Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Chaux-des-Crotenay (Jura). Château de Champ-des-Mottes et Vescles (Jura). Château d’Oliferne

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 277

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Les interventions archéologiques menées sur les châteaux de Champ-des-Mottes, situé sur la commune de Chaux-des-Crotenay, et d’Oliferne, sur la commune de Vescles, se sont déroulées sur un seul secteur chacune. La première étude a été consacrée à la porterie du château primitif placée à l’extrémité des emprises 2012-2014 qui avaient permis d’appréhender cinq piles d’un pont dormant enjambant le fossé primitif. La seconde intervention a porté sur l’espace sud de la tour ouverte à la gorge (opération 2014).

Chaux-des-Crotenay, château de Champ-des-Mottes

2La fouille réalisée sur l’escarpe a confirmé le potentiel archéologique du site. Après la découverte d’un pont courbe enjambant le fossé et de matériel peu commun (de la porcelaine de Chine de la fin du xve s. notamment), il a montré que l’entrée sur la plateforme du château primitif s’effectuait par une porterie dont l’architecture peut être partiellement restituée grâce aux nombreux blocs de très grande taille mis au jour depuis 2013. La physionomie du front d’entrée en général et de la porterie en particulier peut aussi être considérée en raison de la conservation des maçonneries. Ce bâtiment trapézoïdal contient en soubassement une fosse, qui indique la présence d’un pont-levis à bascule. Le démantèlement de 1691 puis l’érosion naturelle du site ont altéré quelque peu les vestiges mais les maçonneries trahissent encore parfaitement ce modèle de pont inédit en Franche-Comté et peu commun sur le territoire national. Le type de tablier peut aussi être restitué à travers les diverses mesures de l’implantation de la première pile orientale, la largeur de porte et son encadrement – considérés avec les blocs – et les dimensions de la fosse. Ainsi, si le mécanisme exact de basculement ne peut être assuré, l’arrière-pont plus court que l’avant-pont impose la présence d’un contrepoids ou d’un treuil aux étages – un emplacement en soubassement est écarté. L’existence de flèches semble exclue en raison de la largeur de la façade qui devait comporter deux échauguettes comme le prouvent plusieurs blocs cintrés découverts, épousant le plan trapézoïdal. Une seule porte charretière, large de ±2,55 m, est envisagée, coiffée d’un mâchicoulis sommital. Cette défense est aussi renforcée par deux chambres de tir latérales indépendantes, placées au nord et au sud. D’un plan allongé, elles sont situées entre deux maçonneries, la courtine surplombant le fossé à l’ouest et un mur intérieur de ±2,40 m à l’est. Le front d’entrée de part et d’autre de la porterie mesure ±5,35 m d’épaisseur ce qui n’a pas d’équivalent régional. La fouille de la chambre septentrionale a mis au jour une longue pièce ouverte accessible par une ouverture biaise (hagioscope), donnant peut-être sur la cour haute. Son sol est formé par plusieurs comblements peut-être recouverts par des dalles comme le laissent à penser les lambeaux d’enduits muraux encore en place. La poursuite de la fouille vers le nord devrait apporter un éclairage nouveau sur cet extraordinaire front d’entrée.

Vescles, château d’Oliferne

3La fouille du parvis de la tour ouverte à la gorge découverte en 2014 a montré un sous-sol totalement remanié assez tardivement, contenant néanmoins un lot de céramique peu commun sur le site. Cette occupation post-castrale se traduit par l’installation d’une maçonnerie grossière et non fondée qui ferme la tour ouverte. Le parvis est alors décaissé de ses comblements.

4Hors les murs, les décaissements liés à la création d’un chemin d’accès pédestre ont mis en évidence l’existence de deux phases de construction ; à la première appartiennent les trois maçonneries de la tour ouverte (est, nord et ouest), la courtine septentrionale. La reprise postérieure concerne la courtine orientale incluant l’ouverture envisagée à défaut comme la porte de la basse cour. Contrairement à l’état originel, la reconstruction est posée sur une fondation à empattement. Malgré tout, la porterie n’a pas encore été décelée.

5Les résultats de ces deux opérations sont quantitativement et qualitativement très différents. L’implantation des emprises explique en grande partie cette nette distinction, l’une étant située dans la haute cour et l’autre dans la basse cour. L’histoire de ces châteaux renaît depuis plusieurs années et montre, malgré certaines opérations décevantes, tout le potentiel que conservent ces ruines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château de Champ-des-Mottes et Vescles (Jura). Château d’Oliferne »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 277.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château de Champ-des-Mottes et Vescles (Jura). Château d’Oliferne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7466

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals