Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Noyon (Oise). Rue Le Féron, école Weissenburger

Responsable d’opération : Hélène Dulauroy-Lynch
p. 186

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0128499

Texte intégral

1La parcelle se situe à l’ouest de Noyon, à 350 m de la cathédrale, sur le cours de la Verse qui traverse le site dans un canal souterrain d’environ 2 m de large. La fouille avait deux objectifs : la mise au jour et la compréhension des différents bâtiments de l’hôpital général de Noyon, qui a occupé cette parcelle de 1683 à 1918, et la caractérisation des occupations de cette zone au Moyen Âge, voire à l’époque gallo-romaine.

2La zone a longtemps été humide et l’absence de traces antérieures au Moyen Âge ne doit pas surprendre. Sur l’ensemble de la parcelle, a été mise au jour une couche noirâtre très organique qui témoigne de la situation de bord de berge du terrain. Il n’a pas été possible de dégager ce niveau sur la totalité de la parcelle (près de 4 000 m²). Cette couche a toutefois été observée dans de nombreux sondages, chaque fois que l’on dégageait les fondations des structures maçonnées de l’époque moderne. Elle contenait des tessons résiduels datant de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, qui confirment l’occupation connue par les sources : un habitat non caractérisé. Quelques lambeaux de maçonneries en pierre et en brique, au SE du site, le long de la Verse, pourraient dater de cette époque. Il pourrait aussi s’agir des vestiges les plus anciens de l’hôpital général de Noyon (1683 au plus tôt).

3La fouille a permis de dégager sur plus de 30 m le rempart moderne construit au milieu du xvie s. pour élargir et consolider la muraille du xiie s. Le mur médiéval est situé sous l’actuelle contre-allée. Le mur moderne est parallèle au boulevard. C’est une construction reposant sur une fondation d’1 m de profondeur consolidée régulièrement par de petits contreforts. Entre les deux maçonneries, des couches de terre et de pierre occupent le cœur de la structure.

4La presque totalité des vestiges mis au jour est liée à l’hôpital général fondé en 1657, installé sur ce site en 1683 et détruit en 1918. L’histoire de l’hôpital et de ses bâtiments, assez bien connue grâce aux sources hospitalières, a permis de croiser ces informations avec les vestiges et de montrer que des projets n’avaient pas été suivis. Quatre grandes phases ont ainsi pu être dégagées.

5L’hôpital se présente comme un grand E, mais ce plan ne date au mieux que du début du xviiie s. L’aile principale est parallèle à la Verse. Deux des trois ailes perpendiculaires ont été mises au jour ; l’aile sud, située sous une rue, l’a été partiellement. En revanche, l’aile centrale, qui date du xviie s. (phase 1), a clairement été repérée, notamment la chapelle grâce à un sol dallé en pierre de grande qualité et à d’importants fragments de vitraux. Sous ce sol, une importante stratigraphie témoigne des réfections régulières des bâtiments entre 1671 et 1918. Des sols de cours, pavés le long des bâtiments et en calcaire damé, ont été dégagés.

6À partir de 1711, l’hôpital se déploie à l’ouest de la Verse (phase 2). Un plan de 1729 présente un projet avec une aile centrale très développée vers l’ouest. Sur le terrain, l’aile centrale observée était moins longue, tandis que l’ancienne aile nord l’était davantage que prévu : le projet a donc été modifié. À l’ouest de la Verse, la fouille a confirmé que la zone était dédiée à des jardins. Un mur de parcelle est en outre édifié parallèlement au rempart, laissant un espace de circulation et d’accès à la muraille.

7La phase 3 concerne l’ancienne aile nord démolie méthodiquement, l’agrandissement de l’aile principale parallèle à la Verse vers le nord et la construction de la nouvelle aile nord bien documentée par de nombreuses sources, comptes et plans et dirigée par l’architecte Mouton. La fouille a confirmé de nombreuses mentions écrites : présence et emplacement d’un puits et d’une cave notamment, contre le rempart moderne. Les bâtiments des phases 2 et 3 sont exécutés avec soin en alternant calcaire et briques. Une gamme variée de tomettes hexagonales témoigne du mode de couverture des sols dans une grande partie des espaces.

8Les nouvelles constructions de la phase 4 (xixs.) concernent peu notre parcelle. Toutefois, de nombreux réaménagements et réfections internes ont été observés. C’est le cas du bâtiment central qui bénéficie d’une réorganisation interne, de l’installation d’un chauffage central au charbon et de la pose d’un sol en carreaux de ciment peu de temps avant la démolition de l’hôpital. L’aile nord est un peu agrandie à l’ouest au moment où le rempart est démantelé.

9En 1917 et 1918, l’hôpital subit les différents bombardements qui touchent la ville de Noyon. Les sols et les murs de l’institution en présentent de nombreux stigmates. Des murs, réalisés avec des pierres de récupération et mis en place sans soin et sans fondations, témoignent des baraquements construits dans l’urgence après la guerre. Enfin d’autres structures en briques illustrent l’utilisation artisanale de la parcelle, notamment pour une briqueterie et une brasserie avant que l’établissement scolaire ne soit construit, dans les années 1960, flanqué à l’ouest, sur la Verse, d’un terrain d’athlétisme.

Noyon, Weissenburger : vue de la cave.

Noyon, Weissenburger : vue de la cave.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Noyon, Weissenburger : vue de la cave.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dulauroy-Lynch, « Noyon (Oise). Rue Le Féron, école Weissenburger », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 186.

Référence électronique

Hélène Dulauroy-Lynch, « Noyon (Oise). Rue Le Féron, école Weissenburger » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7622

Haut de page

Auteur

Hélène Dulauroy-Lynch

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dulauroy-Lynch

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals