Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Chevrières (Oise). Le Village (rue de Compiègne)

Responsable d’opération : Denis Maréchal
p. 172

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le site est localisé sur la première terrasse de l’Oise, à moins de 300 m de la plaine alluviale et à 2,5 km de l’Oise. Il faut retirer 0,50 à 0,70 m de sédiment pour apercevoir les structures creusées dans du sable (1,20 m au niveau du chemin creux). Le décapage a porté sur 5 300 m2. L’emprise se place dans le village actuel, à moins de 100 m de l’église (des sondages précédents attestent la présence de sépultures du xie s.).

2Les indices d’une occupation antérieure au ixe s. sont ténus. Environ 550 structures sont datées du ixe au xie s., au nombre desquelles plus de 70 silos, une quinzaine de fonds de cabane, plusieurs structures de combustion et deux probables puits. Deux constructions excavées, longues respectivement de 13 et 9,50 m, larges de 5 m et profondes de 0,65 m, se distinguent. Leur recoupement à 90° traduit sans doute deux états.

3Le rôle du chemin, situé au centre de l’emprise, est important dans la structuration de l’habitat. Sa largeur oscille de 5 à 7 m. Délimité à l’est sur toute la longueur par des fossés, il forme dans sa partie nord un chemin creux. Plusieurs traces d’ornières ont été relevées. Perpendiculairement à cet axe, côté occidental, se dessinent d’importantes concentrations de structures sur une largeur d’une vingtaine de mètres, séparées par des espaces presque vides de vestiges sur 12 à 15 m. À l’ouest, les fosses sont plus dispersées. Néanmoins, les alignements de structures suggèrent aussi des parcelles perpendiculaires au chemin, peut-être plus larges. Il faut noter que le bloc central possède plusieurs particularités comme la présence de deux puits, de deux inhumations (d’immatures), de deux grandes fosses, ainsi que la découverte d’un jeton de tric-trac. L’étude des mobiliers permettra de confirmer l’hypothèse de statut social privilégié des habitants.

4Au xiie-xive s., un fossé large de 6 m et profond de 3 m, à profil en V, est creusé à une dizaine de mètres du chemin. Un angle droit a été dégagé au sud. Au nord, des sondages permettent de deviner le tournant. À quelques mètres se situe l’actuelle route qui longe la plaine alluviale de la vallée. Le reste du terrain semble quasiment vide de structures. Il existerait donc un changement important avec la période précédente. Les limites de cette éventuelle maison forte sont reprises par un mur de clôture en pierre qui délimite la partie résidentielle de la grande ferme du début du xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Maréchal, « Chevrières (Oise). Le Village (rue de Compiègne) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 172.

Référence électronique

Denis Maréchal, « Chevrières (Oise). Le Village (rue de Compiègne) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7561

Haut de page

Auteur

Denis Maréchal

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Maréchal

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals