Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Migné-Auxance (Vienne). Limbre

Responsable d’opération : Nelly Connet
p. 184

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0135976

Texte intégral

1Les investigations ont porté sur une zone de plus de 12 ha situé sur le haut du versant de la vallée de l’Auxance, au nord de Poitiers, au lieu-dit Limbre. Cette zone se situe à la limite des étages Callovien et Bathonien du Jurassique et comprend dans sa partie sommitale des calcaires graveleux. Les 9 tranchées réalisées ont permis d’identifier une occupation agricole du ixe s.

2Les structures médiévales sont localisées dans le NE de l’emprise et apparaissent généralement entre 0,20 m et 0,40 m de profondeur. Plus ou moins érodés selon qu’ils se trouvent en haut ou en milieu de pente, les vestiges se composent majoritairement de structures en creux (silos, fosses ou trous de poteau). Deux à trois aires de stockage sont apparues. Leur répartition spatiale est probablement à mettre en relation avec un morcellement N-S du terroir, de type culture en lanière. De plus, la présence de céramique et de restes de faune laisse supposer la proximité d’un habitat, probablement au nord de l’axe de circulation actuel.

3Le lot céramique (296 tessons) est homogène. (fig.). Une datation 14C réalisée sur la faune, confirme une occupation carolingienne, (fourchette comprise entre 720 et 885 avec un pic de probabilité à la fin du viiie et au ixe s) attestant ainsi l’utilisation de la céramique peinte dès le ixe s. en Poitou.

4La céramique du silo 5.2 compte 270 tessons correspondant à 26 ou 34 vases. Le vaisselier se compose de les pots à cuire (n° 1) et de cruches (n° 2), auxquels sont associés des vases tronconiques (n° 4) et une forme plus rare de gourde (n° 3). Les récipients sont en pâte sableuse claire, en pâte sableuse fine micacée noire (n° 1) et en pâte sableuse claire à décor peint à l’ocre rouge parfois couvrant (n° 4). Le décor peint semble réservé aux cruches et aux gourdes. La typologie des formes, les pâtes et le registre décoratif sont très proches des céramiques mises au jour, par exemple, sur le site de Châtellerault « Pouthumé » ou de la rue des Caillons à Poitiers, de plus les céramiques peintes sont une des caractéristiques du vaisselier poitevin et confirment l’adoption des modes en vigueur dans le Nord de la France. Des analyses réalisées sur le site de la Viaube 1 bis à Jaunay-Clan (86), confirment une utilisation précoce de la glaçure sur la céramique. Des datations prévues sur le site de la rue des Caillons à Poitiers (86) compléteront les données sur ce mobilier peint.

5L’étude de la faune confiée à Anna Baudry (Inrap, Poitiers) a permis de déceler une diversité des espèces (bœuf, capriné, porc et équidé), la présence de plusieurs individus aux stades de croissance divers dans une même structure et de nombreuses traces de découpes. Toutes ces données semblent corroborer l’existence d’un ou plusieurs habitats à proximité de la zone étudiée.

6Un fragment de lissoir en verre, une pierre à aiguiser et une broche de tisserand en os ont également été identifiés. Ce mobilier est tout à fait habituel sur les sites d’habitat du haut Moyen Âge. La quantité de faune et de céramique provenant de cette fosse confirme sa fonction de dépotoir.

7Quel est le statut social des habitants de Limbre ? En effet, les céramiques peintes caractérisent généralement des habitats économiquement aisés (Pouthumé ou Poitiers-en-Vienne). Or, la multiplication des opérations depuis quelques années autour de Poitiers tend à prouver l’existence de ce type de vestige mobilier au sein même de sites à vocation purement agricole. Cette céramique peinte caractérise-t-elle vraiment le statut social de ses occupants ou s’agit-il d’une céramique communément répandue ? Les habitants de ces exploitations occupent-ils une position intermédiaire dans l’échelle sociale (un statut d’alleutier par exemple) ? Ces vestiges mobiliers ne pourraient-ils pas provenir d’un habitat économiquement aisé alentour, nettoyé par des serfs sous forme de corvées domestiques, puis rejetés dans les structures en creux au sein des parcelles agricoles ?

Migné-Auance, le vaisselier carolingien.

Migné-Auance, le vaisselier carolingien.

DAO : B. Véquaud, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Migné-Auance, le vaisselier carolingien.
Crédits DAO : B. Véquaud, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Connet, « Migné-Auxance (Vienne). Limbre », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 184.

Référence électronique

Nelly Connet, « Migné-Auxance (Vienne). Limbre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7614

Haut de page

Responsable d’opération

Nelly Connet

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals