Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Châtenois-les-Forges (Territoire de Belfort). 5, rue du lieutenant Bidaux

Responsable d’opération : David Billoin
p. 171

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0131786

Texte intégral

1Des diagnostics avaient été réalisés dans l’environnement proche. La fouille, malgré une emprise limitée à 1 478 m2, constitue l’une des toutes premières interventions conduites au cœur d’un village en région Franche-Comté. La première occupation remonte à l’Antiquité, avec quelques structures éparses dont une fosse d’enfouissement d’un jeune veau, dans une zone située en marge d’une occupation gallo-romaine datée par le mobilier céramique de la fin du iie au iiie s. de notre ère. La présence d’une coupelle de type Drag. 40 déposée avec cette carcasse étonne, cette forme étant fréquemment associée à des dépôts funéraires ou rencontrée dans des contextes de sanctuaire.

2Un habitat des vie-viie s. a été partiellement découvert sur la moitié sud de la fenêtre de fouille, à 250 m à vol d’oiseau d’une nécropole contemporaine implantée sur la hauteur du coteau et surplombant la vallée. Constituée de vestiges en creux regroupant quelques structures dont un puits et deux bâtiments sur poteaux plantés, cette occupation présente les traits caractéristiques du paysage architectural du premier Moyen Âge. Les limites septentrionales de cet habitat de type agro-pastoral, très modeste en mobilier, coïncident avec un antécédent antique matérialisé par une portion de fossé. Les exemples illustrant de semblables reprises d’éléments du parcellaire antique commencent à être reconnus sur des sites régionaux et témoignent, à plus grande échelle, d’une certaine pérennité du peuplement rural. Ces bâtiments dont l’un, par son ampleur, semble réservé à l’habitation complètent le corpus régional d’édifices répertoriés pour la période.

3Un long hiatus sépare cette occupation mérovingienne de la création d’un habitat du xe-xiiie s., dont l’implantation ne tient pas compte, semble-t-il, de l’occupation précédente. Il s’agit d’une exploitation rurale de statut modeste dont l’économie reposait sur les productions agricoles et les ressources de l’environnement immédiat. L’occupation de l’espace est bien structurée, avec une partition entre l’habitat et des secteurs à vocations spécialisés qui évoquent une gestion collective de l’espace, et avec des activités liées aux récoltes, en particulier une aire d’ensilage. Le système de fossés, dont plusieurs segments sont observés sur la fenêtre de fouille, découpe l’espace en parcelles beaucoup plus vastes. Ces équipements agricoles de stockage enterré ne sont pas en relation topographique avec le bâtiment de plain-pied que rien n’interdit de considérer comme un bâtiment d’habitation. L’espace important dévolu au stockage et apparemment extensible par rapport à l’habitat est une nouveauté pour la région. L’expansion de l’occupation sur toute la fenêtre de fouille peut être mise en regard avec l’amélioration climatique du milieu du premier millénaire, qui favorise l’implantation d’habitats sur des zones jadis plus humides, phénomène déjà observé dans l’occupation médiévale des xie-xiie s. à Sornay (Haute-Saône) en bordure de l’Ognon. En tout état de cause, cette occupation est limitée au nord : aucune structure de cette période n’a été reconnue lors d’un diagnostic réalisé à une centaine de mètres de distance. On se trouve en effet à une altitude inférieure, sur des terrains plus humides vers lesquels se dirige le fossé St. 1, qui joue vraisemblablement un rôle dans la gestion collective de l’évacuation des eaux et de l’assainissement de ces terrains.

4Par ailleurs, la fouille a livré un mobilier céramique bien calé par plusieurs datations radiocarbone. La timide apparition de la technique de glaçure par aspersion témoigne d’une occupation qui s’achève assez tôt dans le xiiie s. Les vestiges d’occupation s’inscrivent donc dans la durée, comme en témoignent les recoupements, et marquent une interruption dans le courant de la première moitié du xiiie s. au plus tard.

5Une activité de forge s’illustre essentiellement par les rejets d’un atelier dans la fosse St. 250 en limite d’emprise et l’éparpillement de quelques déchets dans d’autres structures. L’étude des déchets métallurgiques témoigne non d’opérations de recyclage et de réparation au sein d’une communauté rurale, mais d’un atelier de fabrication d’objets sur place avec une matière première de bonne qualité. Ce savoir-faire requiert des compétences techniques que seuls possèdent des forgerons. À l’évidence, la vocation de cet habitat dépasse le seul regroupement d’éleveurs et d’agriculteurs.

6L’étude des restes de faune révèle une consommation fondée sur la triade bœuf, porc et caprinés. Le cheval (6,82 %), l’âne (2,27 %) et la basse-cour complètent le cheptel domestique de cette communauté. La présence de carcasses animales non consommées enfouies mérite d’être soulignée car elles signalent des cas d’épizooties du cheptel bovin caractéristiques de ce secteur géographique de la Touée de Belfort. L’enfouissement des carcasses impropres à la consommation en différents points du site signale vraisemblablement l’interruption de cette occupation, tout au moins sur l’emprise étudiée. En effet, il n’est pas possible de généraliser ce constat à l’ensemble de l’occupation qui, pour cette période, déborde largement du secteur fouillé et est située à moins de 100 m de l’ancienne église Saint-Étienne fondée en 1108.

7Une première étude des macro-restes de cet habitat du xie-xiiie s. riche en silos à grains révèle une culture majoritaire du blé tendre/froment, puis de l’avoine, du seigle et du millet comme cultures secondaires. Le cortège de mauvaises herbes suggère la présence de champs dans les environs de cet habitat.

8Un long hiatus intervient jusqu’à la période moderne à contemporaine, marquant à la fois un repli de l’occupation de ce secteur géographique et un changement de destination de ces terrains en cœur d’îlot, reconvertis en vergers. S’y inscrit, plus récemment, un bâtiment des xviiie-xixe s., en retrait de la rue actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Châtenois-les-Forges (Territoire de Belfort). 5, rue du lieutenant Bidaux », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 171.

Référence électronique

David Billoin, « Châtenois-les-Forges (Territoire de Belfort). 5, rue du lieutenant Bidaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7560

Haut de page

Auteur

David Billoin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals