Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise

Responsable d’opération : Elsa Vidil
p. 167-168

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de l’aménagement du parvis et la mise en valeur de la façade de l’église Saint-Aphrodise de Béziers, des fouilles puis la destruction d’un bâtiment accolé au mur pignon ont été engagées. L’étude de la façade mise au jour après démolition a révélé de nombreuses phases de construction pour un bâtiment que l’on croyait dater de l’époque moderne. La description des éléments s’effectuera du sommet du bâtiment vers le sol, dans le but de mettre en évidence les différentes phases architecturales, les plus anciennes étant conservées en hauteur. La phase la plus ancienne est caractérisée par un parement construit en grand appareil de moellons calcaires assemblés à joints moyens. Les vestiges de cette phase s’étendent au-delà de 3,10 m au-dessus du niveau de sol actuel. Plusieurs éléments architecturaux caractérisent cet ensemble. Au nord, on observe une partie d’une grande baie dont les piédroits sont chanfreinés. Celui situé au nord est intact et conserve donc le congé en doucine renversée qui le décorait. À la première phase doivent être associés les vestiges d’une corniche. Aujourd’hui bûchée, elle se situe juste au niveau de l’allège de la baie. Au sud du parement, une deuxième baie, dont le niveau d’ouverture se situait plus bas, rythme la façade. Son allège primitive n’est que très partiellement conservée à la base du piédroit nord et un bâtiment accolé occulte le piédroit sud. Cette baie a aussi subi des modifications concernant son couvrement. Puis elle change de fonction pour devenir une fenêtre. L’association de ces trois éléments architecturaux permet de placer cette phase au xive s.

2Nous observons, de plus, une façade visible depuis l’extérieur. À l’extrémité nord du parement, une série de trois aménagements rectangulaires alignés verticalement sont ménagés soigneusement dans les moellons de calcaire ; ils ont été mis en place en même temps que le parement. Il s’agit probablement de l’ancrage d’une structure en bois. La partie basse du parement, qui correspond au rez-de-chaussée actuel, est construite de manière totalement différente. Il apparaît nettement qu’un nouveau parement associé à un arc surbaissé non passant a été repris en sous-œuvre. Dans l’angle sud, deux portions de claveaux marquent l’existence d’un autre arc similaire et jumelé qui se développe vers le sud. Le parement constituant le bouchage de l’arc a lui aussi été perturbé par la mise en place d’une porte à linteau droit. Enfin, sur toute la hauteur de l’extrémité nord du parement, un arrachement marque le prolongement du bâtiment.

3Cette façade montre bien l’évolution complexe des édifices entourant l’église. Le bâtiment se développait initialement vers l’ouest et le nord, présentant ici une de ces façades. D’une implantation que l’on peut attribuer à la fin du Moyen Âge, la construction est reprise en sous-œuvre, avec la mise en place d’un arc de décharge qui a certainement eu pour fonction de stabiliser un édifice délabré : en témoigne, au deuxième niveau, la réduction de fenêtre, qui date probablement du début de l’époque moderne, marquant une perte d’importance de la façade, voire du bâtiment. Le parement situé sous l’arc est ensuite percé d’une porte et d’une baie. Sur le cadastre napoléonien de 1830, le bâtiment détruit situé dans la parcelle PX 224 existe déjà ; la parcelle PX 222 ne s’étend pas davantage vers le nord. Toutes les phases décrites ici se placent donc entre la fin du Moyen Âge et la levée du cadastre de 1830.

Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise

Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise
Haut de page

Table des illustrations

Titre Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 167-168.

Référence électronique

Elsa Vidil, « Béziers (Hérault). Saint-Aphrodise » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7544

Haut de page

Auteur

Elsa Vidil

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Elsa Vidil

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals