Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat/Les Tours

Responsable d’opération : Richard Jonvel
Notice rédigée avec Philippe Racinet
p. 271-272

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Le site étudié se trouve à une centaine de mètres au NO du petit village de Murat, sur un promontoire rocheux formé par deux rivières confluentes (le Taurion et la Leyrenne), qu’il surplombe d’une bonne vingtaine de mètres. Il est composé d’une butte protégée par un fossé de barrage d’éperon au SE et par un double système fossoyé au NO, séparant ladite butte d’une zone pouvant faire penser à une basse cour de dimensions réduites.

2L’oppidum de Murat comporte donc un système défensif important (plateforme, levée de terre, fossés), qui a évolué dans le temps. Grâce à des datations par radiocarbone, la levée défensive de la plateforme a été parfaitement calée dans la seconde moitié du viiie s. Cette dernière domine un premier fossé large et en U, suivi d’un second parallèle et en V. Dans la mesure où son comblement contient des blocs vitrifiés, ce second fossé ne peut pas être contemporain du premier si on considère que la contrescarpe vitrifiée de la levée est réalisée au même moment que le creusement du premier fossé. Mais si on envisage, malgré tout, une contemporanéité des deux fossés, la contrescarpe vitrifiée ne peut intervenir que dans un second temps. De toute façon, la plateforme de l’oppidum a bien connu deux phases de mise en défense vers la confluence.

3Un solide habitat en bois occupe la plateforme (fig.) mais, à l’exception des poteaux, aucun aménagement de conservation de nourriture ou d’accès à l’eau n’a été retrouvé, ce qui est étonnant pour un site de défense et de refuge temporaire. Cet habitat se présente sous la forme de deux édifices construits sur deux niveaux de terrasse, séparés de 0,75 m. À leur emplacement, la roche n’offre aucun aménagement spécifique mais la concentration de céramique conduit à supposer l’existence d’un sol en terre battue recouvrant la roche de quelques centimètres ou d’un plancher. Sur la terrasse inférieure, le premier bâtiment se situe au pied de la levée défensive. Ses murs gouttereaux reposent sur des sablières déposées au fond de tranchées profondes, distantes l’une de l’autre de 4,75 m. C’est un édifice en matériaux légers, parfaitement ancré dans la roche, qui a peut-être succédé à des structures encore plus légères. Sa surface atteint 31 m2 au minimum. Le second bâtiment est construit, selon le même modèle, sur la terrasse supérieure.

4La relation entre l’habitat fouillé sur la plateforme et la levée défensive, dans l’attente de datations par radiocarbone complémentaires, paraît de plus en plus s’inscrire dans une évolution et non dans une contemporanéité. Ainsi, si la levée semble jouer un rôle réel de défense pour le premier bâtiment placé bien en contrebas, cette fonction est inopérante pour le second bâtiment aménagé sur une terrasse qui ne se situe qu’à 0,50 m sous la crête de cette levée.

5Un abandon à la fin du xe s. est possible et la persistance d’officiers comtaux chargés d’administrer le dominium n’est pas incompatible : les prévôts comtaux pouvaient très bien résider ailleurs que dans l’antique forteresse déclassée. Un texte mentionne Jean Tardieu, prévôt de Murat, en 1229, à côté de Jacques, prévôt du Dognon. La prévôté de Murat correspond encore à une assiette de revenus dans le testament du comte Hugues X de 1248. Le prévôt est encore évoqué dans la plainte de la comtesse vers 1257. Il y a fort à parier que le rattachement à la circonscription du Dognon date de la seconde moitié du xiiie s. Mais cela n’a pas forcément d’incidence sur l’état de l’ancienne forteresse carolingienne.

6La fouille programmée de Murat confirme la complexité de ces sites perchés d’éperon ou de confluence, toujours classés globalement dans la catégorie des occupations anhistoriques tant qu’une fouille ne fournit pas de datations par radiocarbone, le mobilier céramique habituellement employé pour les chronologies d’occupation alto-médiévale en milieu rural faisant cruellement défaut pour ce site en particulier.

Saint-Dizier-Leyrenne, plan provisoire des bâtiments de la plateforme de Murat.

Saint-Dizier-Leyrenne, plan provisoire des bâtiments de la plateforme de Murat.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Dizier-Leyrenne, plan provisoire des bâtiments de la plateforme de Murat.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat/Les Tours »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 271-272.

Référence électronique

Richard Jonvel, Philippe Racinet, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat/Les Tours » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7443

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals