Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Saint-Denis-en-Val (Loiret). Château de l’Isle

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 278

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Situé à 5 km au SE d’Orléans, le château de l’Isle correspond à une habitation seigneuriale attestée dès le xive s. par les sources écrites. Il s’élevait initialement sur une île de la Loire, rattachée progressivement à la rive sud du fleuve suite à l’édification d’une levée en 1571. Il fut ruiné lors d’une crue en 1866. L’étude s’appuie sur une première observation des vestiges du corps de logis conservés en élévation croisée avec les données des sources documentaires ; elle a permis de mieux cerner la construction et les fonctions de certains espaces du corps de logis édifié en brique et en pierre dans la première moitié du xvie s. par Jacques Groslot, riche bourgeois anobli, alors bailli d’Orléans. La façade du bâtiment était cantonnée de deux pavillons identiques (11,80 m de hauteur) de plan carré, de part et d’autre d’une tourelle d’escalier centrale présentant une élévation plus importante (13,20 m). Carrée à la base, cette dernière passe à mi-hauteur à un plan en fer à cheval par l’intermédiaire de deux trompes. La brique était utilisée pour l’ensemble des murs, pas uniquement en tant que parement mais aussi comme appareil en profondeur au cœur de la maçonnerie. Ces briques présentaient en moyenne une longueur de 23,5 cm, pour une largeur de 11,6 cm et une épaisseur de 4,9 cm d’épaisseur. Ce matériau contrastait avec la pierre de taille réservée à certains éléments architecturaux animant les façades. Ainsi, le calcaire de Beauce, pierre locale, a été employé pour le parement du soubassement des murs, le soupirail du cellier et les seuils de portes, tandis qu’un calcaire plus tendre, provenant des carrières d’Apremont-sur-Allier (Cher) et acheminé par la Loire, a été préféré pour les chaînes d’angles, les cordons moulurés, les corniches et les ouvertures.

2Il a été possible d’appréhender certaines transformations ayant affecté ce bâtiment à la fin de l’époque moderne et à l’époque contemporaine. Un relevé photogrammétrique des élévations a permis la réalisation de plusieurs restitutions numériques en 3D du bâtiment avec la collaboration de Polyech Orléans (Laurent Josserand). D’autre part, la confrontation et l’analyse des différentes sources textuelles et iconographiques ont livré des données inédites sur le site, l’environnement du château et sa basse cour. Cette phase d’étude fut poursuivie par la prospection géophysique, sur une surface de 3 200 m2, autour des ruines actuelles du château, et sur une profondeur limitée à 1,70 m. Cette dernière n’a livré aucune information concernant d’éventuels vestiges d’occupation antérieurs au site médiéval et renaissance. En revanche, il a été possible de préciser que le tertre sur lequel s’élevait le château correspondait vraisemblablement à une plateforme légèrement surélevée, de plan rectangulaire, d’environ 2 580 m2 (30 m × 86 m), ceinte par un fossé. Ce fossé, qui avait peut-être une fonction défensive et un rôle ostentatoire signalant le statut du propriétaire, devait drainer une partie de l’eau, omniprésente dans ce contexte insulaire. Le tertre de la plateforme permettait de maintenir surélevée l’habitation lors des inondations du fleuve. Il n’est actuellement pas possible de préciser la datation de cet ouvrage de terrassement, qui peut être aussi bien antérieur ou contemporain de l’aménagement de la maison forte médiévale, que lié à la reconstruction du nouveau petit château au xvie s. De même, certaines questions restent en suspens concernant les hypothèses de réutilisation d’éléments du paysage dans la constitution de cet ouvrage (tertre correspondant à une ancienne montille, fossé situé dans un ancien bras-mort du fleuve ?). La prospection a permis de vérifier l’existence de vestiges de bâtiments maçonnés à l’arrière du corps de logis, qui était bordé par une terrasse, mais aussi au-devant de sa façade. Un ancien chemin, peut-être créé tardivement, a été repéré à l’ouest de l’ancienne plateforme ; situé dans l’axe du corps de logis, il desservait le château en remplacement de l’accès initial passant par la basse cour.

Saint-Denis-en-Val, château de l’Isle.

Saint-Denis-en-Val, château de l’Isle.

DAO L. Jousserand, Polytech

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Denis-en-Val, château de l’Isle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Crédits DAO L. Jousserand, Polytech
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Saint-Denis-en-Val (Loiret). Château de l’Isle », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 278.

Référence électronique

Clément Alix, « Saint-Denis-en-Val (Loiret). Château de l’Isle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7473

Haut de page

Auteur

Clément Alix

service archéologique municipal d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

service archéologique municipal d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals