Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Morlanne (Pyrénées Atlantiques). Château

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 263

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0140693

Texte intégral

Un château en brique sur les ruines d’un château en pierre

1Les travaux de rénovation du château de Morlanne engagés par le conseil départemental nous ont donné l’occasion de faire le point sur les hypothèses émises à propos de cet édifice, dont on dit qu’il a été édifié sur l’ordre de Gaston Fébus, comte de Foix-Béarn (1331-1390). Archéologie du bâti, diagnostic, surveillance de travaux, et fouille préventive se sont succédé sur le site.

2Le bâtiment datant du xive s. a subi plusieurs restructurations au cours des siècles et l’opération d’archéologie du bâti permet de faire le point sur l’architecture du château à cette époque. Le décrépissage des murs au premier étage a révélé d’une ancienne fenêtre en plein cintre et permis d’esquisser la distribution des pièces selon un plan très proche de celui d’autres châteaux du Béarn (Pau, Montaner, Navailles, etc.), même si le château de Morlanne ne mesure que les deux tiers de la surface de celui de Montaner.

3L’ouverture d’une première tranchée de sondage dans la cour intérieure du château, en 2012, a mis au jour une maçonnerie en pierres antérieure au château actuel. Mais l’étroitesse de la tranchée ne permettait pas d’extrapoler sur la disposition des maçonneries. L’ouverture d’un second sondage à l’intérieur du corps de logis a confirmé la présence de l’argile rapportée constituant la motte primitive. Le remplacement des pavés de la cour a entraîné la réalisation de sondages qui ont permis la découverte de maçonneries très importantes situées sous le seuil du logis seigneurial.

4Les maçonneries de ce château en pierre, antérieur à celui de Gaston Fébus, ont fait l’objet d’une récupération systématique, ce qui rend difficile la datation de niveaux d’occupation ou de sols et l’interprétation des vestiges, mais une monnaie de Philippe IV le Bel (frappée entre 1290 et 1305) confirme l’hypothèse d’un château primitif, en pierre, du xiie ou du début xiiie s. À l’origine, le château de type shell-keep devait s’articuler autour d’un espace circulaire de 11 m de diamètre intérieur protégé par une maçonnerie d’1 m de large, dont une portion est par la suite détruite pour aménager une construction (tour ?) en fer à cheval avec peut-être déjà un escalier permettant l’accès aux étages. À une date ultérieure (xive s. ?), cette tour en fer à cheval est elle-même modifiée au niveau du perron du corps de logis actuel, peut-être pour l’installation d’un escalier en vis.

5Ce château doit avoir appartenu à un seigneur puissant, peut être proche du pouvoir et du roi d’Angleterre. On ne sait si ce château est déjà détruit lorsque le demi-frère de Gaston Fébus devient seigneur de Morlanne ou si Gaston Fébus ordonne de le raser pour construire un château à son image, à un emplacement stratégique de la frontière avec la Guyenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Morlanne (Pyrénées Atlantiques). Château »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 263.

Référence électronique

Nadine Béague, « Morlanne (Pyrénées Atlantiques). Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7426

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals