Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Villiers-sur-Loir (Loir-et-Cher). 4 bis, avenue du Petit Thouars

Responsable d’opération : Stéphane Joly
p. 198

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0132098

Texte intégral

1Le village actuel de Villiers-sur-Loir se développe au pied d’un coteau. Dans le bourg, seules des découvertes anciennes et fortuites d’ossements et de sépultures non datées autour de l’église sont connues. L’unique diagnostic réalisé, d’une emprise de 2 511 m2, a permis la découverte de près d’une centaine de vestiges. Cette densité sur la courte période concernée (du viiie au ixe s., voire au xe s.) confirme une intensité d’occupation notable.

2Quelques tessons résiduels suggèrent une fréquentation antérieure, dès l’Antiquité tardive ou le début du haut Moyen Âge, confirmant indirectement les découvertes anciennes des sépultures supposées mérovingiennes au Clos Amery, à 500 m plus à l’ouest environ.

3Les éléments structurant l’occupation de la fin du haut Moyen Âge n’ont pas été clairement identifiés. Les diverses concentrations de trous de poteau attestent plusieurs constructions accompagnées d’une vingtaine de fosses et de silos. Une structure de combustion avec de nombreux déchets métallurgiques indique une probable activité de réduction. Ces vestiges semblent correspondre à plusieurs habitats domestiques contemporains et voisins associés à un artisanat. Le mobilier traduit également une occupation domestique à caractère plutôt familial. Quelques indices de qualité de vie (nourriture carnée, verre, parois enduites) sont perceptibles.

4La position particulière de cet habitat aggloméré n’est pas sans évoquer un quartier du village en devenir. Pourtant, la fin apparente de l’occupation au xe s. ne permet pas de le lier directement aux biens d’une certaine importance tenus en main-ferme, avec un manse et un moulin mais sans église de référence, cités par les textes au milieu du xie s. L’église elle-même est attestée à partir du xiie s.

Villiers-sur-Loir, 4 bis, avenue du Petit Thouars.

Villiers-sur-Loir, 4 bis, avenue du Petit Thouars.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Villiers-sur-Loir, 4 bis, avenue du Petit Thouars.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Joly, « Villiers-sur-Loir (Loir-et-Cher). 4 bis, avenue du Petit Thouars », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 198.

Référence électronique

Stéphane Joly, « Villiers-sur-Loir (Loir-et-Cher). 4 bis, avenue du Petit Thouars » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7667

Haut de page

Auteur

Stéphane Joly

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Joly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals