Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Râches (Nord). 258, rue du Vert-Debout

Responsable d’opération : Étienne Louis
p. 266

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1La municipalité de Râches a entrepris la requalification d’une friche industrielle de 16 487 m² située au cœur du village actuel. Les parcelles ont été occupées depuis le tout début du xxe s. et jusqu’aux années 1970 par une usine d’ustensiles en tôle émaillée. La documentation écrite et figurée localisant à cet endroit l’ancienne motte castrale et le château de Râches, signalés depuis le xiie s. et détruits en 1679, un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé par la Communauté d’agglomération du Douaisis du 27 octobre au 4 novembre 2015, dans des conditions rendues difficiles par l’épaisseur des remblais industriels et la proximité de la nappe phréatique. Aux portes de Douai, Râches se situe dans la basse plaine de la Scarpe, sur la rive nord de la rivière. Le terrain d’emprise du diagnostic correspond à l’origine à une prairie humide, entre 19,50 et 19,90 m d’altitude, en lisière d’une légère surélévation sableuse pléistocène.

2Les plus anciens témoins d’occupation se situent au NO de la parcelle et remontent très vraisemblablement à l’époque romaine. Outre une fosse apparemment isolée, il s’agit d’un petit fossé rectiligne (parcellaire ?) suivi sur plus de 40 m et bordé par un alignement de trous de poteau, correspondant à une section de palissade ou à la base d’un bâtiment à vocation agraire. À l’opposé, dans la partie orientale du terrain, un autre secteur d’occupation remonte au bas Moyen Âge et au début de l’époque moderne (xive-xvie s.). Il s’agit d’un vaste fossé de drainage avec d’abondants rejets domestiques, d’une série de fosses et surtout d’un niveau d’épandage de rebuts de terre cuite en rapport avec une tuilerie médiévale connue par quelques mentions d’archives et jusqu’alors mal localisée.

3Le site castral se laisse difficilement percevoir au travers de très vastes creusements, larges parfois de 12 à plus de 20 m et profonds d’environ 1,80 m. Cette dernière dimension peut sembler modeste, mais, avec un encaissant très meuble et une nappe phréatique subaffleurante, des excavations plus importantes n’étaient pas facilement réalisables. La plupart des éléments datables remontent aux derniers temps du château et correspondent pour l’essentiel aux phases de démolition et de nivellement du terrain. Les vestiges, principalement interprétés en fonction d’un plan de 1733 permettent de proposer la restitution d’une plateforme circulaire d’environ 40 m de diamètre, entourée d’un fossé de 12 à 15 m de large. Il semble qu’un second fossé concentrique entourait la plateforme, au moins sur ses flancs nord et est, séparé du premier par une banquette d’une petite dizaine de mètres.

4Un bâtiment de plan quadrangulaire à fondations en briques est installé sur cet espace étroit. Les fossés sont systématiquement comblés à la fin du xviie et au xviiie s. par les gravats de démolition du château puis par des remblais terreux. À titre d’anecdote, on signale dans les déblais la présence des restes d’un groupe sculpté en terre cuite, probable décor de jardin du xviie s.

5La plateforme centrale n’a pu faire l’objet que de sondages très limités. Quelle qu’ait été sa hauteur originelle (vraie motte castrale tronconique ou simple moated site peu marqué), il paraît évident que la motte a été systématiquement nivelée en même temps que les fossés, jusqu’à retrouver la côte originelle du terrain. Ce niveau d’arasement se situe à environ 1,10 m sous le sol actuel. Aucune trace de bâti en place n’a pu être observée. Les autres aménagements attribuables à la fin de l’époque médiévale, à la période moderne ou au xixe s. se limitent à quelques fossés de drainage et à une série de plots en maçonnerie qui correspondent peut-être aux fondations d’un berceau (champ de tir à l’arc) du xvis.

6La plus grande partie des vestiges observés lors du diagnostic relève de l’occupation industrielle du site. Il s’agit de remblais et de fondations en briques souvent massives, murs, cuves, fours, conduits de chaleur, réseau d’évacuation et de traitement des eaux usées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Louis, « Râches (Nord). 258, rue du Vert-Debout »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 266.

Référence électronique

Étienne Louis, « Râches (Nord). 258, rue du Vert-Debout » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7433

Haut de page

Auteur

Étienne Louis

Musée-parc Arkéos

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Louis

Musée-parc Arkéos

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals