Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Pommeraye (La) (Calvados). Tour-porte du Château Ganne

Responsable d’opération : Gaël Carré
p. 264-265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Malgré l’état de ruine du monument, l’étude archéologique des élévations de la tour-porte de Château Ganne, implantée à l’entrée de la haute cour du complexe castral qui se composait d’une succession de trois enclos (haute cour, basses cours principale et secondaire), a révélé deux phases architecturales pour la période médiévale. Leur distinction tient à des changements de mise en œuvre des matériaux perceptibles dans le traitement des parements. Toute la difficulté de l’étude, menée en accompagnement des travaux de consolidation des maçonneries, tient ici dans l’appréciation du contenu historique de ces deux phases qui peuvent être, à priori, perçues soit comme les étapes successives d’un même chantier de construction (plus ou moins échelonné dans le temps), soit au contraire comme le témoignage de deux états architecturaux chronologiquement bien distincts et, par conséquent, clairement individualisés. L’identification d’une reprise de l’entrée de l’édifice résultant d’une très vraisemblable insertion de l’actuelle porte monumentale orientale, associée à l’accumulation des divers changements notables dans la mise en œuvre des matériaux des parties hautes des élévations, nous a finalement conduits à retenir la seconde hypothèse.

2Il est ainsi loisible de proposer l’existence d’un premier édifice de plan rectangulaire (8 × 26 m hors œuvre) divisé en deux égales travées barlongues et dont seul subsiste partiellement le premier niveau (phase 1). L’ampleur de la construction (bâtie en moellons de grès schisteux irrégulièrement disposés en opus spicatum) ainsi que la conception du premier niveau, qui consistait en un long couloir rythmé d’au moins deux portes monumentales en enfilade pour l’accès à la haute cour, autorisent l’identification d’une tour-porte dont la datation peut être située, au plus tard et par prudence, dans la seconde moitié du xie s. ou au début du xiie s. Ce type d’édifice s’inscrit, en effet, dans un corpus de bâtiments bien connus en Angleterre et qui furent édifiés autour ou après la conquête de 1066 par Guillaume Ier, duc de Normandie.

3Vers le milieu ou, plus largement, dans le second tiers du xiie s., la tour-porte originelle est très fortement restructurée (phase 2). La travée orientale est réduite en longueur avec l’insertion dans les murs gouttereaux primitifs d’une porte monumentale, coiffée d’un arc brisé extérieur à double rouleau et ajourant le premier niveau du nouveau mur de façade oriental. Le retrait ainsi constitué servait d’assise à un chemin ou rampe d’accès, précédé du côté de la basse cour principale par un fossé défensif. Ce remaniement s’est accompagné de la reconstruction de la totalité du premier étage de la tour porte, et de l’installation d’un troisième niveau équipé de hourds. Le premier étage, divisé en deux par un mur de refend, était desservi par une porte d’entrée dans le mur gouttereau sud. Un dispositif d’escalier extérieur en permettait vraisemblablement la desserte. L’éclairage s’effectuait au moyen de probables fentes de jours ou d’archères. La pièce orientale, la plus petite, était uniquement accessible depuis la pièce occidentale ; elle desservait un petit hourd pour défendre la porte d’entrée du monument. Le second étage possédait un hourd beaucoup plus massif, d’une largeur égale ou supérieure à 2 m et dont les traces sont clairement repérables vers le haut de la façade occidentale, tournée vers la haute cour. Ce type de tour-porte rectangulaire, d’un traitement relativement austère et à la vocation défensive très nettement affirmée, est assez récurrent dans l’architecture castrale plantagenêt de la seconde moitié du xiie s., qu’il s’agisse de l’Angleterre ou de la France. Au Château Ganne, ce bâtiment qui devait être perçu comme la tour-maîtresse du site, témoignait sans doute de la réussite sociale et du statut élevé de son commanditaire, probablement Henri Ier de La Pommeraye. Ce personnage, décédé avant 1167, fut connétable du roi Henri Ier Beauclerc et reçut également une charge royale sous Henri II Plantagenêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Carré, « Pommeraye (La) (Calvados). Tour-porte du Château Ganne », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 264-265.

Référence électronique

Gaël Carré, « Pommeraye (La) (Calvados). Tour-porte du Château Ganne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7430

Haut de page

Auteur

Gaël Carré

service archéologique départemental du Calvados

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Carré

service archéologique départemental du Calvados

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals