Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Toulouse (Haute-Garonne). 2, rue Deville

Responsable d’opération : Vincent Buccio
p. 193

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1En 1457, le cardinal Pierre de Foix fonde à Toulouse un collège destiné à accueillir des étudiants de l’université. Il a acheté à cette fin les maisons d’un îlot situé dans le bourg Saint-Sernin, accolé au nord de l’enceinte de la cité antique et qui connaît un essor remarquable depuis le xiie s.

2Les bâtiments du collège de Foix, l’un des mieux préservés de Toulouse, appartiennent aujourd’hui à une congrégation religieuse. Il ne subsiste du collège des xve et xvie s. qu’un grand corps de logis désigné comme tour ou dôme et un cloître autour duquel étaient réparties les chambres des étudiants ; la chapelle du collège a été détruite au xixe s. Les sondages ont été ouverts à l’emplacement de deux jardins ; les structures en élévation n’ont pas fait l’objet d’une étude de bâti approfondie.

3Le diagnostic a permis d’observer les substructions de bâtiments du collège figurés sur des plans d’époque moderne. Une maçonnerie de briques associée à une allée pavée en galets pourraient matérialiser des aménagements de jardins, mais on ne peut exclure qu’elles représentent la trace des maisons achetées par Pierre de Foix.

4Une structure excavée a également été mise au jour. Elle prend la forme d’une maçonnerie cylindrique en briques et mortier de chaux dont le diamètre extérieur est de 3,44 m. Elle est couverte par une coupole dont les voussoirs sont des briques traversantes fichées verticalement. Une ouverture sommitale est ménagée. La datation repose sur la seule présence de quelques tessons de céramique du bas Moyen Âge dans le remblai de nivellement au-dessus de son extrados. Ce remblai pourrait avoir été mis en place lors de la construction de la structure ou de travaux ultérieurs et il n’est pas exclu que la céramique soit nettement antérieure à la mise en place du remblai. Le comblement de la structure n’a pas pu faire l’objet d’une fouille, aussi sa fonction n’est-elle pas déterminée avec certitude. L’hypothèse d’une glaciaire a été envisagée mais semble peu compatible avec la chronologie, le contexte ou la morphologie de l’ouverture. Par défaut, cette construction est donc désignée comme citerne, en retenant une acception très large de ce terme (puits, citerne pour les eaux pluviales ou fosse de latrine, quoique la construction soit très soignée pour cette dernière hypothèse). En tout état de cause, il s’agit d’une construction qui ne trouve pas de comparaison à l’échelle locale. Tout au plus peut-on constater que la technique de voûtement mise en œuvre rappelle celle des salles basses de certaines tours médiévales connues à Toulouse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Buccio, « Toulouse (Haute-Garonne). 2, rue Deville », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 193.

Référence électronique

Vincent Buccio, « Toulouse (Haute-Garonne). 2, rue Deville » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7650

Haut de page

Auteur

Vincent Buccio

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Buccio

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals