Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Saint-Romain-en-Jarez – Saint-Martin-la-Plaine – Génillac (Loire)

Responsable d’opération : Jacques Verrier
p. 279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’opération sur les enceintes urbaines et villageoises de la Loire a eu pour cadre, en 2015, les villages de Saint-Romain-en-Jarez, de Saint-Martin-la-Plaine et de Saint-Genis-Terrenoire (actuelle commune de Génilac) tous les trois établis dans la vallée du Gier, rive gauche, sur les contreforts des monts du Lyonnais.

2Le travail de prospection sur l’enceinte urbaine, groupée autour d’un petit prieuré, de Saint-Romain-en-Jarez, a confirmé le tracé défini en 2014 à partir des documents manuscrits et graphiques. Quelques portions du rempart, encore en élévation, ont pu être observées ainsi qu’un vestige de la porte de l’Orme, située au sud de l’enceinte.

3Toutes les données acquises lors des différentes études de plans ou de cadastres permettent de proposer un tracé hypothétique, de forme plutôt rectangulaire, de l’enceinte de Saint-Martin-la-Plaine et des fossés. Les tracés ont été reportés sur le cadastre actuel, après l’application d’une méthode graphique régressive. L’enceinte se rapproche de celle, déjà étudiée, de Saint-Jean-Bonnefonds et présente les caractéristiques principales suivantes.

4L’église se trouve située en position plus ou moins centrale ; le réseau viaire se compose d’une rue ou place entourant l’église à partir de laquelle les rues sont rayonnantes ; le bâtiment accueillant les seigneurs, et donc symbole du pouvoir, est placé dans un angle et dans une partie « haute » de la ville ; l’accès à l’enceinte s’effectue par une porte unique, il existe une ou plusieurs poternes qui ne sont pas nécessairement contemporaines de la construction primitive.

5Par rapport aux enceintes déjà étudiées, on note des éléments nouveaux : il s’agit de la première enceinte dont l’origine ancienne est attestée, puisque construite par Renaud de Forez, archevêque de Lyon au début du xiiie s. ; les fossés d’une largeur importante ont pu être positionnés avec une certaine précision, ils sont placés assez loin du mur de vingtain. Faut-il y voir un aménagement ultérieur (xvie s. ?) permettant de placer quelques pièces d’artillerie entre le fossé et le mur de vingtain ? L’espace entre les deux structures est assez large pour que cette hypothèse soit crédible ; plusieurs tours ont pu exister avec deux mentions de tours et une de poterne/tour mal décrite. Si l’on reprend le plan, on constate que ces trois éléments sont situés au centre des trois secteurs (NE, NO, SO) tandis que cette position est occupée par la porte principale dans le quatrième secteur, au SE.

6Cette question fera partie des investigations prévues en 2016.

7L’enceinte circulaire et les fossés de Saint-Genis-Terrenoire (aujourd’hui, commune de Génilac) ne sont pas réellement difficiles à restituer. Un plan, datant de 1787, fournit une référence parfaite qu’il est possible de décliner ensuite sur le cadastre ancien puis sur le cadastre actuel. Si le parcellaire a pu conserver le tracé de l’ensemble, il n’en est pas de même pour l’élévation. Les éléments encore en place sont très limités et arasés. Il est néanmoins possible que des portions du rempart aient été piégées entre les constructions internes et des bâtiments venus en appui dans les anciens fossés, conservés, en partie, jusqu’à la fin du xviiie s. avant d’être comblés en plusieurs étapes. L’entrée principale, au nord, s’apparente à une entrée à recouvrement, comme celle observée à Saint-Romain-en-Jarez. La poterne, au sud, utilise un schéma similaire.

8Concernant les perspectives de travail sur cette enceinte, il reste quelques points à documenter par des recherches dans les terriers plus anciens : recherche de documentation sur la porte nord et sur la poterne ; recherche de la présence d’un bâtiment lié à l’obéance comme c’est le cas à Saint-Martin-la-Plaine mais aussi à Saint-Paul-en-Jarez. Sa présence est supposée dans la partie NE, où il existe une rue du château.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Verrier, « Saint-Romain-en-Jarez – Saint-Martin-la-Plaine – Génillac (Loire) », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 279.

Référence électronique

Jacques Verrier, « Saint-Romain-en-Jarez – Saint-Martin-la-Plaine – Génillac (Loire) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7474

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Verrier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals