Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Soubise (Charente-Maritime). Le Bourg, places Foch, Verdun et du 8 mai 1945

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 192

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136001

Texte intégral

1Soubise, à l’embouchure du fleuve de la Charente, s’est développée sur un promontoire occupé depuis le Néolithique. La topographie médiévale du bourg, héritée de la construction d’un château complété par une enceinte urbaine, est encore perceptible de nos jours. Mentionné pour la première fois vers 1067, le château devient possession des Rohan au xviie s. Il n’en subsiste qu’une vaste esplanade en partie fossoyée, entre la Charente et l’église, ainsi que des fragments de courtine et la base d’une petite tour hémicylindrique.

2Un projet de réhabilitation du bourg prévoit une réfection générale des places et des voiries. Le diagnostic a été cantonné à trois places, couvrant une surface de près de 5 000 m². La première est sise au pied du promontoire, aux abords du lit de la Charente ; les deux autres étaient situées sur le plateau, aux abords de l’église paroissiale séparée du château par un fossé encore visible. Les sondages confirment tous l’existence d’un fossé d’enceinte dont le fond n’a pas pu être atteint. Il semble avoir été comblé à la fin du Moyen Âge avant d’être réutilisé dans le réseau viaire qui contourne le village actuel.

3Sur le plateau, les sondages pratiqués à l’ouest de l’église rendent compte d’une occupation funéraire peu importante, cantonnée au NO, où des sépultures attribuées à la période moderne ont été découvertes. L’espace voué aux inhumations ne semble pas s’étendre au SO de l’édifice. Au contraire, le lieu paraît largement ouvert depuis le xie s. puisque neuf niveaux de circulation s’y succèdent sur une séquence stratigraphique relativement importante (1,60 m).

4Les autres tranchées de diagnostic montrent une occupation relativement dense au NO ainsi qu’à l’ouest, où des bâtiments ont pu être distingués orientés selon un maillage parcellaire différent du maillage actuel. Sur cette partie du site, deux édifices distincts ont été identifiés. Relativement bien construits en pierre de taille, les niveaux de sols rendent compte d’espaces chauffés. De même, les remblais issus de la démolition massive de ces espaces présentent quelques vestiges lapidaires qui confirment le soin apporté à la construction. Les vestiges bâtis observés à l’ouest (place Foch) ne présentent pas la même qualité de mise en œuvre, même si l’existence d’une pièce chauffée est attestée. Ainsi, la présence d’un habitat pérenne apparaît très probable étant donné les trois phases distinctes de construction qui ont pu être observées dans la seule tranchée de diagnostic. Sur le reste de l’emprise, d’autres vestiges de constructions ont été identifiés suivant le même maillage parcellaire sans qu’il soit possible de déterminer si ces maçonneries délimitaient des espaces intérieurs ou extérieurs.

5Les tranchées réalisées sur le plateau témoignent d’un remblaiement massif de la zone vers le xviie s. Elle est dès lors débarrassée des bâtiments et largement ouverte. Seuls quelques murets de clôture semblent délimiter les différents espaces. Cette réhabilitation complète du bourg semble intervenir au sortir des guerres de Religion et pourrait être motivée par une politique délibérée d’embellissement d’un espace situé en marge de l’ancien château, mais contigu à la nouvelle résidence de la famille des Rohan.

6À la différence de la place de Verdun où les vestiges affleurent entre 0,50 m et 1 m sous le niveau de sol actuel, les niveaux archéologiques sont présents à une faible profondeur (moins de 0,50 m) sur les places Foch (ouest du bourg) et du 8 mai 1945 (en contrebas du plateau). Assez bien conservés, ces vestiges témoignent d’une occupation peu dense et relativement récente, car postérieure au xve s. pour la plupart des secteurs. Le bourg de Soubise, en tant que position avancée sur la Charente, fut particulièrement exposé aux conflits qui ont sévi dans la région depuis le milieu du xivs. Aux destructions massives opérées dans le bourg succèdent des rénovations et des réhabilitations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Soubise (Charente-Maritime). Le Bourg, places Foch, Verdun et du 8 mai 1945 »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 192.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Soubise (Charente-Maritime). Le Bourg, places Foch, Verdun et du 8 mai 1945 » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7648

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals