Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Rouen (Seine-Maritime). Boulevard des Belges

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 268

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0140064

Texte intégral

1Le projet de construction de logements étudiants aux 102-108, boulevard des Belges et au 97, rue Cauchoise à Rouen étant localisé sur le tracé des anciennes fortifications médiévales de la ville, le Service régional de l’archéologie de Normandie a prescrit un diagnostic archéologique. Les parcelles concernées comprennent une partie du fossé à l’ouest et une bande de terrain directement en lien avec la courtine à l’est, entre une des principales portes de la ville, la Porte Cauchoise, au nord, et le château édifié par les Anglais au début du xve s. au sud.

2Le diagnostic a permis de préciser le tracé de l’enceinte urbaine de Rouen, déjà observée au sud et au nord au début des années 1990. Très bien conservée, au moins en ce qui concerne sa partie inférieure servant d’escarpe au fossé de la ville, l’enceinte est construite en pierre de taille calcaire présentant un léger fruit, de 0,14/0,15 cm/m. Les blocs font en moyenne 0,30 m de hauteur mais celle-ci peut fluctuer entre 0,21 m et 0,38 m, tout comme leur longueur qui peut aller de 0,72/0,96 m jusqu’à 1,17/1,24 m.

3Si ces données sont semblables à celles déjà connues, la largeur (5 m), peut en revanche poser question puisque la courtine mesurait moins de 3 m de large, au sud, et entre 3,30 m et 4 m, au nord, aux abords d’une casemate. Une maçonnerie faisant 5 m de large a bien été mise en évidence lors des fouilles du Rectorat au sud mais il s’agissait alors d’un massif en blocage regroupant à la fois les fondations de la courtine et celles d’un escalier permettant d’accéder au chemin de ronde. En tenant compte du fait que, dans le cas de ce diagnostic, on se situe au niveau des fondations et que la tranchée ne mesure que 3 m de large, cela pourrait être une explication à la très grande largeur de la maçonnerie, qui pourrait par exemple regrouper l’enceinte et un massif d’escalier.

4À moins de 2 m de la courtine, l’étude des terres laissées en place pour des raisons de sécurité a montré que l’on était en présence d’un amoncellement de remblais sur près de 3 m de haut. La fine stratification, associée au mobilier recueilli, peu fragmenté et homogène, permet d’identifier cet amas à un « heurt », terme donné au xvie s. pour désigner des monticules de terre créés volontairement. Il s’agissait alors d’apporter des terres du côté intérieur de l’enceinte, afin de renforcer la résistance des murs à l’artillerie. C’est la seconde fois qu’un aménagement de ce type est mis en évidence, en arrière de la courtine, sur cette portion ouest des fortifications. Cela conforte les observations réalisées 150 m au sud et permet de proposer de restituer ce heurt sur une grande partie de l’espace en arrière des fortifications, à l’ouest de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Rouen (Seine-Maritime). Boulevard des Belges », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 268.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Rouen (Seine-Maritime). Boulevard des Belges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7438

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals