Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Oz-en-Oisans (Isère). Mine du Milieu

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
p. 304

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Située entre 2820 et 2920 m d’altitude, la mine du Milieu exploite un filon de plomb/cuivre/argent dans une gangue de baryte. Elle était connue depuis une vingtaine d’années, mais était il y a peu de temps encore recouverte et remplie par un glacier. À partir de 2012, la fonte de la neige et de la glace s’est accélérée et en 2013 un premier repérage a permis de constater l’ampleur des vestiges. En 2014, il a été possible de pénétrer dans un réseau monumental de presque 100 m de dénivelé. La campagne 2015 visait à complémenter la documentation de cette mine pour mieux cerner l’ampleur de l’exploitation et les vestiges en place.

2Les 2800 m de visées topographiques levées dans les parties accessibles révèlent 700 m de développement pour 91 m de dénivelée. Le volume souterrain excavé (qui a pu être exploré) a été estimé à environ 1700 m3, soit plus de 7000 tonnes de baryte extraites, ce qui fait de cette mine un site majeur. L’observation des parois rocheuses a montré que l’essentiel de l’abattage s’était fait par percussion, essentiellement posée, étant donné la largeur parfois relativement faible du filon. Dans les parties explorées jusqu’à présent, on peut distinguer deux ensembles :

3– une exploitation à ciel ouvert d’environ 20 m de profondeur sur les 100 m de verticale de la tranchée actuellement visible où l’ensemble du filon de baryte a été excavé ;

4– des exploitations profondes sans doute par équipes (dépilages hauts et larges avec fronts de tailles en plafond ou subverticaux très étroits de 20 m de profondeur).

5Le problème de l’exhaure reste posé car aucun élément ne permet actuellement de proposer des hypothèses. L’exploitation semble s’être interrompue brutalement car des fronts de tailles encore frais sont encore visibles aujourd’hui, des filonnets de minerais sont encore en place, de même que des aménagements en bois tels que des planchers et une goulotte. La datation d’un bois en place (étai résiduel d’un plancher disparu) en profondeur dans le réseau a permis de montrer que l’exploitation a sans doute cessé à la toute fin du xiiie s. La fouille et la datation d’un élément en place (une goulotte) a permis en 2015 de préciser plusieurs phases chronologiques dont une exploitation antique possible.

6L’étude de ce site doit permettre de répondre à différentes questions sur la gîtologie, la minéralogie, les techniques minières, l’organisation des réseaux et la dynamique des chantiers, mais aussi à deux questions particulières :

7Cette entreprise a fonctionné en même temps que celle de Brandes et probablement est-elle une des mines appartenant au dauphin. Quels peuvent être les rapports en la mine du Milieu et celle de Brandes ?

8Quelles sont les raisons de l’abandon d’une mine aussi importante en laissant du minerai en place ? Une dégradation climatique précoce à cette altitude peut être une explication.

Oz-en-Oisans, goulotte en bois pour l’exhaure.

Oz-en-Oisans, goulotte en bois pour l’exhaure.

Cl. Xavier Pennec, GEMA, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Oz-en-Oisans, goulotte en bois pour l’exhaure.
Crédits Cl. Xavier Pennec, GEMA, 2015.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « Oz-en-Oisans (Isère). Mine du Milieu », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 304.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Oz-en-Oisans (Isère). Mine du Milieu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7508

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals