Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Lunel-Viel (Hérault). Verdier Nord

Responsable d’opération : Christophe Calmés
p. 178

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La fouille a révélé une occupation continue sur quasiment un millénaire. Le parcellaire se compose de fosses de plantations (vignes) et de fossés datés du Haut-Empire, auxquels s’ajoutent deux bâtiments en pierre construits au ive s. Le premier, peut-être un bâtiment d’habitation, est rectangulaire et possède des murs épais de 0,80 à 1 m. Le second, très étroit, pourrait être un bâtiment agricole (stockage ou bétail).

2Des niveaux de circulation ou de vie, ne subsiste qu’un unique lambeau de sol présent dans l’angle NE du premier édifice. Sa position stratigraphique, suggère que le bâtiment était excavé. À quelques mètres au nord se trouve un puits maçonné construit en pierres calcaires et comblé par des éléments lapidaires (chapiteau, colonne) et par un fragment de sa margelle.

3L’occupation du site au ive s. est également caractérisée par la présence d’un four à chaux. À proximité se trouve une large dépression comblée par des sédiments hydromorphes, peut-être un point d’eau (mare ?) ayant participé au bon fonctionnement de ce four.

4Ces structures sont abandonnées dans le courant du ve s. : les murs sont épierrés, le puits et le four comblés, et des vides sanitaires témoins de la présence de bâtiments semi-excavés (cabanes ?) sont aménagés à proximité des bâtiments.

5La présence de vastes fosses-dépotoirs contenant de nombreux éléments de mobilier reflète bien une présence humaine sur le site. La proximité de fours de tailles réduites et une grande quantité de scories de fer plano-convexes suggèrent des activités de préparation du métal lors de phases de post-réduction.

6Non loin des bâtiments, une activité funéraire est attestée pour les ive et ve s. avec des sépultures d’enfants en bas âge placés soit dans des amphores, soit dans des sépultures en bâtières ou en coffre de bois. Les jeunes défunts sont, bien souvent, inhumés dans les fossés environnants. C’est également au cours du ve s. qu’apparaissent les premières fosses qui jalonnent le site et qui pourraient être identifiées comme des silos. Ceux-ci s’implantent sur le parcellaire ancien, montrant que celui-ci n’est plus ni en fonction, ni visible.

7La phase médiévale est surtout marquée par la présence d’une aire d’ensilage qui se développe de manière quasi exclusive dans la moitié orientale du site, dans les sédiments déposés par l’ancien lit du Dardailhon qui coule à une trentaine de mètres en contrebas. Cette occupation bien spécifique s’étale du ve s. jusqu’à l’orée du xiie s. Un nouveau parcellaire fossoyé se superpose à l’ancien, vraisemblablement au cours de l’époque carolingienne. Une large structure excavée est aménagée, en bordure de l’ancienne mare comblée. Il s’agit d’un bâtiment semi-excavé autour duquel sont aménagés des fours à large sole plane, sans doute à usage culinaire. Il est vraisemblable que l’on continue à inhumer durant cette période : une sépulture, située dans un des fours antiques, a été recoupée par des silos ; une autre a été creusée dans les comblements de la mare. Cette fonction funéraire, assez sporadique, reste difficile à caractériser.

8La dernière manifestation de l’occupation médiévale se trouve dans le bâtiment antique où quelques silos sont aménagés et où un puits est creusé directement dans le substrat, sans aménagement en pierre. Ses comblements contiennent des éléments datables entre le xiie et le xiiie s.

9La vocation agricole du site, d’abord représentée par un vignoble et son parcellaire antiques, perdure au moins jusqu’au Moyen Âge central sous différentes formes avec, notamment, une aire d’ensilage qui s’inscrit dans la longue durée, du ve s. jusqu’au xiie s. La faible densité de silos et le peu de recoupements sur une chronologie aussi longue invitent à s’interroger sur les modalités d’utilisation de ce type de structure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Calmés, « Lunel-Viel (Hérault). Verdier Nord », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 178.

Référence électronique

Christophe Calmés, « Lunel-Viel (Hérault). Verdier Nord » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7589

Haut de page

Auteur

Christophe Calmés

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Calmés

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals