Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Varennes (Vienne). La Tourette de Luché

Responsable d’opération : Daniel Vivier et Anne Autissier
p. 194-196

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1À trois kilomètres au SE de Mirebeau et à 2,5 km au NE du bourg de Varennes, la Tourette est un lieu-dit situé en haut de coteau, à une altitude atteignant 151 m, dominant au sud la plaine de Neuville et à l’ouest le vallon du ruisseau le Chaudour, affluent de la rivière la Pallu. Dans ces deux directions, la dénivellation atteint une cinquantaine de mètres. Le site occupe la bordure occidentale d’un massif de tuffeau, dont une bonne partie est actuellement boisée. Il se caractérise par un réseau dense de galeries et de salles souterraines d’un développement de 180 m, comportant de nombreux accès à la surface. Les opérations précédentes avaient mis au jour un fond de cabane carolingien, deux grandes cours excavées ou carries, un ensemble de murs montés à la terre, des trous de poteau et une fosse. L’étude céramique a permis de dater l’occupation du ixe au xvie s., ce que corroborent les rares sources d’archives. Le site est ensuite abandonné, une partie des cavités comblées, les structures de surface arasées.

2La fouille s’est principalement concentrée sur ces éléments de surface et les zones excavées déjà reconnues. Le fond de cabane carolingien a été dégagé dans son intégralité, révélant un deuxième four et confirmant la partition en deux espaces cloisonnés. À proximité, les vestiges d’un probable autre fond de cabane ont été mis au jour.

3La carrie rectangulaire 86 a livré un ensemble de cinq fonds de silos réutilisés comme foyers, dont la céramique a été datée des ixe-xiie s. En outre, sa paroi nord a révélé le contour d’une ouverture, accès à une cavité obstruée par des remblais successifs. Le creusement de la carrie s’avère donc postérieur à l’ensemble des silos qu’elle a recoupés. Dans la paroi est de cette même carrie, une descenderie ou galerie également antérieure est occupée par les restes d’un four qui constitue un premier état.

4Le décapage de surface a révélé la présence de la carrie 87, de 5 m de côté, mais dont la profondeur n’est pas connue, sa fouille n’étant qu’amorcée. Hormis des creusements, sa paroi NE comporte deux silos. La communication a pu être établie avec une galerie souterraine déjà répertoriée, donnant sur la carrie 86. Il semble que le réseau de galeries mettait en relation ces deux cours excavées.

5Au sud du site, la carrie 85, dont deux hauts de parois avaient été identifiés en 2013, a été presque entièrement vidée à la pelle mécanique, les remblais se révélant quasiment stériles. Ses bords rectilignes et verticaux mesurent entre 7,40 m et 8,65 m ; le fond a été atteint ponctuellement et indique une profondeur allant de 2,80 m (sur remblais) à l’angle NO à 4,90 m à l’angle SE. Elle a la spécificité, à l’inverse des deux précédentes, de ne comporter aucun creusement dans les parois, et de ne permettre l’accès qu’à une unique salle.

6La zone centrale, partiellement fouillée entre ces différentes cours profondément excavées, est occupée par trois silos ou fosses et des trous de poteau. Des arases de murs, des éléments de démolition (tuiles, moellons, dalles d’escalier) et le décaissement de paliers près de l’accès d’une galerie permettent d’envisager l’existence d’un bâtiment s’élevant au-dessus du réseau souterrain. L’occupation était donc dense en surface. Le fait le plus marquant est la découverte des trois grandes cours excavées organisant l’espace entre le sous-sol et la surface, phénomène rarement observé et sans comparaison, sinon le village troglodytique de Salillas-de-Jalon, en Aragon, mais dont la datation ne remonte pas au-delà du xixe s.

7Des recherches aux archives départementales ont permis de découvrir des informations dans deux actes notariés de 1775, en rapport avec un droit de passage sur le chemin qui passait devant la porte de la maison de la tour de Luché. Celle-ci donne sur un chemin probablement empierré allant de Chaumont (hameau proche de la Tourette vers l’est) à Raimbault (ancien moulin) en passant par Dougé. La maison était voisine du Petit Luché, situé en contrebas de La Tourette. Des témoignages oraux d’habitants semblent indiquer que la Tourette et la tour de Luché sont un seul et même lieu. Aucune allusion n’est faite à un réseau souterrain ou à des éléments associés. Les mentions de clos de vignes donnent à voir un parcellaire bien différent de l’actuel.

Varennes, La Tourette de Luché.

Varennes, La Tourette de Luché.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Varennes, La Tourette de Luché.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Vivier et Anne Autissier, « Varennes (Vienne). La Tourette de Luché »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 194-196.

Référence électronique

Daniel Vivier, Anne Autissier, « Varennes (Vienne). La Tourette de Luché » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7652

Haut de page

Auteurs

Daniel Vivier

Articles du même auteur

Anne Autissier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Daniel Vivier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Anne Autissier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals