Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Chevreaux (Jura). Château

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 253

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’opération archéologique a porté sur le château de Chevreaux, situé sur la commune du même nom. Elle s’est déroulée à l’extrémité sud d’une possible rampe d’accès, sur le flanc oriental de la haute cour, et au sud de la chapelle castrale. Deux autres secteurs ont été abordés : l’un contre les bâtiments du logis nord et l’autre dans un second du logis NE.

2La fouille a mis en évidence, dans la première emprise, deux contextes d’occupation aux abords de la chapelle, qui confirment les hypothèses formulées en 2013. Le contexte le plus récent correspond à une occupation moderne liée à la récupération des pierres du monument et/ou à une présence ponctuelle. Ce niveau pierreux n’est pas organisé, exception faite de deux marches placées en direction du parvis au droit de la rampe d’accès qui longe la courtine orientale. Un second niveau de cailloutis aux dimensions plus réduites présente une organisation. L’hypothèse d’une rampe d’accès, cantonnée entre deux maçonneries longitudinales quasi parallèles, la courtine à l’est et un mur à l’ouest, semble confirmée. Au nord, la transition entre la rampe et le parvis de la chapelle est plus diffuse en raison de la présence de deux autres maçonneries, dont l’une en connexion avec trois marches d’escalier. La rampe d’accès à la cour haute dispose d’un tracé en « L » inversé. Plus à l’est, un espace prend place entre trois maçonneries, le mur ouest de la rampe (évoqué précédemment), l’extrémité ouest d’une maçonnerie repérée en 2013, perpendiculaire à la courtine, et un mur de soutènement et de rehaussement de la cour haute. Ce secteur clos comportait un comblement distinct des autres zones. Toutes les maçonneries citées ne sont pas chaînées mais seulement appuyées, marquant donc plusieurs phases de construction datables d’un état plus ancien que le présent niveau de circulation. Enfin, le mur N-S identifié comme le mur de soutènement et de rehaussement de la cour haute, est recouvert par une nouvelle couche de cailloutis assez fin. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une circulation de la plateforme de la haute cour.

3Chronologiquement, les indices permettent de considérer trois grandes phases. Les maçonneries appartiennent à priori à des constructions médiévales, complétées par un premier niveau de circulation de la rampe moderne, antérieur à 1636. Celui-ci est en fonction avec le sol de la cour haute. Après le démantèlement de 1637, une dernière nappe de cailloutis et de blocs informes scelle toute l’emprise de la fouille. Celle-ci témoigne d’une occupation tardive du site, potentiellement liée à la récupération des matériaux et à une occupation du site évoquée dans les sources.

4Les résultats acquis en 2015 à Chevreaux montrent le potentiel archéologique du site et laissent présager l’existence de plusieurs phases de construction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 253.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7396

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals