemble est construit entre 1592 et 1620, dans le contexte des troubles des guerres de Religion. Les dimensions du mur et les quelques indications précisées sur les devis conservés aux Archives départementales du Calvados, ne corroborent pas toujours ce que nous avons pu observer lors de la fouille : ils prévoient par exemple la construction d’un mur épais de dix pieds (3,20 m), tandis que l’épaisseur effective est de 3,60 m. Il est prévu une muraille construite sur trois toises de haut (5,76 m) mais les contraintes du terrain nous ont seulement permis de l’observer sur environ 5,20 m. Nous avons pu cependant atteindre le premier emmarchement débordant à la base de la muraille sans pouvoir reconnaître la présence éventuelle de fondations sur pieux. La face interne de la muraille, masquée par la plateforme ou la levée de terre du bastion, est construite en appareillage irrégulier à l’aide de blocs de calcaire équarris de moyen appareil liés au mortier de sable coquillé orangé. Le parement externe, destiné à être visible, est construit en grand appareil régulier de blocs de calcaire liés avec le même mortier, les joints sont extrêmement fins. Entre les deux parements, le blocage est constitué de moellons de calcaire noyés au mortier qui s’arrête sur une plateforme formée par des blocs de calcaire parfaitement taillés, de grand appareil. La face externe du mur d’enceinte présente un fruit de l’ordre de 20 % ; sa face interne, masquée par les terres de la plateforme, est construite sans fruit. Il est soutenu par au moins cinq contreforts de plan trapézoïdal. Les sondages effectués vers l’intérieur du bastion montrent que les terres de la plateforme ont été apportées progressivement en même temps que le montage de la maçonnerie. L’apport de terre, mentionné dans les archives, intervenu dans la phase finale du chantier, était peut-être destiné à former un talus, même si aucun élément archéologique ne le confirme. Notons que le plan de Caen levé par Gomboust en 1657 n’en présente pas, contrairement au bastion de Saint-Étienne et à la courtine. Sur les plans de Caen des xviie et xviiie s., le canal Robert mouille directement la base de la courtine qui relie les deux bastions ainsi que le mur d’enceinte du bastion de Saint-Étienne, tandis qu’un espace de quelques mètres sépare le fossé en eau du parement externe de l’enceinte du fort des Jacobins. Pour ce dernier, ces données sont confirmées par les sondages effectués dans le canal Robert. Les nouvelles fortifications s’intègrent parfaitement dans la tradition des bastions à l’italienne, dont l’architecture a été importée en France par François Ier après les guerres d’Italie. Leur morphologie a été élaborée pour répondre aux progrès de l’artillerie. Le mur d’enceinte sert à soutenir les terres qui remplissent intégralement l’ouvrage. Le tracé était conçu pour que chaque partie de l’enceinte soit défendue par une autre, l’assaillant étant pris sous un feu croisé. De ce principe est né l’échelonnement de bastions le long d’une ligne de défense, ce qui est élaboré modestement à Caen pour la protection occidentale de la ville.

3Les plans de Caen des xviie et xviiie s. et les documents d’archives mentionnent la présence de la foire royale installée dans le fort dès 1595, suite à son transfert de Guibray (Falaise) décidé en 1589. Les traces d’éventuels bâtiments n’ont pas été retrouvées lors de la fouille, la foire étant localisée un peu à l’est de l’emprise, sous l’actuelle rue Daniel-Huet. Selon les sources d’archives, la foire était dotée de loges fixes dont certaines étaient construites en bois et d’autres en pierres. Les garnisons y étaient logées hors période de foire, quinze jours par an.

4Au début du xviiie s., le « boulevard » est créé le long de la muraille entre la foire et celle-ci. L’aménagement de cet espace de circulation marque la période de transition entre le rôle défensif du bastion (protection de la ville pendant les conflits franco-anglais sous l’Ancien Régime), la fonction de limite symbolique (protection du territoire de la foire franche royale) et l’usage d’agrément avec vue sur la Prairie qui devient lieu de promenade entre le milieu du xviiie et le début du xixe s. Au xviiie s., deux projets municipaux prévoient d’araser les loges pour y installer un parc à la française ou un corps de garde. Ces deux projets restent sans suite. L’enceinte du fort des Jésuites, la courtine et l’enceinte du fort des jacobins sont finalement détruites en 1797.

5Au début du xixe s., la foire est transférée cours Koenig et le quartier se paupérise. La décision de construire des bains et lavoirs municipaux en 1864 participe à l’assainissement du quartier : on rase alors les taudis. Les deux tiers du bâtiment des bains et lavoirs, qui faisaient environ 2 650 m² (60 m sur 44 m), ont été partiellement dégagés lors de la fouille. La technique de construction est adaptée au terrain marécageux : les murs en blocs de calcaire liés au mortier, larges de 0,60 à 0,80 m et profonds de 2,20 m en moyenne, sont construits à ressauts. Les tranchées de fondation sont tapissées d’un radier de cailloutis calcaire dans la zone la moins humide, et de poutres en bois près du canal Robert. L’élévation dessinée par l’architecte montre l’existence d’un étage qui couvre une partie du bâtiment. Le diagnostic et la fouille ont permis de reconnaître une petite partie du réseau hydraulique et la structure enfouie de la chaudière, données qui ne sont pas figurées sur le plan de l’architecte. La fouille, prescrite pour l’étude de l’enceinte moderne, n’a hélas pas permis de dégager et d’étudier plus précisément la structure architecturale et l’organisation technique des bains. La construction de l’établissement s’intègre dans le mouvement hygiéniste qui se développe sous la IIe république. La commission établit un atlas des « spécimens des différents types d’établissements modèles de bains et lavoirs publics (…) les mieux appropriés aux besoins et aux ressources de chaque localité ». Les bains et lavoirs publics de Caen peuvent être comparés au modèle le plus élaboré et le plus vaste figuré dans le document de la commission. Le bâtiment identifié lors du diagnostic correspond en effet assez exactement à sa superficie et à son organisation. Le schéma de distribution des pièces n’est manifestement pas le même, mais le nombre de « cellules » destinées à recevoir les baignoires, les douches ou les laveuses est à peu près équivalent. Il s’agit donc ici d’un établissement de grande envergure.

6Enfin, le comblement du canal Robert en 1922 intervient dans un contexte général d’enfouissement des canaux et cours d’eau à Caen, et assainit définitivement la zone. Le quartier est bombardé en juillet 1944, rasant complètement les bâtiments des bains et lavoirs devenus entre-temps une caserne de pompiers. En 1960, on décide la construction des bâtiments de la gendarmerie qui quand ils ont été construits sur cave ont surtout concerné les vestiges enfouis, à l’est de l’emprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dupont, « Caen (Calvados). Rue Daniel-Huet ; « Fort des Jacobins ou de la Cercle », « Bains et lavoirs publics » », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 249-250.

Référence électronique

Hélène Dupont, « Caen (Calvados). Rue Daniel-Huet ; « Fort des Jacobins ou de la Cercle », « Bains et lavoirs publics » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7385

Haut de page

Auteur

Hélène Dupont

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dupont

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals