Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). 23, rue Marc Bloch

Responsable d’opération : Emma Bouvard
p. 178-179

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La parcelle se situe sur la rive gauche du Rhône. Quelques découvertes anciennes (éléments lapidaires antiques à vocation funéraire notamment, bornes milliaires) et des opérations d’archéologie préventive ont permis la publication d’une première synthèse. L’étude met en lumière la fréquentation ancienne, bien que sporadique, de cet espace (découvertes du Néolithique final et âge du bronze au nord et NO du site), ainsi qu’une exploitation du terroir dès l’Antiquité : en témoignent les fossés parcellaires mis en évidence à quelque 300 m au nord. L’élément structurant le plus marquant semble la voie de ­circulation, dite compendium, reliant la cité de Lugdunum à Vienne.

2Le terrain naturel, une terrasse fluvio-glaciaire, datée jusqu’à présent du Fini-Würmien (Tardiglaciaire), soit 20000 BP (stade de Morestel), affleure dans ce quartier à moins de 0,50 m sous la chaussée du xxe s.

3Deux entailles anthropiques semi-circulaires marquent la rupture de pente. Ces cuvettes semblent résulter d’une extraction de sables et galets. Elles sont comblées par des remblais antiques contenant du mobilier (céramique essentiellement) et des vestiges funéraires (charbons, os brûlés et non brûlés) issus de crémations et d’inhumations qui, d’après le mobilier céramique, ont eu lieu entre le milieu du ier s. et le milieu du iis. ap. J.-C.

4À l’Antiquité appartiennent aussi deux inhumations (datation 14C : 135-335). Elles sont occupées par deux individus (un jeune adulte de sexe masculin et un immature d’environ 12 ans) installés dans des fosses sub-ovalaires relativement étroites, creusées dans le sol naturel. Ils sont tous deux déposés dans des coffres de bois cloués.

5Plus tardivement, à la fin du vie s. ou au début du viie s. (datation 14C sur charbon), un bâtiment sur poteaux est bâti sur l’espace plan sis à l’avant de la plus grande cuvette alors remblayée. Ses dimensions modestes (7 m × 4,5 m) en font une cabane ou une cellule d’habitation n’excédant pas 31,5 m2 répartis selon deux travées E-O séparées par la ligne faîtière. Un petit appentis peut être restitué sur sa face nord ; il est constitué de deux poteaux parallèles à la ligne de façade et probablement destinés à recevoir une prolongation de la couverture.

6Au viie ou viiie s., un autre bâtiment d’orientation et de morphologie similaires prend la place du précédent. Il est édifié sur des solins constitués de matériaux de construction antiques détritiques (blocs de gneiss et de granit, fragments de calcaire tendre type Seyssel ou du Midi, tegulae…), liés d’un sédiment argilo-limoneux verdâtre. La largeur de ces murs, bien que n’ayant laissé des traces que fort ténues (parfois à peine 0,02 m d’épaisseur), atteint 0,70 m. Proche de l’angle NE, l’espace interne accueille une fosse circulaire de près d’1,70 m de diamètre contenant en situation secondaire des matériaux de construction similaires à ceux du solin, ainsi qu’une couche cendreuse et charbonneuse dans laquelle une oule fragmentaire a été recueillie. Associé à ce bâtiment (habitat, abri temporaire lié à une activité spécifique ?) a été mis au jour un mur de terrasse de même orientation et contenant les remblais antiques dévalant depuis le sommet de l’ancienne fosse d’extraction.

7Après une phase de recouvrement sédimentaire constitué de terre organique noire pauvre en mobilier, le site est aménagé à des fins agricoles durant le xviie s.  : fossés parcellaires, drains et ensevelissement de bestiaux (bovidés, équidés) jalonnent la parcelle.

8Au xixe s., le cadastre napoléonien montre une parcelle exempte de toute construction. La mise au jour d’un fossé E-O, traversant le tiers SO du terrain, illustre cette période où le quartier de la Madeleine était encore très peu occupé. Enfin, au milieu du xxe s. les lieux sont occupés par des bâtiments industriels de 1950 (quincaillerie Maurin) détruits préalablement au diagnostic : caves, cuves à fuel et quelques fondations ont pu être observées.

Lyon, 23 rue Marc Boch, mur de terrasse médiéval MR 116 et son retour MR 119 (VIIe-VIIIe s.).

Lyon, 23 rue Marc Boch, mur de terrasse médiéval MR 116 et son retour MR 119 (VIIe-VIIIe s.).

Cl. Équipe de fouille SAVL

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, 23 rue Marc Boch, mur de terrasse médiéval MR 116 et son retour MR 119 (VIIe-VIIIe s.).
Crédits Cl. Équipe de fouille SAVL
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Bouvard, « Lyon (Rhône). 23, rue Marc Bloch », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 178-179.

Référence électronique

Emma Bouvard, « Lyon (Rhône). 23, rue Marc Bloch » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7592

Haut de page

Auteur

Emma Bouvard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emma Bouvard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals