Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainRoche-Maurice (La) (Finistère). C...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Roche-Maurice (La) (Finistère). Château de Roc’h Morvan

Responsable d’opération : Ronan Pérennec
p. 267-268

Texte intégral

1Bâti sur un éperon rocheux surplombant la vallée de l’Élorn, le château de La Roche-Maurice assurait originellement la défense de la frontière nord de la vicomté de Cornouaille. Tombé aux mains des vicomtes de Léon au milieu du xiie s., il devient, dès la fin du siècle, la principale forteresse d’une branche cadette, celle des seigneurs de Léon. À l’extinction de ce lignage, en 1363, il passe aux vicomtes de Rohan. À la suite de l’expansion territoriale des vicomtes de Léon au détriment de ceux de Cornouaille, au milieu du xiie s., le château perd son rôle frontière, mais il assura cependant, pendant tout le Moyen Âge, la défense de la ville de Landerneau, toute proche.

2Après des dégagements de remblais de démolition en 2013, la fouille s’est déroulée en 2014 et 2015 sur la partie orientale d’une enceinte trapézoïdale orientée EO (longueur moyenne 42 m, largeur initiale de 15 m, pouvant atteindre 20 m au fil du temps). Assise sur de petits reliefs rocheux, elle est adossée au Roc’h, en contrebas de celui-ci et de son donjon. Une première phase d’occupation a été très partiellement entrevue. Elle témoigne sans doute d’une occupation des reliefs secondaires relativement contemporaine de la construction du château de pierre sur le Roc’h.

3Dans une deuxième phase, au xiiie s., l’enceinte basse est construite sur plan géométrique. Les restes de deux tours semi-circulaires espacées seulement de 6,50 m sont peut-être en lien avec la protection d’une porte située sur le côté sud, c’est-à-dire celui où le bourg s’est fixé.

4Dans le courant du xive s., la muraille est rebâtie, du moins sur les fronts est et nord, sur un plan similaire au précédent. En revanche, au sud, la partie est de la courtine avance à l’aplomb du rocher, au détriment d’une des tours mises au jour. Les systèmes de flanquements précédents sont sans doute abandonnés à ce moment. Puis une nouvelle reconstruction du côté sud est effectuée, cette fois en contrebas de la paroi rocheuse, englobée par la nouvelle maçonnerie. Dans l’angle SE, un ouvrage en saillie – probable bastion dont seule l’amorce a été mise au jour –, permettait de renforcer la défense côté bourg. On est alors assuré de l’existence de bâtiments accolés aux courtines nord et est, et de la présence d’un appentis contre la courtine. Les aménagements du bâtiment oriental : archères, mais aussi fenêtre à coussièges, cheminée, dispositif d’évacuation des eaux usées, le désignent comme un logis. Le bâti septentrional n’est quasiment pas conservé en élévation, mais la fouille a mis au jour un départ d’archère, des vestiges de latrines, et un foyer. Le mobilier recueilli conforte son identification comme corps de garde.

5Deux piles d’un pont, installées en retrait, à l’abri des murs, devaient permettre le franchissement d’un important dénivelé entre les deux parties de l’enceinte. Cet ouvrage, dont la datation n’est pas définitivement établie, devait faciliter la liaison entre la plateforme orientale de l’enceinte et la partie occidentale de celle-ci, et, au-delà, avec le Roc’h.

6Au cours des xive et xve s., la courtine est régulièrement réparée. La fragilité de la maçonnerie, dont un parement est plaqué sur près de 4 m de hauteur contre la paroi rocheuse et les vestiges antérieurs, est patente. Il semble que le choix des constructeurs était d’obtenir, visuellement, l’aspect d’une muraille plus monumentale, peut-être aussi plus dissuasive, d’où le choix de descendre en avant du rocher et de l’englober. Cette astuce pourrait être contemporaine de la mainmise sur la seigneurie des vicomtes de Rohan. On ne peut exclure non plus la volonté de remettre la place en état rapidement, choix dicté davantage par la volonté de percevoir le droit de guet, que par des considérations purement militaires.

7Au cours du xve s., le relief de la cour est aménagé, semble-t-il pour la première fois. La forte pente du terrain vers l’ouest est maîtrisée par la création de gradins formant un large escalier maçonné.

8En 1489, le château est fortement abîmé pendant la guerre d’indépendance de Bretagne. La reconstruction s’effectue dès la fin du xve s. et au début du xvis. Le bâtiment nord est intégralement rebâti, et élargi. Une imposante tour d’artillerie remplace le bastion antérieur, dans l’angle SE. La courtine sud est reconstruite en retrait, sur le sommet du rocher en tenant compte des faiblesses du rempart antérieur. Des terrasses sont aménagées sur deux niveaux au détriment de l’ancien escalier d’accès à la courtine sud. Leur rôle était peut-être en lien avec une fonction de stockage, comme cela est attesté pour un petit aménagement similaire, entrepôt de boulets construit au même moment près de la tour d’artillerie.

9Le château, mis à sac pendant les guerres de la Ligue, subit sans doute un début de démantèlement dans les premières années du xviie s. Toutefois, une nouvelle campagne de travaux est entreprise. Le bâtiment oriental est reconstruit vers 1640, ainsi que la courtine nord, mais ces travaux seraient liés à un rôle carcéral, attesté dans les textes du xve s. jusqu’à la fin du xviie s. L’abandon définitif de la place, au xviiie s., est encore mal situé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Pérennec, « Roche-Maurice (La) (Finistère). Château de Roc’h Morvan »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 267-268.

Référence électronique

Ronan Pérennec, « Roche-Maurice (La) (Finistère). Château de Roc’h Morvan » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7436

Haut de page

Auteur

Ronan Pérennec

conseil départemental du Finistère

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ronan Pérennec

conseil départemental du Finistère

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search