Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : projet collectif de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach, Wegscheid, Sewen, Oberbruck (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des non-ferreux dans les Vosges d’Alsace, du haut Moyen Âge au xviie s.

Responsable d’opération : Pierre Fluck
p. 309-310

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Programme Collectif de Recherche « Mines et métallurgie des non-ferreux dans les Vosges d’Alsace, du haut Moyen Âge au XVIIe s. », campagne 2015, incluant « Une cité ouvrière du xvie s. ! »

2Dixième campagne consécutive sur le territoire de l’Altenberg (Sainte-Marie-aux-Mines), et en même temps la quatrième sous la forme d’un PCR régional étendu aux Vosges méridionales, cette opération se situe dans une position charnière à la veille d’un projet INTERREG (2016-2019) porté par l’université de Haute-Alsace. Celui-ci embrasse l’extraction des ressources métalliques dans le Rhin supérieur depuis l’affirmation, aux xiiie et xive s., de la logique industrielle.

3À l’Altenberg, la campagne s’est focalisée comme à l’accoutumée sur un panel de sites. Ainsi, l’extraction est-elle éclairée par la fouille souterraine systématique et méticuleuse de la galerie dite « Patris », datée des temps qui ont suivi 1014, ensuite par la découverte – qui fait suite à une prospection géophysique – d’un réseau minier du xvie s. totalement « vierge », appelé à jouer le rôle d’une « mine-école » pour les investigations à venir d’archéologie souterraine.

4Un second thème concerne la minéralurgie, c’est-à-dire les processus de préparation des minerais. Engagée depuis 2013, la fouille de la laverie Sainte-Barbe (xve s.), qui avait mis au jour le sol fossilisé d’un atelier de tri-concassage manuel, a procuré les restes de ce qui paraît être une cuve pour le lavage dit « au tamis ». À ces niveaux succèdent les résidus du tri par l’eau, qui s’organisent en vasques anastomosées. À l’arrière, le site pressenti d’une fonderie beaucoup plus ancienne (xie et xiie s.) a fait l’objet d’une prospection magnétique et d’un profilage électrique par polarisation provoquée. Une seconde laverie, dite de « Berg Armo », a fait l’objet d’une petite fouille. Celle-ci a mis en évidence des résidus de lavage couronnés par un plancher de travail, le tout encapuchonné (à l’époque de la Renaissance) par les matériaux de retraitement des stériles de la mine sus-jacente.

5Deux sites se rapportent au thème de l’habitat de la société minière. Le premier, au lieu-dit Fouchelle, a produit depuis 2014 un ensemble de cellules d’habitat d’abord considéré comme une colonie ouvrière. En effet, ces maisonnettes normalisées, de 20 m2, dépourvues d’étage mais équipées d’un poêle et d’un foyer, ont fourni des morceaux de minerais et des résidus de fonderies qui nous révèlent l’identité des occupants : des mineurs et des fondeurs. Mieux, la présence récurrente d’artefacts domestiques est un indicateur d’habitats familiaux. Mais ces cellules s’organisent en bandes, disposées dans le versant montagneux selon un schéma urbanistique planifié. Voilà réunis tous les ingrédients nécessaires à la définition d’une cité ouvrière. Les lieux du travail se localisent à 350 à 400 m de distance.

6Une cité ouvrière d’une grande ancienneté, contemporaine du boom économique des années 1520.

7Occupées durant un bon s., ces cellules d’habitat ont procuré un mobilier remarquable, notamment en matière de céramique de poêle, qui rend envisageable une étude quasi-exhaustive d’un corpus évolutif à l’échelle d’un village. Une base de poêle a conservé en place sa première assise de carreaux, ce qui est à ce jour unique en Alsace. L’illustration montre un carreau de très grande taille à motif allégorique (« L’automne »), sans doute du début du xviie s. À l’opposé, le second site, un habitat d’altitude, se concentre sur une plateforme artificiellement aménagée. La fouille a révélé deux grandes maisons qui font figure de résidences aristocratiques à côté des précédentes, peut-être des demeures de maîtres mineurs d’une exploitation qui défraya l’histoire.

8Ces résultats viennent consolider le corpus déjà considérable des connaissances acquises sur l’Altenberg, ce laboratoire d’étude de huit siècles consécutifs d’industrie des métaux (de l’aube des temps carolingiens à la guerre de Trente Ans), et en même temps l’un des trois sites majeurs pour l’archéologie minière en Europe.

9Dans le district métallogénique des Vosges méridionales, 5 sites ont fait l’objet d’investigations sous la direction de B. Bohly. On y relève deux fouilles souterraines partielles, la première sur une voie de roulage du xvie s. à Steinbach, la seconde, à Rimbach-près-Masevaux, dans un réseau de galeries vraisemblablement la fin du Moyen Âge. Une troisième opération s’est imposée du fait d’un effondrement de terrain près de Wegscheid ; elle s’est traduite par la fouille, spectaculaire et dans des conditions difficiles, des deux puits au jour de la mine Notre-Dame (xve s. ?). L’un d’eux est incliné sur le pendage du filon ; coiffé d’un bâtiment en maçonnerie et habillé d’un cuvelage en bois très soigné, l’autre paraît avoir été le puits d’exhaure de cette mine positionnée sur le prolongement du filon Reichenberg, un toponyme évocateur.

10Ces chantiers se complètent de deux prospections assorties de topographies sur des secteurs qui n’avaient jusqu’ici que peu fait l’objet d’investigations. Au lieu-dit Enzengesick à Sewen, un quartier minier offre au regard deux très vastes chantiers à ciel ouvert (ces « verhau » sont fréquemment la signature de temps très anciens). Sur la bordure de l’un d’eux s’ouvre un petit réseau souterrain polyphasé ; on y rencontre une galerie au profil ovoïde et percée au feu, recoupée par des travaux plus récents qui ont fourni une datation 14C très resserrée (1411-1447).

11Ces différentes opérations sont à percevoir comme les pièces d’un gigantesque puzzle. Car il importe de rappeler ici les objectifs de ce programme « régional » : mettre en lumière les exploitations minières qui s’inscrivent dans la longue période dite « médiévale », les dater aux fins de procurer une cartographie de l’industrie extractive à travers le prisme de son évolution spatio-temporelle, s’appuyer sur ces datations pour affiner la chronotypologie des travaux et des techniques, à une échelle régionale, enfin superposer les cartes obtenues à celles des territorialités seigneuriales. À la clé pourra se positionner la problématique de l’émergence d’une logique industrielle dans l’extraction des métaux, qui viendrait succéder à des modes de production économique monastiques ou seigneuriaux, en parallèle avec l’affirmation de la bourgeoisie dans les villes. Cette problématique est centrale dans le projet INTERREG déposé en janvier 2016.

Saint-Marie aux Mines, carreau de poêle d'un type très rare.

Saint-Marie aux Mines, carreau de poêle d'un type très rare.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Marie aux Mines, carreau de poêle d'un type très rare.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach, Wegscheid, Sewen, Oberbruck (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des non-ferreux dans les Vosges d’Alsace, du haut Moyen Âge au xviie s. », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 309-310.

Référence électronique

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach, Wegscheid, Sewen, Oberbruck (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des non-ferreux dans les Vosges d’Alsace, du haut Moyen Âge au xviie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7520

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals