Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Septmonts (Aisne). Château

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Des travaux de réaménagement du logis renaissance du château des évêques de Soissons à Septmonts ont mis au jour un mur et une cheminée. Ces restes appartiennent au logis médiéval dont l’existence était supposée grâce à des gravures du xixe s. Des relevés en plan et en élévation ont été réalisés, complétés par un sondage archéologique.

2Si l’origine du château de Septmonts paraît remonter au xiie s., les éléments les plus anciens conservés ne sont pas antérieurs à 1240. À l’exception de la salle Saint-Louis datée entre 1240 et la fin du xiiie s., le donjon, attribué au dernier tiers du xive s., constitue la construction la plus emblématique du château. L’enceinte, dont le tracé remonte sûrement au xiiie s., ne paraît pas comporter d’éléments antérieurs au siècle suivant. Enfin, le xvie s. voit la construction d’un logis, restauré voire en partie reconstruit dans le dernier tiers du xixe s.

3Les éléments chronologiques à disposition permettent d’attribuer la construction du logis médiéval à la première moitié du xive s. Cet édifice occupait la partie ouest de l’espace qui s’étend entre le logis renaissance et la salle Saint-Louis. La cheminée est localisée à l’extrémité du bâtiment qui jouxte le logis renaissance. Quatre états successifs ont été individualisés. Ces différentes phases traduisent un changement de fonction liée à des transformations notables voire radicales de la salle dans laquelle la cheminée se trouvait. Le caractère ostentatoire des deux premiers états atteste sans aucun doute une salle d’apparat. La construction d’un nouveau logis à la Renaissance pourrait avoir conduit à un changement de fonction de cet espace à l’état 3, la différence de niveau entre les deux bâtiments expliquant peut-être une nouvelle utilisation domestique de la salle médiévale. La destruction du logis médiéval intervient certainement entre la fin du xviie s. et le siècle suivant. Seul son mur occidental est préservé, car il sert de pignon oriental au logis renaissance. La cheminée est ainsi épargnée. Le dernier état d’utilisation pourrait être postérieur à ces démolitions. Cet usage, probablement plus trivial, s’intercale entre la fin du xviie s. et la première moitié du xixe s. Des travaux de reconstruction ont été enfin été détaillés pour les xixe-xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Septmonts (Aisne). Château », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 275.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Septmonts (Aisne). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7453

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

conseil départemental de l’Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

conseil départemental de l’Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals