Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Maizières-les-Brienne (Aube). Rue Gaulière

Responsable d’opération : Sylvain Canet et Jocelyne Deborde
p. 181

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1À environ 7 km au NE de Brienne-le-Château, en direction de Montier-en-Der, le site, en bordure est de la plaine alluviale de Brienne (cote NGF 115 à 125 m), est bordé au nord par la Laine et la Voire et à l’ouest par la Brévonne. La fouille, menée sur 2 200 m², a livré des vestiges de trous de poteau, fosses diverses et fosses d’extraction, fossés parcellaires et/ou de drainage, ainsi qu’un nombre assez important de puits, quelques fonds de cabanes parfois très arasés, des fours et des silos.

2L’occupation la plus ancienne date de la fin de l’époque gauloise (La Tène moyenne-finale). Une occupation romaine est représentée par quelques indices ténus d’une habitation relativement cossue (fragment de colonne, bloc architectural, quart de rond, enduit peint), sans doute arasée par les états postérieurs. Ils font écho à des mentions anciennes et à des découvertes fortuites dans le centre du village.

3La période la mieux représentée est le Moyen Âge. L’étude céramologique atteste quatre phases d’occupation en dépit d’un corpus trop petit pour permettre une étude plus élaborée. La première phase (période carolingienne, viiie-xe s.) est représentée par des bords de pots. La deuxième (xe-fin xiie s.) par des bords de pots, de pichets, ainsi qu’une oule complète. À cette phase appartiennent deux fonds de cabanes proches l’un de l’autre et bien conservés sur plus d’un mètre de hauteur. Les dimensions du premier avoisinent 4,50 m de long pour 3,50 m de large. Un seul trou de poteau lui est associé dans un de ses angles. Cette structure contient notamment le plus gros ensemble mobilier, écrasé sur le fond de la structure. Un niveau incendié apparaît vers la base de son comblement, contenant à la fois planches et matériau végétal (chaume, litière ?). Ces éléments proviennent-ils de la destruction d’une superstructure (toit), d’éléments de cloison (pan de bois), d’un plancher sur vide sanitaire, ou constituent-ils un simple rejet de déchets provenant d’ailleurs ? Une autre couche renferme de la terre cuite et suggère une séquence de destruction (torchis ?). Le second fond de cabane est de dimensions plus modestes. De moins de 2 m de côté, il présente un escalier très rudimentaire aménagé en appendice par le creusement de deux à trois marches dans l’encaissant. Un seul trou de poteau axial associé a pu être observé. Le comblement est très homogène et a pu se constituer de manière très rapide. Sur le fond de la structure, une couche de sédiment présente un aspect rosé, sans toutefois évoquer l’action du feu. Le petit mobilier (forces, pesons en pierre) évoque une fonction artisanale liée au textile (métier à tisser ?). Quelques autres fonds de cabanes sont très arasés.

4La troisième phase (xiiie-xivs. et xve s.) est bien représentée par des vases de formes variées : tasses, pichets, anse panier de cruche pour la vaisselle de table, marmite ou coquemar tripode ainsi qu’un pot de conserve pour un usage domestique culinaire. La pâte rouge glaçurée, bien représentée dans la vaisselle de table, et certains décors révèlent le rang social relativement aisé des occupants. La quatrième et dernière phase (xvie au xviie s.) livre des terrines, jattes, écuelles et petits pots provenant pour la plupart du comblement d’un puits. Un bord de jarre et les fonds de pots ou pichets évoquent un usage de conservation et de consommation.

5La fouille a également livré un petit lot d’objets métalliques (forces, clé, vase tripode en fonte, couteau, dé à coudre, clous de charpente, scories) ainsi que des pesons en pierre calcaire et un aiguisoir. Une sépulture, apparemment isolée, localisée non loin du bord de l’emprise de la fouille, est probablement médiévale (14C en cours).

6Cette opération témoigne d’une occupation continue : l’habitat médiéval succède à des occupations de la fin de l’époque gauloise et de la période romaine. Diffus au haut Moyen Âge (période carolingienne), il se confirme aux xiie et xiiie s. Une occupation domestique est bien implantée aux xive et xve s., ce, jusqu’à la période moderne (xvie et xviie s.). Dans le village, un château médiéval et/ou moderne, connu par un plan du xviiie s., existait encore en 1790.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Canet et Jocelyne Deborde, « Maizières-les-Brienne (Aube). Rue Gaulière », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 181.

Référence électronique

Sylvain Canet, Jocelyne Deborde, « Maizières-les-Brienne (Aube). Rue Gaulière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7596

Haut de page

Responsables d'opération

Sylvain Canet

Jocelyne Deborde

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals