Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Rennes (Ille-et-Vilaine). La salle du Pélican, un jeu de paume de 1605-1607 (10-12, rue Saint-Louis)

Responsable d’opération : Romuald Ferrette
p. 188-189

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0139007

Texte intégral

1L’opération préventive qui s’est déroulée au 10-12, rue Saint-Louis à Rennes, sur la salle du Pélican, en juin-juillet 2014, a porté sur la fouille d’un quartier antique et sur l’étude de bâti d’un jeu de paume en raison de la rareté de ce type d’édifice.

2Le jeu, attesté depuis le xiie s., se déroule d’abord à la campagne (les jeux de longue paume), puis pénètre progressivement en ville où il se pratique d’abord sur les places publiques (les jeux de courte paume). Devant la ferveur du public et les nuisances sonores qu’elle engendre, on assiste à la construction des premières salles qui sont édifiées vers le xive s. Le jeu se pratique à l’origine à main nue, ce qui lui donne son nom ; les premières raquettes apparaissent au début du xvie s.

3L’architecture du jeu de paume est normalisée : l’espace se présente sous la forme d’une grande salle sous charpente de 10 m de large sur 30 m de long. L’espace de jeu, dénommé le carreau, est entouré de galerie pour les spectateurs sur deux ou trois côtés. Le dernier mur, appelé le mur de bricole, sert au rebond de la balle. Un escalier extérieur permet d’accéder à une galerie haute qui entoure le bâtiment sur deux ou trois côtés, d’où le public a un point de vue plongeant sur le jeu.

4À Rennes, le quartier du Vieux bourg Saint-Étienne dans lequel s’installe le jeu de paume se trouve en dehors de l’enceinte urbaine. Cet emplacement dans les faubourgs explique la construction de la salle du Pélican à l’aube du xviie s. Par ses dimensions (28,82 m × 9,15 m) elle est proche du standard normalisé par Garsault au xviiie s. Les premiers résultats montrent que l’architecture primitive de poteaux-poutres est particulièrement bien conservée, de même que la charpente. Si l’escalier et les galeries ont disparu, il est cependant possible de restituer une galerie haute sur la façade ouest grâce aux assemblages orphelins visibles sur les poteaux. Le mur de bricole, construit en pierre de taille de tuffeau, est conservé sur toute sa longueur. Aucun enduit n’a pu être associé de façon certaine à cet état du bâtiment. Néanmoins, la maçonnerie a scellé l’empreinte des galeries. La salle du Pélican était un jeu « quarré », c’est-à-dire possédant deux galeries, la première sur le mur pignon nord par lequel se faisait l’accès à la salle, la seconde dans la continuité de la première sur le mur gouttereau opposé au mur de bricole. Le sol, très remanié, laisse suggérer qu’il était composé à l’origine de tomettes. Les éléments en bois ont permis de dater la salle par dendrochronologie : elle est édifiée en 1605-1607 par Michel Galasne, huissier au parlement.

5La pratique du jeu de paume connaît un déclin à la fin du xviie s. La salle du Pélican est alors rachetée par l’évêché de Rennes. Transformé en chapelle en 1686, le bâtiment est restructuré pour s’adapter à sa nouvelle fonction. La rue Saint-Louis, nouvellement construite, en devient l’accès. On reconstruit à cette occasion le pignon sud qui devient l’entrée du bâtiment. Pour parfaire la transformation en chapelle, un transept matérialisé par deux chapelles latérales est construit. La charpente reçoit une voûte lambrissée en 1689-1690 (datation par dendrochronologie). Saisie comme bien national à la Révolution, la chapelle est intégrée à un hôpital militaire pour lequel elle sert de lingerie.

6L’étude du bâti de la salle du Pélican a permis de retrouver les dispositions d’origine et de retracer l’histoire du bâtiment malgré de nombreux remaniements. Si Rennes comptait plusieurs salles (la Poulaillerie, la Pigeon, le Cheval Noir, le Pélican, etc.), la salle du Pélican est, à ce jour, la seule préservée et compte parmi les plus anciennes salles conservées en France avec celles de Chinon, de Versailles et de Fontainebleau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romuald Ferrette, « Rennes (Ille-et-Vilaine). La salle du Pélican, un jeu de paume de 1605-1607 (10-12, rue Saint-Louis) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 188-189.

Référence électronique

Romuald Ferrette, « Rennes (Ille-et-Vilaine). La salle du Pélican, un jeu de paume de 1605-1607 (10-12, rue Saint-Louis) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7630

Haut de page

Responsable d’opération

Romuald Ferrette

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals