Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Grasse (Alpes-Maritimes). Îlot Mougins-Roquefort

Responsable d’opération : Guillaume Roquefort
p. 175

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Situé dans le cœur historique de la ville de Grasse, l’îlot Mougins-Roquefort dispose d’un ensemble composé de six bâtiments formant un ensemble architectural dense et imbriqué, s’élevant sur six à sept niveaux. En l’absence de données archéologiques convergentes et d’un échantillonnage suffisamment représentatif, il est difficile d’avancer une quelconque hypothèse sur une occupation précédant ces immeubles de facture moderne. Il semblerait pourtant, à la lecture de mentions de 1446 relevées aux archives départementales de la Carriera Sabbatarie, ancienne dénomination de la rue Mougins-Roquefort, qu’une activité commerciale (tannerie, cordonnerie…) se développait dans cette rue et dans la Carriera Recta (rue Marcel-Journet), autre axe important de l’ancienne ville. Mais les rares mentions concernant les rues et leur vocation commerciale demeurent insuffisantes pour nous éclairer sur la datation de cet ensemble architectural.

2Il semblerait que, à l’instar de nombreux îlots du centre historique, la plupart des bâtiments antérieurs au xvie s. ont été restructurés, sinon détruits, en vue d’un agrandissement de l’espace habitable, à l’exception de la maison sise 3, rue Mougins-Roquefort.

3Tout autre est la situation pour la période comprise entre le xviiie et le xxe s. Se développant sur plus de 20 m de chaque côté, l’îlot dessine un quadrilatère plus ou moins régulier s’élevant à près de 20 m de haut. Cet ensemble d’immeubles mitoyens, construit sans doute au cours de la première moitié du xviiie s. et largement restructuré au cours des xixe et xxs., s’éloigne des hôtels ou des immeubles particuliers de type haussmannien recevant un décor d’apparat. Il répond à une demande croissante de logements couplée à l’essor de l’activité économique de la cité. La faible profondeur des espaces d’habitation s’ouvrant sur la rue Journet notamment (n° 8 et 10) répond à une recherche d’économie, par l’adoption d’appartements superposés accessibles par plusieurs types d’escaliers : à vis, à deux volées droites parallèles et paliers intermédiaires, et enfin hélicoïdal sur plan carré.

4Le choix de cette formule aux allures d’opération immobilière aurait été motivé par une recherche de rentabilité, comme en témoigne le seul espace à ciel ouvert, situé au centre de l’îlot et formant une cour intérieure de 4 m². Ce type d’immeuble, interdisant la multiplication des cours fermées sur elles-mêmes, évitait la construction de logements sous appentis, sans distribution commode.

5Malgré cette uniformisation de la construction, il apparaît notamment, au deuxième étage du 10, rue Marcel-Journet et de la rue Répitrel, deux éléments significatifs. Le premier, côté Marcel-Journet, est une ouverture coiffée d’un linteau de porte en forme d’arc en accolade (ou à talon) de style gothique flamboyant (xve s.), réalisé à l’aide d’un puissant corps d’enduit induré.

6L’autre élément remarquable de cet îlot est la mise au jour, au deuxième étage du 10, rue Marcel-Journet (côté sud), d’un décor peint recouvrant environ 50 m², daté du Second Empire qui se présente sous la forme de quatre caissons d’une dizaine de mètres carrés chacun recevant deux types de décors distincts. Les deux plus à l’ouest, de plan rectangulaire, figurent un ciel bleu sur lequel se détachent des nuages et des oiseaux, le tout bordé d’un décor floral et de motifs géométriques. Les deux plus à l’est sont de facture plus modeste : un décor géométrique polychrome borde le cadre central.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Roquefort, « Grasse (Alpes-Maritimes). Îlot Mougins-Roquefort », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 175.

Référence électronique

Guillaume Roquefort, « Grasse (Alpes-Maritimes). Îlot Mougins-Roquefort » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7576

Haut de page

Auteur

Guillaume Roquefort

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Roquefort

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals