Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Scorbé-Clairvaux (Vienne). Château du Haut-Clairvaux

Responsable d’opération : Didier Delhoume, Patrick Bouvart et Nicolas Prouteau
Notice rédigée avec Adrien Camus et Vivien Mathé
p. 281-282

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Projet Collectif de Recherches « Le Haut-Clairvaux, morphogenèse d’un pôle châtelain du Haut-Poitou »

2Le PCR qui a débuté en 2014, rassemble, autour de cet important site castral une équipe de chercheurs dans une perspective pluridisciplinaire conjuguant recherches documentaires, fouilles sédimentaires, étude archéologique des élévations, prospections géophysiques, etc.

3L’opération de 2015 a été marquée par une évolution des méthodes de relevés topographiques et d’exploitation des données cartographiques. L’ensemble des élévations et des emprises de fouille ont fait l’objet d’une numérisation 3D. Un système d’information géographique (SIG) a été élaboré afin d’optimiser les représentations spatiales. La diversité et la complexité des vestiges ont imposé une combinaison entre lasergrammétrie et photogrammétrie avec prises de vue terrestres et aériennes (via un appareil de photographie numérique transporté par un drone). Les nuages de points ont servi à produire des plans, des ortho-images et des coupes sur les élévations. Ils ont ensuite été traités dans la perspective d’une représentation 3D des phases d’évolution. Enfin, l’export de rasters a permis d’alimenter le SIG en modèles numériques de terrain.

4Les opérations de terrain ont concerné trois secteurs distincts de l’ensemble castral, deux associés à l’étude du dispositif défensif et à son évolution (front nord et tour maîtresse), le troisième à l’étude de la chapelle castrale Notre-Dame des Vergers. Une campagne complémentaire de prospections géophysiques a mis en lumière, sur le front occidental de l’enceinte castrale (au NO de la chapelle), la présence de bâtiments inédits et/ou d’importants remblais d’effondrement à l’aplomb du fossé entaillant le promontoire. En périphérie de la plateforme orientale du site, au pied de la tour maîtresse, des constructions (courtine et/ou bâtiments accolés à celle-ci) ont été caractérisées. Le centre de cette plateforme ainsi que l’espace situé au nord de la tour maîtresse semblent vierges de constructions.

5En périphérie de la chapelle Notre-Dame des Vergers, trois sondages ont été ouverts contre les murs gouttereaux. Aucun lien n’a pu être établi entre l’ensemble des maçonneries observées et l’enceinte destinée à défendre la zone de la chapelle. La pratique d’inhumation se développerait durant la période moderne. La densité des sépultures et les classes d’âge rendent très improbable l’hypothèse d’une population de chapelains ou de religieux. Il s’agirait plutôt d’un recrutement funéraire à l’échelle familiale et/ou paroissiale. Un sondage dans l’abside est resté inachevé. Le socle maçonné d’une table d’autel est apparu sous une accumulation de gravats perturbés au xxe s. La datation de cet aménagement liturgique reste à établir. Dans la nef, des sondages ont révélé le rocher quasi-affleurant sous les vestiges ponctuels d’un sol de carreaux de terre cuite. Plusieurs inhumations en fosses profondes ont été repérées. Des traces ligneuses suggèrent des dépôts en cercueil. Au centre de la nef et dans la travée sous clocher, plusieurs creusements s’apparentent à des fosses de stockage et correspondent probablement à une transformation de la chapelle en grange après sa désaffectation.

6Sur le front nord de la fortification (zone 3), les fouilles avaient pour objectif d’identifier une anomalie de résistivité électrique. Les résultats sont assez inattendus. La surface du terrain naturel correspond à une épaisse couche d’argile qui a sans doute servi de niveau de circulation, mais ne conserve aucun indice d’occupation. Recouvrant celle-ci, une petite couche charbonneuse résulterait d’un épandage, car aucun foyer ne lui est associé (phase 1). Une datation radiocarbone entre 1080 et 1150 offre un terminus post quem pour l’apport continu de près de 2,50 m d’épaisseur de sédiments. L’hypothèse privilégiée est un rejet des terres lors du creusement d’un fossé défensif (phase 2). Le fond du fossé et la contrescarpe n’ont pas encore été repérés. La masse de sédiments accumulés a été ensuite creusée pour installer la fondation d’une courtine (phase 3). Sur les parties observées, la maçonnerie est intégralement disloquée (en bleu sur la fig.), ce qui interdit de restituer son épaisseur. La datation radiocarbone d’un charbon issu du mortier a fourni deux fourchettes de probabilités : entre 1050 et 1080, et entre 1150 et 1190. Une phase de destruction est suspectée (phase 4), en raison de nombreux remplois identifiés dans une construction postérieure. Cette dernière (phase 5) correspond à un bâtiment adossé contre la courtine (en jaune sur la fig.) dont les maçonneries sont conservées sur une hauteur de 2,50 m. Les élévations sont cantonnées de deux tourelles pleines de 3,30 m de diamètre. L’espace interne dessine un plan carré d’environ 7,20 m. Le niveau d’arasement est tel qu’aucune ouverture ni aucun sol ne sont conservés. La datation repose sur des charbons et sur la typologie architecturale. Plusieurs comparaisons régionales orientent vers les années 1180 à 1200. La chronologie du démantèlement (phase 6) reste à déterminer. Les gravats de démolition et niveaux d’occupation ont ensuite comblé le fossé (phase 7). Les labours ont contribué à l’arasement de l’ensemble des constructions (phase 8).

7En 2014, une étude du bâti a été réalisée sur la tour maîtresse : intérieurs et une partie des façades extérieures de l’édifice confirmant son édification en trois phases. La tour est construite dans le deuxième tiers du xiie s. Geoffroy de Clairvaux, grand sénéchal d’Anjou, Payen, émissaire de Geoffroy-le-Bel en Normandie et en Angleterre et Belot de Clairvaux semblent se succéder à la tête de la seigneurie entre la fin du xie s. et les années 1160-1170 et jouent un rôle de premier plan à la cour des comtes d’Anjou. La deuxième grande phase de construction voit l’adjonction d’un immense « mur-bouclier » contre la façade orientale de la tour à contreforts hérissée de défenses actives (niches à archères, galerie de hourds), sa construction a été traditionnellement attribuée à Richard Cœur-de-Lion, alors comte-duc d’Aquitaine, entre 1182 et 1184. Une dernière phase, datée de la fin du Moyen Âge, correspond à l’aménagement résidentiel des salles hautes du mur-bouclier (cheminée, baies). La défense ne disparaît pas pour autant des programmes constructifs à cette période.

8En juillet 2015, un sondage a été réalisé au pied de la façade nord de la tour. Sous plusieurs niveaux de remblais contemporains, une semelle de fondation composée de deux assises en arrondi a été mise au jour. Elle vient se coller contre la base de la façade nord de la tour romane. Les tranchées de fondation sont directement taillées dans le substrat karstique. Un massif de maçonnerie, sans doute un départ de courtine, a été découvert, chaîné à cette semelle de fondation. La projection d’un tracé elliptique suivant l’arrondi du mur-bouclier à l’est et celui des assises de fondation au nord permettent de comprendre qu’il s’agit d’une seule et même construction cylindrique appartenant à une tour ronde plus grande qui entourait la tour romane sur ses quatre pans.

9Cette campagne 2015 permet plusieurs constats. L’occupation primitive correspondrait à l’implantation castrale. La construction de la chapelle et le creusement d’un fossé défensif au nord pourraient débuter vers la fin du xie s. voire la première décennie du xiie s. L’édification d’une courtine sur le même front serait retardée jusqu’aux années 1150-1190. Des destructions semblent affecter des maçonneries des zones 2 et 3 au cours du xiie s. Les constructions consécutives correspondent à des bâtiments adossés à divers points de l’enceinte. L’édifice cantonné de tourelles et celui accolé à la nef de la chapelle pourraient avoir été destinés à des officiers et du personnel chargés d’assurer la défense et la gestion du site. Le contexte général ravive la question des aménagements de Richard Cœur-de-Lion entre 1181 et 1184. Dans le même ordre d'idées, la découverte des fondations d'une tour circulaire d'imposantes dimensions (20 m de diamètre sur 30 m de haut) enserrant la tour romane à contreforts rappelle plus un programme constructif de la première moitié du xiiie que de la deuxième moitié du xiie s. Les futurs travaux de recherches archéologiques et historiques permettront peut-être d’affiner ces premières hypothèses.

Scorbé-Clairvaux, château du Haut-Clairvaux, représentation 3D des phases d’évolution.

Scorbé-Clairvaux, château du Haut-Clairvaux, représentation 3D des phases d’évolution.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Scorbé-Clairvaux, château du Haut-Clairvaux, représentation 3D des phases d’évolution.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Camus et Vivien Mathé, « Scorbé-Clairvaux (Vienne). Château du Haut-Clairvaux », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 281-282.

Référence électronique

Didier Delhoume, Patrick Bouvart, Nicolas Prouteau, Adrien Camus et Vivien Mathé, « Scorbé-Clairvaux (Vienne). Château du Haut-Clairvaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7479

Haut de page

Responsables d'opération

Didier Delhoume

SRA ALPC

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Patrick Bouvart

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nicolas Prouteau

université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals