Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Tende (Alpes Maritimes). Minière de Vallauria

Responsable d’opération : Bruno Ancel
p. 306

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2009, la Minière de Vallauria est le cadre d'un programme d'étude et de mise en valeur patrimoniale piloté par l'association Neige & Merveilles qui gère cet ancien site minier reconverti en centre d'hébergement et d'animation. Ce gîte minéralisé en plomb, argent et zinc, a fait l'objet d'une importante exploitation au Moyen Âge central (xie-xiie s.), puis aux époques moderne et contemporaine, de 1750 à 1930.

2Après cinq campagnes de fouilles archéologiques, la connaissance de la mine médiévale a beaucoup évolué. L'étendue de la mine est bien circonscrite dans l'espace. Malgré l'importance de la reprise moderne et l'effondrement général de la zone d'affleurement, la surface accessible de l'exploitation ancienne est considérable et représentative. La fouille des remblais commencée en 2012 a permis de dégager plus de 120 m2 de sols rocheux excavés par les mineurs et d’échantillonner un grand nombre de prélèvements dendroanthracologiques et paléoenvironnementaux. La fouille globale de la zone des Absides a mis connexion le creusement des derniers fronts de taille en activité avec des dépôts de remblais situés aux pieds des fronts d'abattage ou légèrement en retrait. Plusieurs restes de foyers en place ont été caractérisés, étudiés, et les mieux conservés témoignent de l’utilisation de bûchers de grande dimension. Les autres coupes stratigraphiques de 2015 complètent le quadrillage de sondages effectués depuis cinq années dans les divers secteurs de la mine ancienne. À présent un important travail d'analyse dendroanthracologique est à effectuer sur les très nombreux prélèvements effectués. Un échantillonnage systématique des dépôts avec des charbons de bois a été réalisé pour leur analyse anthracologique et dendroanthracologique et la datation fine de la dynamique d'exploitation. À terme, l’objectif de cette approche est de proposer une modélisation de la pression minière sur le couvert forestier.

3Les données de la fouille confrontées aux observations et aux relevés de la cavité minière caractérisent la géométrie de l'exploitation dont l’analyse nous a conduits à échafauder des hypothèses sur le mode opératoire d'un abattage par le feu à grande échelle et sur un partage du champ minéralisé en parcelles indépendantes (concessions). Les travaux anciens ont démarré à ciel ouvert, sur l'affleurement, vers 1540 m d'altitude, et se sont enfoncés jusqu'à 150 m sous terre. Les successions des voûtes résultant de l'abattage par le feu retracent la dynamique de l'exploitation et individualisent des secteurs apparemment indépendants, c’est-à-dire gérés par plusieurs groupes d’exploitants (associés ou pas). Dans la plupart des cas, chacune de ces voûtes paraît représenter un cycle de creusement annuel ; le volume du creusement étant lié à la dynamique des feux successifs, laquelle étant soumise à la qualité de l'aérage (contraste hiver/été). La présence de quatre galeries à vocation d'exhaure plaide pour un partage du gisement en plusieurs concessions, larges de 20 m au niveau de l'affleurement, corroboré à l'intérieur de la mine par les sens de creusement. La réalisation de nouvelles datations en laboratoire devrait affiner cette interprétation qui repose sur les seules données archéologiques.

4En effet, en dépit de l’importance du gisement, aucune donnée textuelle le concernant n’est parvenue jusqu’à nous. Cet état de fait est problématique car la vallée est par ailleurs très bien documentée par des textes concernant la gestion pastorale et le partage de l’espace entre les communautés locales, dont la plus puissante est celle de Tende. La mine qui est située dans un espace qui relève de sa juridiction (proprietas) et de sa possession (possessio) a probablement contribué à son ascension politique et économique au XIIe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Ancel, « Tende (Alpes Maritimes). Minière de Vallauria », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 306.

Référence électronique

Bruno Ancel, « Tende (Alpes Maritimes). Minière de Vallauria » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7512

Haut de page

Auteur

Bruno Ancel

CCSTI

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Ancel

CCSTI

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals