Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 270

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Trois mottes (fig.), dont deux mitoyennes, car seulement séparées par un ruisseau et une plus importante, sont établies de part et d’autre d’une plateforme occupée par un établissement religieux (collégiale devenue prieuré) mentionné dans un acte du milieu du xe s., par lequel Doctricus, qui possède l’alleu nommé Turris, achète divers biens au vicomte Archambaud (de Comborn) pour en doter l’église qu’il a construite à La Tour. La dotation est effectuée en présence de ses seniorum, le vicomte Raynaud d’Aubusson et le marquis Boson de Charroux, premier comte de la Marche. La famille éponyme de La Tour est signalée dans d’autres textes et aucune mention écrite n’indique la présence d’un autre seigneur important en ce lieu. L’hypothèse d’une juxtaposition de deux autorités à La Tour n’étant étayée par aucun texte, la grande motte et les deux buttes mitoyennes appartiennent donc vraisemblablement à un seul et même ensemble castral.

2Occupant la partie sud d’un vaste enclos fossoyé rectangulaire, la grande butte, entourée elle-même d’un fossé subcirculaire, correspond au type classique de la motte castrale de plateau, édifiée par terrassement des terres issues notamment du creusement du fossé l’entourant. La plateforme (225 m2) présente des témoins d’une occupation (fosse, quelques tessons des xe-xiie s.) et même de constructions en pierre (empierrement, éboulis). Située sur un terrain plus élevé, plus massive (diamètre d’environ 45 m à la base) et légèrement plus haute, cette grande motte domine l’ensemble du site, y compris les deux buttes mitoyennes, malgré l’espace les séparant (environ 150 m), occupé par la plateforme Saint-Austrille. Ce pourrait être le lieu de pouvoir et de résidence avec son propre système d’entrée (motte de Louveraude disparue avant le xvie s. et connue que par un seul texte de cette époque) et sa basse cour (plateforme Saint-Austrille).

3Un fossé unique, d’une douzaine de mètres de large, englobe les deux buttes mitoyennes et présente une forme ovalaire orientée SO-NE (138 × 127 m). Le large talus de contrescarpe constitue une véritable levée de terre sur laquelle pouvaient être implantés des bâtiments. Le tout semble inclus dans un espace également ovalaire et fossoyé plus vaste, implanté dans la partie NE du grand enclos. La construction de ces buttes diffère de celle de la grande motte, avec une terre végétale beaucoup plus charbonneuse surmontant des empierrements de granite séparés par des couches argileuses destinées à les stabiliser. Ces deux buttes appartiennent sans aucun doute à un même système. Dans l’hypothèse d’une zone environnante non marécageuse, il pourrait s’agir d’une entrée assortie d’un poste de péage, avec une possible fonction complémentaire en liaison avec la métallurgie.

4Toutes les structures composant ce vaste site castral semblent largement ignorer le village, comme si une limite physique avait existé entre les deux pôles, un ancien étang par exemple. L’évolution de la surface en eau pourrait, en effet, être un élément important pour la compréhension du site castral, avec un déplacement de la digue en amont après la guerre de Cent Ans, rendant obsolète le péage des deux buttes mitoyennes, désormais établi sur la nouvelle digue.

Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, 2015.

Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, 2015.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, 2015.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 270.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7442

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals