Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
V. – Installations artisanales
V A1. – Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Vanves (Haut-de-Seine). Rue d’Issy ; rue Pruvot

Responsable d’opération : Isabelle Caillot
p. 300-301

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1La parcelle fouillée, aux angles des rues d’Issy et de Pruvot, se situe à 200 m au NE de la place de la République, le centre historique de Vanves. Des vestiges d’un bâtiment thermal monumental prolongé par un portique précédant un espace libre d’une vingtaine de mètres, qui correspond peut-être à une palestre, témoignent de l’occupation de ce secteur dès la période gallo-romaine. L’extension occidentale du site antique a probablement été identifiée grâce à la mise au jour de deux fossés parallèles, orientés selon un axe NNO-SSE ; aucun autre vestige significatif de cette période n’ayant été découvert au-delà.

2À partir du vie s. se développe à Vanves une intense activité potière.

3À l'angle des rues d’Issy et de Pruvot, la fouille a révélé un atelier de potier alto-médiéval installé à l’ouest d'un fossé mérovingien qui reprend l’orientation des fossés romains (NNO-SSE). L'atelier est composé de deux fours à languette maçonnés au moyen de pierres et de limon rubéfié. L’un est ouvert au nord, l’autre à l’ouest. Ces fours possèdent une chambre de cuisson à volume unique mesurant 1,3 m à 1,4 m de diamètre partagée en deux par une languette centrale maçonnée mesurant 1,2 à 1,3 m de long et 30 cm de large. La fouille d’un des fours (1103) a livré un abondant mobilier céramique daté du vie s. Les structures de cuisson sont associées à un empierrement qui pourrait être le vestige d’un niveau de circulation et à quatre fosses-dépotoir ayant livré de nombreux rebuts de cuisson et pour deux d’entre elles des pains d’argile pure.

4Après l’abandon de l’atelier de potier, la zone est recouverte d’un important remblai, assimilable à des « terres noires », contenant une grande quantité de charbons et de tessons très fragmentés, attribuables aux viiie-ixe s. Une voirie d’époque carolingienne est alors construite en reprenant l’orientation des fossés gallo-romains. Celle-ci est partiellement installée sur le fossé mérovingien, dont elle scelle l’abandon.

5Un deuxième état de voirie est déterminé pour le Moyen Âge classique. Observée de manière fragmentaire sur 16 m de longueur, la voie conserve la même orientation que pour la période précédente mais elle se décale légèrement vers l’ouest et s’élargit pour atteindre 5 m. Le premier état semble avoir fonctionné avec un fossé bordier. Pour les états suivants, l’évacuation de l’eau s’est faite au moyen d’une rigole centrale. Trois lignes parallèles d’ornières matérialisent bien le sens de circulation des charrettes. Cette voie fonctionna jusqu’à la fin de la période médiévale et connut quatre réfections. Le dernier niveau de circulation, daté du xive s., est surhaussé de 20 cm pour permettre l’installation d’une conduite d’eau en plomb. Pour éviter que le tuyau ne soit écrasé sous le poids des charrettes ou par les vibrations des roues, celui-ci est protégé sur toute la largeur de la voie par deux blocs de calcaire. Sur le côté oriental de la voirie, le tuyau a fait l’objet d’une réparation sur 3 m de longueur. Le système d’adduction d’eau est partiellement récupéré dans le courant du xvie s.

6Au bas Moyen Âge, un petit bâtiment de 5 m de large s’implante sur le côté est, le long de la voirie. Son extension complète n’est pas connue car il se développe essentiellement en dehors de la parcelle fouillée. Puis à la période moderne, le creusement d’une grande excavation de 10 m de diamètre, à la fonction inconnue, a masqué d’éventuels vestiges antérieurs dans la moitié occidentale de la parcelle. Un grand bâtiment s’installe sur cette fosse à partir de la seconde moitié du xvie s. ou au début du xviie s. Toujours orienté NNO-SSE, d’au moins 18 m de long et de 11 m de large, il correspond probablement à une partie de la « ferme du Château » qui est représentée sur la carte de l’Atlas Matis, daté de la première moitié du xviiie s.

Vanves, le four 1103.

Vanves, le four 1103.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Vanves, le four 1103.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Caillot, « Vanves (Haut-de-Seine). Rue d’Issy ; rue Pruvot », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 300-301.

Référence électronique

Isabelle Caillot, « Vanves (Haut-de-Seine). Rue d’Issy ; rue Pruvot » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7496

Haut de page

Auteur

Isabelle Caillot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Caillot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals