Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Harfleur (Seine-Maritime). Place d’Armes et route d’Oudalle

Responsable d’opération : Éric Follain
p. 261

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Une surveillance de travaux de voirie a permis de reconnaître et d’étudier une partie des vestiges de la « Tour perdue ». Isolée au milieu du Clos aux Galées, port et arsenal royal, elle est aussi connue comme « Chatelet ». Elle était le cœur de la défense de la partie portuaire de la ville et avait également la fonction d’amer et de vigie. Jacques Vaillant, maître des œuvres de maçonnerie, l’aurait construite pour le compte des Anglais entre 1425 et 1429. Deux documents médiévaux donnent une image relativement précise de ce qui est l’une des rares constructions entreprises par les Anglais en France, pendant la guerre de Cent Ans. C’est dans l’église Saint-Martin que l’on trouve un très grand graffiti représentant l’un des sièges d’Harfleur et montrant la « Tour perdue ». Elle figure également sur une miniature, extraite des Vigiles de Charles VII de Martial de Paris, représentant la reconquête d’Harfleur par Charles VII en décembre 1449.

2C’est à faible profondeur que sont apparues des maçonneries représentant environ un huitième de la surface de la tour, dont la localisation connue s’est révélée erronée puisqu’elle se situe plus près de la porte de Rouen que prévu. Un court tronçon de parement courbe permet d’estimer le diamètre entre 18 et 19 m. La masse énorme de blocage, dégagé en arrière du parement, prouve que l’épaisseur du mur de la tour dépasserait les 5,50 m. Les assises de 0,36 m sont montées en blocs de pierre de Caen et présentent un très léger fruit. Un massif rectangulaire saillant de 1,10 m et large de 4,57 m a également été mis en évidence. Il pourrait correspondre à un dispositif reliant la « Tour perdue » à la porte de Rouen. La salle basse, localisée sous la chaussée, n’a pu être atteinte, mais sa découverte au xixe s. a permis de connaître l’altitude de son sol, au ras du plan d’eau à marée haute, et son diamètre : 5,90 m. Cependant, une partie de son escalier en vis a été dégagée et quatre marches monolithes sont apparues. Un conduit de latrines vertical (0,51 m × 1,60 m) a par ailleurs été vidé sur une hauteur de 1,60 m. De section rectangulaire, il comporte vers l’intérieur de la tour une petite face en glacis caractérisé par une forte inclinaison. Il s’agit manifestement d’un déversoir évacuant dans le plan d’eau les matières fécales. Les vestiges ont été enfouis sous une esplanade piétonnière.

Harfleur, vue des vestiges de la tour perdue en cours de dégagement.

Harfleur, vue des vestiges de la tour perdue en cours de dégagement.

Cl. Éric Follain

Haut de page

Table des illustrations

Titre Harfleur, vue des vestiges de la tour perdue en cours de dégagement.
Crédits Cl. Éric Follain
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Follain, « Harfleur (Seine-Maritime). Place d’Armes et route d’Oudalle », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 261.

Référence électronique

Éric Follain, « Harfleur (Seine-Maritime). Place d’Armes et route d’Oudalle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7417

Haut de page

Auteur

Éric Follain

SRA Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Follain

SRA Normandie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals