Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Rosheim (Bas-Rhin). Rempart extérieur

Responsable d’opération : Loïc Benoit
p. 269

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1La commune souhaitant mettre en valeur son patrimoine historique, un chantier d’étude et de restauration de l’enceinte médiévale extérieure de l’agglomération a été entrepris en 2015. La campagne a compris deux semaines d’étude archéologique et quatre semaines de restauration.

2Rosheim est construite à l’entrée de la vallée de la Magel sur les bas-reliefs vosgiens, à une altitude moyenne de 190 m. Par sa position, elle sert de verrou à la vallée tout en gardant une vue dégagée sur le Bischenberg et la plaine strasbourgeoise. La ville apparaît dans la documentation à la fin du viiie s. sous le nom de Rodasheim. Toutefois, elle ne gagna en importance qu’à partir des xie et xiie s. En 1236, la ville devient intégralement possession du Saint-Empire germanique. La même année, l’agglomération est élevée au rang de ville attestant ainsi de son droit à fortification. En 1303, Rosheim devient une ville impériale et dès 1354, elle intègre la décapole alsacienne ce qui lui donne avec les neuf autres villes des droits et devoirs particuliers. La ville est ensuite victime de la guerre de Trente Ans et des invasions suédoises de 1632. Pendant un temps, par le traité de Nimègue, elle devient propriété française avant de redevenir allemande.

3L’opération située sur une parcelle d’enceinte a consisté en une étude de bâti suivi d’une restauration. Cette étude nous a permis de comprendre la construction et l’évolution d’une partie de la défense extérieure de la ville. Une première phase de fortification maçonnée a été identifiée. Celle-ci, large d’environ 1,20 m et d’une hauteur estimée d’au moins 5 m, était pourvue d’un système de chemin de ronde associé à un parapet ou crénelage. Malheureusement, l’état des vestiges ne nous a pas permis de trancher entre les deux. Grâce aux sources manuscrites, nous avons pu placer cet état entre 1282 et 1322. Une deuxième phase de fortification a aussi été identifiée. Elle vient alors boucher le chemin de ronde et le parapet/crénelage afin de surélever l’édifice et d’augmenter les défenses. Nous plaçons ce second état, d’après les sources, à partir de 1361.

4Les résultats de cette campagne d’étude de bâti montrent une évolution du site plus complexe que ce qui était envisagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Benoit, « Rosheim (Bas-Rhin). Rempart extérieur »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 269.

Référence électronique

Loïc Benoit, « Rosheim (Bas-Rhin). Rempart extérieur » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7440

Haut de page

Auteur

Loïc Benoit

université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Loïc Benoit

université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals