Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Étaples (Pas-de-Calais). Le Puits d’Amour, route de Fromessent

Responsable d’opération : Thomas Byhet
p. 257-258

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Du 11 au 29 mai 2015, une campagne de sondages archéologiques s’est déroulée sur la parcelle AW 8, route de Fromessent, au lieu-dit Le Puits d’Amour. Cette parcelle recèle les vestiges d’un élément défensif de l’époque moderne : un ouvrage tenaillé aménagé au NE de l’ancien château disparu. Cette opération avait plusieurs objectifs : estimer l’état de conservation de l’ouvrage, évaluer la puissance stratigraphique des couches archéologiques en place, identifier les différentes composantes de l’ouvrage et comprendre leur articulation, préciser le plan et la chronologie de l’ouvrage (phases de construction, de remaniements et d’abandon), et, enfin, déterminer autant que possible l’existence d’occupations antérieures ou postérieures à son édification. L’organisation d’une prospection magnétique préalablement à l’opération (cf. sous-rubrique prospections) avait déjà fourni quelques informations sur l’ouvrage et sur son histoire récente. La campagne de sondages s’est traduite par le creusement d’une tranchée linéaire de 55 m de longueur qui a permis le recoupement de toutes les composantes de l’ouvrage tenaillé : glacis, fossé, rempart, banquette d’artillerie et plateforme. Une tranchée secondaire a été réalisée dans l’angle NE de la prairie afin de mettre au jour les fondations d’un petit bâtiment à poudre de l’époque napoléonienne.

L’ouvrage tenaillé du château d’Étaples

2Préalablement à l’opération de sondages programmés, une compilation de l’ensemble des données issues des sources textuelles et iconographiques a permis de mieux cerner l’histoire de l’ouvrage tenaillé du château d’Étaples. Ces documents ont fourni des informations qui ont constitué la base sur laquelle l’opération archéologique s’est appuyée. L’ouvrage est créé dans le cadre de la neuvième guerre d’Italie (1542-1546). Des textes anglais en mentionnent l’existence en mai 1546. Il est alors désigné sous le terme de « bastion » et correspond à un large aménagement de terre et de gazon qui vient enserrer les flancs nord et est de la vieille forteresse, au-devant de son fossé. La dénomination « ouvrage tenaillé » n’apparaît qu’au xviiie s. sur l’un des nombreux plans du château établis en prévision de la restauration de la forteresse. On ne sait pas si, à l’issue de la neuvième guerre d’Italie, l’ouvrage a été remanié ou s’il a été utilisé lors des conflits qui ont suivi le traité d’Ardres en 1546. La ville et le château d’Étaples ont subi quatre sièges jusqu’en 1615, mais les textes demeurent silencieux sur la destinée de l’ouvrage : les sources qui évoquent les travaux effectués au château ne mentionnent pas l’ouvrage. Par la suite, il est possible que le terrain sur lequel il s’élève ait été privatisé et transformé en pâture, progressivement clôturée de haies vives ou de barrières, fonction qu’il assure aujourd’hui encore. Cependant le modelé du terrain a permis aux ingénieurs et topographes des xviiie et xixe s. d’en retracer les contours et d’en fournir des plans. Pourtant la fortification de terre était tombée dans l’oubli et l’ouvrage était désormais confondu avec les fossés du château. La modernisation de la ville d’Étaples dans la seconde moitié du xixe s., matérialisée par l’aménagement de la voie ferrée Saint-Pol-Étaples, porte un coup fatal à l’intégrité de l’ouvrage dont les deux tiers sud, utilisés comme remblais, disparaissent sous les coups de pioche pour laisser place à la voie. La topographie particulière, formée de creux et de bosses du terrain, explique peut-être que les troupes napoléoniennes en 1803, puis celles de l’Empire britannique en 1915 aient soigneusement évité d’installer leurs cantonnements sur les vestiges de l’ouvrage, assurant ainsi, et malgré les bombardements de l’été 1944, sa conservation jusqu’à nos jours.

L’opération de sondages archéologiques programmés

3La tranchée a mis en évidence tous les éléments constitutifs de l’ouvrage tenaillé. À son extrémité nord, des remblais forment un monticule artificiel qui semble participer au glacis défensif de l’ouvrage tenaillé dont il constitue l’extrémité méridionale limitée par le fossé. La question de l’existence d’un chemin couvert placé entre le glacis et le fossé peut se poser. Sa présence n’a pu être clairement établie mais on peut en faire l’hypothèse : en effet, entre la bordure extérieure du fossé et le monticule subsiste un espace d’un peu plus d’1 m de large qui peut avoir joué ce rôle. Le fossé constitue l’élément de l’ouvrage tenaillé le plus clairement visible. Le fond mesure 10 m de large et l’ouverture possède une envergure de 20 m. La profondeur du fossé atteint 1,60 m au centre du fossé et 2,10 m à l’escarpe et à la contrescarpe. Probablement pour égaliser le terrain, un remblai homogène est venu combler tardivement cet espace. Le fossé vient mourir au pied du rempart de l’ouvrage tenaillé. Il a été directement taillé dans le substrat crayeux. Après dégagement, la face externe offre un parement dégarni dont la déclivité en direction du fossé est d’environ 40o. Deux couches de texture argileuse formant une sorte de renflement devant le rempart posent question. Leur présence pourrait accréditer l’existence d’un parapet coiffant le sommet de ce rempart. À l’arrière de ce parapet, se déployait une banquette d’artillerie qui courait le long de la bordure extérieure de l’ouvrage et qui était constituée de deux niveaux d’une hauteur cumulée de 0,75 m environ : l’un d’argile et de calcaire formant un radier, l’autre constitué d’une sorte de terrazzo qui forme un niveau plan, large de 5,50 m, sur lequel il est aisé de stationner, de circuler ou de faire évoluer des pièces d’artillerie. Enfin, à l’extrémité sud de la tranchée, prend place la plateforme, espace plan qui courait depuis la banquette d’artillerie jusqu’au fossé nord du château. Les travaux ferroviaires et routiers de la fin du xixe s. et du siècle suivant ont largement amputé cette plateforme, dont il ne subsiste, aujourd’hui, que le tiers dans la parcelle AW 8. La jonction de cet espace avec la banquette d’artillerie pose problème : un épais remblai qui va en s’amenuisant jusqu’à la clôture sud de la prairie pourrait constituer une rampe d’accès à la banquette. Celle-ci aurait facilité le transport des pièces d’artillerie jusqu’au sommet de cette banquette. De manière générale, cette opération a livré un mobilier peu abondant qui s’explique, tant par la faible superficie d’ouverture de la tranchée, que par l’histoire même de l’ouvrage : en effet, cet élément de fortification n’était pas un lieu de vie, mais un espace de défense utilisé occasionnellement lors des sièges. Ce sont surtout les phases de construction et d’abandon de l’ouvrage qui sont les mieux renseignées. Aucune occupation antérieure n’a été notée et seule la présence d’un petit bâtiment à poudre de l’époque napoléonienne offre des informations sur l’occupation postérieure du site.

Étaples, vue aérienne de la parcelle AW 8 recelant les vestiges de l’ouvrage tenaillé.

Étaples, vue aérienne de la parcelle AW 8 recelant les vestiges de l’ouvrage tenaillé.

Cl. Thomas Byhet, 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Étaples, vue aérienne de la parcelle AW 8 recelant les vestiges de l’ouvrage tenaillé.
Crédits Cl. Thomas Byhet, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Byhet, « Étaples (Pas-de-Calais). Le Puits d’Amour, route de Fromessent »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 257-258.

Référence électronique

Thomas Byhet, « Étaples (Pas-de-Calais). Le Puits d’Amour, route de Fromessent » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7409

Haut de page

Auteur

Thomas Byhet

SRA Hauts-de-France

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Byhet

SRA Hauts-de-France

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals