Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Harcourt (Eure). Le Château

Responsable d’opération : Gilles Deshayes
p. 259-260

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1La porte nord de la basse cour du château d’Harcourt, « porte Piquet » citée en 1451, était composée de deux tours de flanquement encadrées de courtines contre lesquelles étaient adossés deux grands édifices. Le passage entre ces bâtiments était placé dans l’axe d’un pont dormant dont subsistent de puissantes piles. Les tours, courtines et piles de pont font l’objet d’un projet de restauration et de consolidation, accompagné de la mise en place d’une passerelle métallique. Suite aux fouilles du CHAM (Chantiers, histoire et architecture médiévales) en 1989-1990 et au diagnostic de la Made (Mission archéologique du département de l’Eure) en 2013, la fouille (juillet 2014-mars 2015) s’est appliquée à mettre au jour et à étudier les vestiges maçonnés directement concernés par le projet.

La chronologie des vestiges de la basse cour, autour de la porte Piquet, se déroule en quelques grandes phases.

2Le plus ancien état correspond à une section de palissade de poteaux de bois jointifs, parallèle à la courtine. Ces vestiges fossoyés pourraient remonter à l’époque ducale et à un état primitif de l’enceinte de la basse cour. Cette palissade fut probablement démantelée pour laisser place à la courtine maçonnée.

3La première grande phase de travaux monumentaux est matérialisée par de multiples vestiges de maçonneries liées d’un même type de mortier jaune : deux petites tours de flanquement semi-circulaires, un large passage entre deux grands bâtiments adossés à deux épaisses courtines, une tour circulaire inédite située à l’angle et à la rencontre des fossés des haute et basse cours, conservant les vestiges d’une cave et du contrecœur d’une cheminée. Ce premier état maçonné pourrait dater du dernier quart du xiie ou de la première moitié du xiiie s. Les élévations conservent les traces d’un violent incendie.

4La seconde grande phase de travaux monumentaux correspond à la reconstruction des édifices et des murs précédents, dont les dimensions et les proportions (maçonneries liées d’un mortier rose-orange) sont modifiées. La porte Piquet comporte toujours deux bâtiments et deux épaisses courtines mais son passage est réduit en largeur, ses tours sont rebâties sur un modèle circulaire et nettement plus imposant. Les fossés des haute et basse cours se trouvent séparés par un large talus abrupt (vestiges maçonnés). La tour inédite, ruinée, est recouverte d’un même glacis parementé et taluté que la contrescarpe du fossé de la haute cour. Le passage de la nouvelle porte présente un sol de craie damée dont le tassement et les ornières sont ensuite recouverts d’un vaste niveau de scories. Le rez-de-chaussée du grand bâtiment trapézoïdal adossé à la courtine est agrémenté d’une large cheminée dont le contrecœur et la sole sont composés de petites tuiles plates à crochet. Ce second état maçonné pourrait dater de la fin du xiiie ou du courant du xive s.

5Les xvie et xviie s. se caractérisent par divers travaux d’aménagement et de démolition. Sans doute adapté à l’évolution des armes à feu, un emmarchement est mis en place au pied de l’archère nord de la tour est. Dans le passage un pavement de silex taillés est posé, il se trouve ensuite réduit par la mise en place d’un mur épais entre les deux tours, avant d’être définitivement condamné. Après le milieu du xviie s., les bâtiments de la porte Piquet sont démolis, leurs décombres et débris étalés et nivelés, fossilisant toute la stratigraphie de leurs niveaux d’occupation (vraisemblables travaux de Françoise de Brancas, entre 1694 et 1704).

Les matériaux, appareillages et mortiers des piles de pont reflètent un phasage de construction complexe.

6Le plus ancien vestige est l’imposante pile de contrescarpe (pile nord du pont) composée d’épaisses maçonneries appuyées de contreforts, parementées de silex et chaînées de pierres de taille, elle est caractérisée par un caisson comblé de remblais compactés à l’issue du chantier de construction.

7La pile centrale mise au jour était initialement une pile d’escarpe (ou pile sud) dont les vestiges parementés et appuyés de contreforts faisaient face à ceux de la pile nord. L’escarpe, au pied des tours, était alors nettement moins abrupte. Cette première pile d’escarpe fut érigée en même temps et en lien direct avec un mur de soutènement implanté en travers du fond du fossé. Comme cette pile, ce mur taluté fut bâti à l’aide de pierres calcaires remployées, pour partie moulurées, probablement issues d’un édifice prestigieux attribuable à la seconde moitié du xiiie ou à la première moitié du xive s. (chapelle ?). Associé à ces remplois, le maintien de ce mur soigné à l’aide d’une ossature charpentée oriente vers l’hypothèse de la construction d’un ouvrage de qualité en un temps limité et avec des matériaux déjà sur place, indice plausible d’un projet réalisé en période de conflit (seconde moitié du xive s. ?). La construction du mur de soutènement inclut une porte débouchant vraisemblablement d’une construction souterraine située hors emprise.

8La dernière phase de grands travaux correspond à l’accentuation de l’escarpe du fossé, au pied de la porte Piquet et en arrière de la première pile d’escarpe, transformant celle-ci en pile centrale dont le parement sud est alors greffé, avec ses contreforts, sur les vestiges déjà existants. Une reprise en sous-œuvre permet de créer une nouvelle pile d’escarpe sous les vestiges du caisson sud du pont. Ces nouvelles maçonneries présentent un même parement soigné de pierres de taille de calcaire signées de marques de calibrage en chiffres romains (xive ou xve s.).

9Le mobilier céramique de la stratigraphie du caisson de la pile nord et des niveaux postérieurs oriente vers une construction au xive s., une occupation du xive au xvie s., une utilisation du pont au xvie s., enfin la création d’une vaste motte (plausible terrasse d’artillerie) à l’emplacement de la sortie du pont au xvie s. Ces siècles virent également plusieurs campagnes de travaux de consolidation des parements latéraux des piles de pont.

Harcourt, le château, vestiges de la pile centrale et de la pile de contrescarpe du pont de la porte Piquet.

Harcourt, le château, vestiges de la pile centrale et de la pile de contrescarpe du pont de la porte Piquet.

Cl. G. Deshayes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Harcourt, le château, vestiges de la pile centrale et de la pile de contrescarpe du pont de la porte Piquet.
Crédits Cl. G. Deshayes
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Deshayes, « Harcourt (Eure). Le Château »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 259-260.

Référence électronique

Gilles Deshayes, « Harcourt (Eure). Le Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7416

Haut de page

Auteur

Gilles Deshayes

mission archéologique départementale de l’Eure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Deshayes

mission archéologique départementale de l’Eure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals