Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 2. – Prospections

Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes). La Vignette

Responsable d’opération : Lisa Shindo
p. 199

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le site est implanté sur un versant de 29,8 ha en pente forte, au-dessus des gorges de la Durance, sur la rive droite. Il s’étend sur une dénivellation de 300 m, au droit de la rivière, entre les altitudes de 1 050 m et 1 350 m, au NO du site, là où passe aujourd’hui la route départementale. La Vignette a été aménagée en terrasses, aujourd’hui abandonnées, pour la culture de la vigne.

2Sur le cadastre de 1869, 94 « caves » ont été répertoriées par l’association La Vignetto, dont 80 au moins possédaient un pressoir. Ces structures sont de trois types : sous roche, semi-enterré et troglodyte. L’abandon du site a commencé à la fin du xixe s. Depuis, il a subi de nombreuses dégradations (destructions, pillages).

3Une évaluation archéologique a été menée (M. Segard). Une prospection pédestre a permis de répertorier huit structures conservant des bois en bon état. Les pièces de bois de sept pressoirs et d’un bassin de source ont ainsi été analysées par dendrochronologie : 47 carottages à la tarière de Pressler ont été réalisés sur 22 pièces de bois (levier et jumelles des pressoirs, solives et pièces à la fonction indéterminée).

4L’analyse de ces échantillons montre que, contrairement à ce que l’on pensait jusqu’alors, la structure en bois des pressoirs n’est pas uniquement en mélèze : quatre des six leviers prélevés sont en pin sylvestre (tout comme le bassin dans lequel coule la source). Toutes les autres pièces sont en mélèze. Les datations fournies par l’étude dendrochronologique des pièces en mélèze esquissent une chronologie dans la construction des pressoirs du site de la Vignette. Trois phases ont été mises en évidence grâce aux pièces de bois conservant de l’aubier et datées. La première est datée du milieu du xviie s., la deuxième de la première moitié du xviiie s. et la troisième est comprise entre la fin du xviiie s. et le début du xixe s. L’hypothèse de M. Segard proposant une occupation du site à l’époque moderne est donc confirmée.

5Les pressoirs à vin de la Vignette font partie des derniers témoins de l’ancienne activité viticole de la région. Leur étude invite à développer la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine exceptionnel.

Saint-Martin-de-Queyrières, carottage à la tarière de Pressler d’une solive soutenant un des pressoirs.

Saint-Martin-de-Queyrières, carottage à la tarière de Pressler d’une solive soutenant un des pressoirs.

Cl. L. Shindo

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Martin-de-Queyrières, carottage à la tarière de Pressler d’une solive soutenant un des pressoirs.
Crédits Cl. L. Shindo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Shindo, « Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes). La Vignette », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 199.

Référence électronique

Lisa Shindo, « Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes). La Vignette » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7672

Haut de page

Auteur

Lisa Shindo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lisa Shindo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals