Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Pontgouin (Eure-et-Loire). Château de la Rivière

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 265

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0147372

Texte intégral

1Le bourg se trouve dans la vallée de la rivière l’Eure, à 7 km au NO de Courville-sur-Eure et à 22 km de Chartres, juste en dehors de la limite orientale du parc naturel régional du Perche. Le château de la Rivière est situé sur la rive sud d’une boucle de l’Eure, à 1,6 km du centre du bourg. Situé à l’emplacement d’une résidence médiévale antérieur, l’édifice actuel fut érigé au cours de la première moitié du xviis. Il consiste en une plateforme rectangulaire orientée SE-NO, de 168 m de long N-S sur 55 m de large E-O, close de murailles avec des tours d’angle et entourée de douves sèches de 11 à 12 m de large, définies par des murs de contrescarpe de 3,50 m de haut. À l’intérieur de cet enclos, la plateforme est divisée en trois espaces contigus, du sud au nord : la cour des Communs, entourée des communs avec le châtelet d’entrée du côté sud ; la cour principale, avec le logis formant le côté nord ; puis la terrasse des jardins, délimitée au sud par la façade nord du logis principal. Cet espace est légèrement désaxé par rapport à l’axe de symétrie des autres espaces et son côté nord est entouré de canaux alimentés par une dérivation du cours principal de l’Eure à 600 m en amont. L’ensemble est flanqué à l’ouest par l’ancienne métairie, aujourd’hui une propriété privée séparée du château, et à l’est par l’enclos du potager et du verger. Cet espace est entouré d’un mur de clôture en pisé ou en bauge.

2Deux sondages dans les douves sèches du côté sud ont montré l’absence d’un fossé médiéval antérieur aux douves actuelles dont le fond repose directement sur le substrat d’argile à silex. En revanche, un niveau d’occupation avec des céramiques datables du xvie s. a été observé au pied du châtelet d’entrée, érigé en 1629. L’analyse des élévations de cet ouvrage a également mis en évidence l’évolution du système d’accès. Le pont-levis d’origine s’abaissait sur un tablier dormant du côté sud du fossé, intégré dans le mur de contrescarpe. Il fut remplacé en 1768 par l’insertion d’une arche maçonnée entre la culée du tablier et le mur du châtelet.

3Des sondages à l’intérieur des deux cours ont permis d’appréhender les niveaux de circulation et l’aménagement de l’espace. La cour des communs était probablement séparée de la cour principale par un mur de clôture nettement plus haut que l’actuel mur bahut. Le passage central entre ces deux espaces était aménagé avec une surface de briques délimitée par une margelle en grès ferrugineux (roussard). Un drain au pied de ce mur, côté communs, évacuait les eaux pluviales vers l’extérieur via un drain couvert au pied des deux tours des angles NE et NO. Le même type d’aménagement de surface a été observé dans l’espace situé immédiatement derrière le châtelet. Une campagne de prospection géophysique a également mis au jour des bâtiments dans l’angle SE de la cour des communs, vestiges de l’ensemble médiéval qui précédait le château actuel.

4À l’intérieur de la cour principale, un mur E-O a été observé, parallèle à la façade sud du logis. Sa présence pourrait correspondre à des vestiges de l’occupation antérieure au xviie s., mais il pourrait également faire partie d’un mur-écran ou d’une esplanade légèrement surbaissée devant la façade du logis. Cet espace fut comblé au cours du xviiie s., quand le niveau de sol de la cour fut rehaussé de 40 à 50 cm. Cette phase correspond à la création d’un drain maçonné qui traverse le passage central entre les deux cours, sans doute pour améliorer l’évacuation des eaux de surface.

5Les sondages n’ont pas livré un mobilier archéologique important, mais la quantité de débris de terres cuites architecturales retrouvées permet d’amorcer une étude des matériaux de construction où la brique et la tuile constituent une des principales caractéristiques de l’architecture de l’ensemble, juxtaposées avec des éléments en pierre de taille de roussard et de grison et des petits appareils en silex.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Pontgouin (Eure-et-Loire). Château de la Rivière »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 265.

Référence électronique

Simon Bryant, « Pontgouin (Eure-et-Loire). Château de la Rivière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7431

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals